Partagez | 
 

 open up my eyes and tell me who i am — feat. foxy rouky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
orion
NoxFéminin

date d'inscription : 24/08/2015
autre(s) compte(s) : arizona & azylis
pouvoir : transfo en fumée
fiches : .www présentation
[url=www].www relations[/url]
[url=www].www iris[/url]

âge, race : une vingtaine, hybride -orion-
orientation sexuelle : indécise
profession : artiste de rue principalement
feat : veloce visrin ∞ carciphona & emilia clarke
messages : 79
avatar
open up my eyes and tell me who i am — feat. foxy rouky
   
Sam 5 Sep - 19:19


open up my eyes and tell me who i am
Le vent souffle, doux. Il soulève les feuilles, caresse les chevelures ; et la fumée entoure la foule, se glisse entre chaque individu. Au centre du cercle formé, elle danse. Elle danse doucement, sur le rythme tendre des musiciens à ses côtés. Et un sourire déchire ses lippes, un sourire figé sur son visage – un sourire qu'elle arbore en toute circonstance, dès que la Lune se lève et l'enchante de sa lumière pâle.

Les murmures s'apaisent, les questionnements cessent de fuser. Chacun observe la demoiselle, les yeux effleurent sa crinière et ses délicates courbes ; subjugués, la plupart d'entre eux ne pipent mot, bercés par les mouvements de ses hanches. Et pourtant la tension s'emparent de certains, le rythme change, les battements sont plus rapides.

Elle saute et son corps semble se fondre dans le sol, dans l'air, dans la fumée diffusée par les artistes. Elle se mélange, la Fille de la Lune tourne autour de tous et sa respiration fait frissonner les plus proches citoyens.
Mais pas un seul instant ils sentent sa peau contre la leur.

Les bandes recouvrant son enveloppe charnelle frémissent, comme si elles-mêmes cherchaient à fuir le contact avec son épiderme – la musique baisse en volume, lentement mais sûrement. Les doigts du batteur ne font plus que tapoter son instrument, le souffle du flûtiste se fait plus ténu. Et les billets sont déposés dans les récipients, les sourire satisfaits, parfois émerveillés des synodéliens éclairent leur chemin.

Au milieu de ça, la douce inconnue aux cheveux blancs se faufile sans toucher personne. Elle fuit et glisse jusqu'à un des sièges de sa troupe, derrière leur caravane pâle. La respiration hachée, heureuse de sa prestation ; elle s'autorise un soupir las et s'étire doucement, ravie de n'avoir pratiquement pas transpiré – ce genre de réaction physiologique l'écoeure. C'est ce moment que choisit l'un des spectateurs pour s'aventurer derrière la barrière, pour envahir Nox dans son espace privé.

« Bonsoir, mademoiselle... »

La main est tendue et, immédiatement, le corps de la dame se transforme, s'échappe. Elle recule dans un mouvement instinctif et lui lance un regard surpris, les joues rouges de l'effort et de la surprise. Son regard fuit, fuit autant qu'elle voudrait partir – il avance, avance, avance. Chaque pas effraie l'enfant, son rythme cardiaque part en vrille.
Sa gorge se bloque.

« Je t'ai regardée danser toute la soirée… Pars pas, j'peux payer si tu veux… J'viens d'Hyléos ma poule. »

Une menace rauque, tranchante comme un coup de couteau. Les poings serrés, le coeur battant, elle serre les lèvres et fait encore un pas en arrière. Ne dis rien, Nox, ne dis rien. Ils ne te laissent jamais seule longtemps, si ? Elle prend une profonde inspiration et ignore l'individu – avec de la chance, il abandonnera.
Dix secondes.
Il avance.

« T'es muette ? Super, j'aime pas quand elles gueulent trop fort. »

Elle secoue la tête, ses mèches teintes voletant devant son visage. Et les doigts gras menacent d'effleurer ce faciès ; elles passent dans le vide, sous la plus grande surprise de l'inconnu. La fumée s'échappe, vole, flotte – Nox disparaît petit à petit, son regard triste plongeant une infime seconde dans celui, lubrique, de cet homme répugnant.
Les larmes lui montent aux yeux et la peur dévore son coeur.

