Partagez | 
 

 Your lipstick stain is a work of art ★ Allister M. Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
orion
ArielleyFéminin

date d'inscription : 26/07/2015
autre(s) compte(s) : Pan & Cliché.
pouvoir : Charme.
âge, race : 18 ans ✶ Infectée d'Orion.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Voleuse ✶ étudiante en botanique ✶ Strip-teaseuse ✶ Informatrice exclusive de Bomb.
feat : Panty Anarchy ✶ Cameron Diaz.
messages : 50
avatar
Your lipstick stain is a work of art ★ Allister M. Williams
   
Lun 17 Aoû - 1:33








Your lipstick
stain is

a work of art

Tu sors de scène épuisée. En soit, le spectacle n'est pas compliqué ce soir, mais voilà dès jours que tu ne dors presque pas. Entre les cours et le boulot, plus les commissions faites pour Bomb tu croules sous le travail, quitte à mettre de côté le sommeil si précieux. Et ton corps commence à te dire merde, tu le vois à tes légères cernes - bien cachées derrière ton fond de teint pourtant - à la transpiration qui coule de ton front, à tes muscles tendus et aux fourmis qui parcourent la totalité de ton corps. Ok, il faut le reconnaître tu es crevée. Ainsi et par une fièvre menaçante tu te diriges vers l'étage. Loin de la foule, tu baisses les yeux, ne croise aucun regard. Par pitié qu'on te laisse tranquille ce soir. Tu as juste besoin de rentrer, prendre une douche et te coucher.

Tu ne vois pas ta soirée autrement, il est hors de questions que tu passes encore une nuit dans tes bouquins ou à la boîte. Ni même que Bomb ait du travail pour toi ; tu as besoin de dormir. Dans le cas contraire, seul l'alcool pourrait te maintenir éveillée. Et encore, tu doutes de ta capacité à tenir une nouvelle nuit blanche. Par chance, ce soir, rien n'est prévu, vingt-deux heures et déjà tu peux rentrer chez toi. Tu ne travailles pas à la boite cette nuit, seulement en début de soirée. Et tu es suffisamment restée. Ce n'est pas comme s'ils avaient besoin de toi, la semaine tu ne fais que peu d'apparition.  

Tu attrapes une bouteille d'eau et traverse le seuil afin de te retrouver dehors. Un vent frais et agréable t'arrache un frisson, te faisant un bien sans pareil. Tu viens t'appuyer sur la rambarde, regardant le ciel étoilé. Tu as toujours aimé les étoiles. Tes yeux se ferment un instant, sous l'atmosphère légère qui t'enveloppe et tu te dis que tu serais tentée de rester ainsi éternellement. Mais comme chaque bonne chose à une fin, des bruits agaçants te font soupirer et te ramène à la réalité. Tes yeux scrutent l’obscurité. Trois hommes complotent. Tout se voit d'un regard, de toute manière dans cette rue, c'est chose courante, cela ne t'intéresse plus.

Contrairement à cette longue chevelure blonde, qui pourrait presque faire concurrence à la tienne. Cette jolie petite poupée à l'air de s'être égarée et elle va se faire manger. Le regard des trois pervers ne t'échappe pas et tu ne peux rester les bras croisé. Fichu sens de la morale ! Avec une plainte sourde, tu t'approches discrètement de l'échelle de secours pour atterrir au milieu de la rue. Par chance et depuis le temps que tu veux là-bas, tu connais les ruelles par cœur, véritable carte ambulante. Ainsi tu coupes pas la gauche et tourne à droite, afin de devancer la jeune femme et ses trois dragueurs - ou violeurs ? - et tu l'attrapes par le poignet, vous cachant derrière une benne à ordure. « Tais-toi. » et de tes yeux experts tu t'assures qu'ils passent leurs chemins. Tu connais ce type de personnage, ils ne sont jamais bien patient.

Il te le prouve une fois encore, tant ils ne résistent pas bien longtemps. Même pas cinq minutes après tu les s'éloigner, vous laissant seules dans cette ruelle abandonnée. Que venait-elle faire près de là ? Tu n'as pas vraiment le temps de te questionner qu'une chose gluante et poilu caresse ta jambe, te faisant avoir le plus long frisson de dégoût du siècle. Tu ne peux en faire abstraction. « HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII » Ton hurlement déchire la nuit, laissant les oiseaux faire leurs valises et bien vite des pas s'en suivent, les trois loubards sont de retour parmi vous. Alors tu fais la chose la plus héroïque au monde ; tu prends tes jambes à ton cou, tirant toujours la blonde. Ce n'est qu'après une bonne quinzaine de minutes que vous vous arrêtez. « On peut dire qu'on a eu chaud ! » t'exclames-tu avec un sourire victorieux, déformé par la sensation d'être piétiné par un millier de bête. « Chérie, on t'a jamais dis qu'il ne fallait pas se promener seule le soir ? » sauf si on cherchait à se faire violer. Ou tuer. Enfin, c'était si rare que tu connaissais pas de cas comme ça.