Ne me touche pas.
feat. foxy rouky | hrp #cc0941 ; ♥



_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hyléos
FoxMasculin

date d'inscription : 22/08/2015
autre(s) compte(s) : Roy Stewart
pouvoir : ♦ Télépathie ♦
fiches : IdentityRelationships Iris
âge, race : 25 ans ► Hybride
orientation sexuelle : Bi'
profession : Ex-mannequin •• Ancien étudiant en Droit•• Detective & Barman••
feat : Shizuo Heiwajima ► Durarara !
messages : 69
avatar
Re: open up my eyes and tell me who i am — feat. foxy rouky
   
Jeu 12 Nov - 17:49


Open my eyes and tell me who I am
featuring Nox
Le quartier des Charybde. Tu le connaissais comme ta poche, de droite à gauche et de fond en large. En même temps, tu as vécu presque vingt ans de ta vie ici lorsque tu vivais avec tes parents et Alcyone, parce que tu n'avais pas le choix. Ton père est lui-même un charybde, et hors de question pour lui d'aller vivre chez les orion comme l'est ta mère. Pourquoi ? Car ça l'arrangeait d'être à deux pas de son travail, il était friqué et tu étais quasiment sûr que vu son caractère, il a dû convaincre  ta chère maman de venir avec lui, tu en concluais. Mais ce quartier, tu ne l'aimais pas. Tu le détestais même, à cause de la concentration de prétentieux qui se croient supérieurs aux autres races. Tu es un Hyleos, et tu sais très bien de quoi tu parles. Sauf que tu n'es pas n'importe qui, tu es Ace Evans le type au caractère de chien qui cache au fond un grand cœur, un cœur que presque personne n'a encore aperçu. Enfin quelque part cela semble te convenir, tu préfères autant que l'on te voit comme le type à qui il ne faut pas chercher des noises plutôt que celui qu'on peut prendre facilement pour un idiot.

La preuve, tu as encore tenu tête à ton paternel parce qu'il exigeait que tu enquête sur une histoire de sabotage le jour-même et le plus vite possible. Ouais. Le truc, c'est que toi tu avais déjà du boulot et tu n'avais aucune envie de le reporter pour une autre fois, mais ça, il ne pouvait pas le comprendre en te disant même " c'est comme ça et pas autrement ! " avec son ton autoritaire qui a le don de t'énerver dès que tu l'entends. Et quand deux têtes de mules comme vous s'engueulent l'un et l'autre, les murs tremblent. D'ailleurs on entendait que vous dans son bureau, c'est pour dire, mais cela n'avait l'air de gêner personne à force parce que ce n'était pas la première fois.

Puis toi comme souvent Ace, tu es sortit en trombe en claquant la porte derrière-toi comme un grand malade avant de gueuler " DEMERDE-TOI" et tu t'es barré du commissariat. Tout le monde te regardait, mais tu n'en avais ABSOLUMENT rien à faire. T'avais les boules plutôt oui ! Et pour le coup, tu avais une fulgurante envie de cogner contre le mur, mais tu préférais calmer tes nerfs en tirant une latte dehors. Alors tu t'es dirigé vers la rue principale, à l'opposé de là où tu étais, le plus loin possible loin de la source à l'origine de ta mauvaise humeur. Tu t'es appuyé dos contre un mur, et tu as sortit ton paquet de cigarettes avant de t'en allumer une. Et au moment où tu as expiré la fumée, tu as sentit tes muscles se détendre. En revanche ton esprit ne l'était pas lui.

" Tss...Il se dit mon père mais il me prend encore pour un gamin. Je fais encore ce que je veux bordel de merde".

En fumant coup sur coup causé par ta contrariété, jetant les mégots dans la poubelle à côté de toi comme l'homme civilisé que tu es quand même hein, tu observais attentivement ce qu'il y avait devant : la foule qui passait, les mouvements d'individus louches...Tes instincts de détective reprenaient le dessus Ace, sans même t'en rendre compte. Et en plus, cela faisait partit du boulot que tu avais prévu de faire aujourd'hui. En effet, une source anonyme t'avais signalé qu'il y avait un gros trafic dans les parages sans plus te donner d'infos, et tu attendais d'en choper un pour lui tirer gentiment – avec ironie bien sûr – les vers du nez. Mais pour le moment, tu ne voyais rien de suspect. Par contre tes yeux ambrés ont remarqués au loin des gens qui s'assemblaient au même endroit autour d'une demoiselle qui se déhanchait gracieusement au rythme de la musique. Elle avait des cheveux immaculés, tu n'avais encore jamais vu ça, surtout chez quelqu'un de son âge parce qu'elle paraissait jeune, sûrement dans la vingtaine comme toi. Tu la trouvais magnifique, et étrangement lorsque tu regardais tout les faits et gestes de celle-ci,  tu étais comme subjugué. La colère que tu avais juste avant s'était fortement atténuée, tel un sort qu'on t'avais jeté, et qui avait apaisé tes ardeurs jusqu'à ce qu'elle eu fini son spectacle. C'était dommage, sauf que les bonnes choses ont une fin Ace, fallait être con pour ne pas s'en douter. Mais toi t'es loin d'être con même si en vrai tu joues souvent le connard, tu t'es dit que tu pourrais prolonger le moment un peu plus longtemps en allant lui parler. Ouais non, pas pour un plan drague mais pour l'interroger sur ce qu'elle aurait peut-être vu en ce qui concerne les trafics. Alors après avoir éteint ta dernière clope, tu marchas frénétiquement vers la foule et tu esseyas de te frayer un chemin parmi les gens pour arriver jusqu'à la miss.

Mais trop tard, y'avait déjà quelqu'un qui avait fait le pas de l'aborder, on dirait. Et tu as tendu discrètement l'oreille pour savoir ce qui lui voulait, parce que ton instinct te disait que quelque chose ne tournait pas rond chez ce mec. Suffisez de voir la réaction de la jeune femme, et tu avais tout compris.

- T'es muette ? Super, j'aime pas quand elles gueulent trop fort. 

" Encore  un pervers en manque, comme si on en avait pas assez " disais-tu t'introduisant dans sa tête en te servant de ta télépathie

- Quoi ? Qui a dit ça ?! 

Il t'avait bien entendu, sans savoir d’où cela venait puis s'est retourné sans réfléchir, tombant nez à nez avec toi. Hé oui Ace, tu t'étais approché avec l’intention de lui régler son compte. D'une part parce que ça te saoulait de voir des chiens galeux qui essayaient d'amadouer une fille pour l'emmener DE FORCE dans son lit. DE FORCE, car si ce n'était pas le cas tu n'en avais absolument rien à faire, chacun ses affaires, tu avais même les tiennes pour ainsi dire, comme beaucoup.

Et d'une autre part, parce que c'est ton boulot de veiller à ce que la loi soit respectée, et tu ne prends pas de pincettes pour le faire, oh que non.

- Barres-toi, moi j'aime pas les types comme toi qui se la ramènent un peu trop. 

Lui lançais-tu posément avec ton regard revolver. Tes menaces, tu étais prêt à les mettre à exécution, avec la force s'il le fallait. T'as qu'une parole Ace.

- Me barrer ? T'es qui pour me donner des ordres ?! Vas voir ailleurs si j'y suis !

Le mec s'est jeté sur toi en essayant de te foutre une droite, mais t'avais l'habitude de te la castagne pour le voir largement venir ce coup, donc pour le contrer, c'était pire que facile pour toi.

Tu avais deux options : complètement te baisser, ou alors arrêter son poing. Mais toi tu as choisis la deuxième pour pouvoir lui infliger un coup de boule juste après histoire de l’assommer. Et c'est ce que tu as fait. Le gars n'a rien compris, il était parterre en un dixième de seconde en train de gémir de douleur. Tu pourrais peut-être le laisser tranquille non maintenant ? Ah mais c'est vrai qu'on parle de toi Ace, quand tu fais les choses tu y vas jusqu'au bout, faut dire que t'as un petit côté sadique aussi mine de rien comme si ça ne suiffisait pas. Alors tu l'as chopé par le col, et bien en face tu lui as dit :

- Je ne le répéterais pas. BAR-RE TOI DE LA. Capito ?

Du sang coulait sur son visage, enfin plus précisement de son nez, tu as dû sûrement lui péter, c'est pour ça. Bien fait pour lui, tu espérais que cela lui servirait de leçon. Apparemment oui, parce que tu voyais dans son regard qu'il avait la flippe de toi maintenant, et ses pensées le confirmait. Quelle belle satisfaction personnelle.

- O-Ouais je m'en vais j'ai compris, mais lâches-moi s'il te plait !!

Chose dû, chose faite. Tu lui a lâché la grappe, et il a détalé comme un lapin, puis toi tu le regardais partir en lâchant un soupir.

" Pathétique... Enfin l'important est que l'autre débile n'est plus là et que princesse soit sauvée."

En pensant cela, tu croisais volontairement tes yeux vers ceux de la jeune femme, car oui '' princesse'', c'était d'elle dont tu parlais.

- Tout vas bien ? 

Tu fis un pas en avant vers cette dernière en lui tendant la main tout naturellement, sans te douter de la conséquence de ton action pour une fois.




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
orion
NoxFéminin

date d'inscription : 24/08/2015
autre(s) compte(s) : arizona & azylis
pouvoir : transfo en fumée
fiches : .www présentation
[url=www].www relations[/url]
[url=www].www iris[/url]

âge, race : une vingtaine, hybride -orion-
orientation sexuelle : indécise
profession : artiste de rue principalement
feat : veloce visrin ∞ carciphona & emilia clarke
messages : 79
avatar
Re: open up my eyes and tell me who i am — feat. foxy rouky
   
Jeu 10 Déc - 19:27


open up my eyes and tell me who i am
Elle pense, réfléchit intensivement et tente de se concentrer sur la disparition de son corps – si elle va trop loin, elle a peur d'oublier sa propre existence, de perdre des bouts précieux de sa conscience. Et pendant qu'elle sent monter les larmes aux coins de ses yeux, une voix puissante trouble ses pensées, la sort de sa rêverie cauchemardesque.