Feat. Allister Williams
Tu parle en #5EB6DD
Et dis moi si y a un soucis. ♥

_______________

ARIELLEY

BABY DOLL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scylla
Allister M. WilliamsFéminin

date d'inscription : 12/08/2015
fiches : présentation
liens

âge, race : 24 ans, humaine pure
orientation sexuelle : Hétérosexuelle
profession : Détective
feat : Milla Maxwell | Sarah Michelle Gellar
messages : 35
avatar
Re: Your lipstick stain is a work of art ★ Allister M. Williams
   
Lun 17 Aoû - 16:38





 Your lipstick stain
is a work of art



ft. Arielley


Quand on demandait « Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ? » à une jeune personne, elle répond par un rêve absurde comme astronaute ou bien chevalier ou bien princesse, ensuite vient vétérinaire ou encore médecin, professeur ou pompier. Quand on leur demandait la raison, c'était souvent parce qu'ils aimaient ça, vouloir aider ou bien être entouré d'enfants.

Mais dans ce monde-ci, il y avait rien de tout cela, la débauche était en grande partie maître dans les quatre quartiers. Drogue, alcool, révolte, argent et puissance contrôlaient les gens qu'il y avait sous ce dôme, la corruption qu'il pouvait y avoir était impressionnante et chaque jour n'était qu'une constatation de plus dans son métier. Les humains étaient avides de ce qu'ils n'avaient pas, et ne faisaient que réclamer plus. Encore et toujours plus.

Elle même se laissait jouer de sa jalousie envers ces personnes qui pouvaient faire des choses qu'un humain comme elle ne pouvait pas faire. Mais quelque part, cela pouvait aussi faire peur. Elle en ressentait parfois de cette adrénaline, cette intuition qui lui criait de courir jusqu'à la rendre sourde. Après tout, elle ne pouvait pas faire grand-chose si jamais on lui lançait une boule de feu. La blonde eut un sourire, quel cliché.

Une ruelle apparut devant elle. Le quartier Orion, celui de la paix comme on disait. Les personnes de ce quartier étaient pacifiques et ne cherchaient pas les problèmes. En général. Cela pouvait aussi très bien servir de couverture pour des gens qui eux, ne voulait que la guerre. Allister en avait vu quelque fois, des hommes qui n'hésitaient pas à se servir de leur pouvoir pour blesser. Ce soir là d'ailleurs, elle cherchait des hommes comme ça.

Responsable de plusieurs blessés, elle les avait repérés ici, au quartier Orion. Elle savait aussi qu'ils n'étaient pas loin derrière elle. S'engageant dans la ruelle, une arme dans la poche de sa veste, elle se fit prudente et analysait le moindre son qui parvenait à ses oreilles. Ils la suivaient bel et bien, elle en eut confirmation quand elle entendit des ricanements qui chuchotaient autour d'elle. Plissant les yeux, elle tourna à une intersection et eut la surprise de sa vie quand une main l'attrapa pour la cacher derrière des bennes à ordures.

C'était une femme d'à peu près son âge qui lui quémanda le silence le temps que les hommes passaient. Un peu de temps passait et elle se mit alors à hurler. Surprise pour la deuxième fois, elle écarquilla ses yeux rosés quand elle vit les trois hommes se retourner vers elles. Jurant intérieurement parce qu'elle s'était faite repérer, elle dut ensuite suivre l'inconnue blonde en courant. Heureusement qu'elle n'avait que des bottines, et qu'il était donc plus facile de courir avec. Une quinzaine de minutes après, elle regarda autour d'elle pour savoir si elles étaient en sécurité et se tourna vers la jeune femme qui avait prit la parole.

« Si, on me l'a déjà dit 'Chérie', mais je n'étais pas là pour me faire violer ou autre. Je faisais mon boulot. »

Elle passa une main dans sa poche, vérifiant qu'elle avait toujours son arme, et regarda l'heure.

« Ces mecs sont des suspects, et je devais les chopper ce soir. Je viens de perdre vingts minutes à les fuir au lieu de les arrêter. Bordel... »

Bon. Après elle n'était pas au courant. Elle soupira et passa une main dans ses cheveux. Signe de réflexion. Quelque part, elle pourrait les attraper ailleurs, ils avaient tendance à voler… Quel était le magasin le plus proche ? Elle s'approcha de la blonde et la fixa, quand même un peu agacée.

« Ce n'est pas grave, j'ai une autre idée. Ce sont des voleurs aussi, tu ne saurais pas où il pourrait y avoir un magasin de type bijouterie ou autre dans le coin ? »

Vu qu'elle avait fait foirée le premier plan, elle pourrait l'aider pour le second. C'était le minimum, non ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Your lipstick stain is a work of art ★ Allister M. Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ¤~~You still have lots more to work on~~¤
» ❝ Trying to tell you stop, but your lipstick got me so out of breath ❞ Azure & Conrad.
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» KARAOKE [07/02, 21h15]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Quartiers modestes :: Orion-