« Barre-toi, moi j'aime pas les types comme toi qui se la ramènent un peu trop. »

L'infante prend une inspiration soudaine, comme si elle s'apprêtait à plonger dans l'océan lui-même ; la dispute éclate, la violence transpire dans chacune de leurs paroles et son coeur s'emballe, se met à tambouriner dans sa poitrine. Elle qui prône le pacifisme et la tendresse, qui préfère le subtil au direct, assiste à l'affrontement entre deux êtres plus bovins qu'humains – l'un la défendant et l'autre cherchant à l'agresser.

Le premier coup part et l'imbécile se retrouve à terre, sous l'oeil stupéfait de la demoiselle. Reculant jusqu'à heurter le mur, ignorant la vue trop familière du sang et cette pulsion de haine qui rugit dans son esprit, elle inspire, respire, laisse son corps redevenir chair et sent des fragments de sa mémoire s'enfuir à l'instant où sa tête se durcit.

Une main se tend, une question est posée.

Ses yeux tombent sur les doigts comme une épée de Damoclès, larmes améthystes brillantes d'incompréhension. La scène refuse de lui revenir, seule l'hémoglobine a su se frayer un chemin dans les décombres de ses souvenirs – et l'idée d'un contact bouleverse la Lune, elle hoche la tête dans un mouvement paniqué et semble chercher à l'aide de toute son âme.

Le doute lui mord la gorge ; bourreau ou sauveteur ? Elle n'en sait rien, ne sait plus, n'est pas sûre d'avoir jamais su. Dans une inspiration saccadée, la princesse menace de s'enfuir, mais la peur la cloue au sol, titanesque. Le stress s'empare, elle tourne le visage vers l'ailleurs, la lumière – et l'ici lui paraît aussi dangereux qu'apaisant, l'attitude protectrice de l'inconnu doré lui pourfend la poitrine.

Ah, ils n'étaient pas si doux à l'époque.

Ignorant la main qu'on lui offre, elle ose rompre la distance qui la sépare de l'inconnu et lui donne, en guise de remerciements, un soupçon de fumée – le tout en profitant de son don pour éviter toute interaction physique. Si jamais il ose tenter quoi que ce soit, il affrontera l'immatérialité du fantôme et les représailles de la Lune elle-même. Convaincue que l'astre l'éclaire elle et la protège de sa délicate lueur, elle n'ose poser un œil sur l'individu mais lui indique d'un geste fin de la suivre, là où la sécurité sera renforcée et où sa gratitude – ou sa haine, selon le statut du blond – sera plus explicite.

Nox pénètre dans la tente du groupe, jetant son dévolu sur son semblable aux cheveux pâles. Celui qui la comprend le mieux, qui l'aide et qu'elle apprécie légèrement plus que les autres. Elle lui signale la présence de l'inconnu, auquel son ami s'adresse aussitôt.

« Yo, qu'est-ce qu'il se passe ? Il attend qu'on lui explique la situation et pose un regard protecteur sur la fausse albinos. Je vois, je vois, merci bien. A qui a-t-on l'honneur ? Cette petite ne cesse de vagabonder partout, et elle attire les mauvaises personnes. »

Etant son aîné de plusieurs années – et la surplombant de 30 bons centimètres –, il estime probablement légitime de l'appeler « petite », mais l'infante lui lance un coup d'oeil assassin et lâche un sifflement furieux, sans pour autant protester. Ce à quoi il rit – ah, il incarne sa voix, le tendre. « Merci encore de l'avoir secourue, et pas de bile pour son incapacité à parler, je suis pratiquement sûr qu'elle est muette, au final. Elle se renfrogne à ces mots, gênée. Tu veux quelque chose, en remerciements ? Oh, au fait, appelle-moi N. Elle, c'est la Fille de la Lune, si tu connais pas. »

Hochement nerveux de la tête. Elle s'enfuit au fond du mini chapiteau et récupère un verre qu'elle remplit avec une bière, l'offrant au jeune damoiseau en prenant garde à ne pas le toucher.
feat. foxy rouky | hrp #cc0941 ; gomen gomen ;n;



_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: open up my eyes and tell me who i am — feat. foxy rouky
   


Revenir en haut Aller en bas
 

open up my eyes and tell me who i am — feat. foxy rouky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Mek' pour l'open de peinture GW
» 06.Open your eyes (accouchement de Chris)
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» ND Open IV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Quartiers riches :: Charybde-