Partagez | 
 

 long into an abyss ▬ ft. arizona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Dim 16 Aoû - 23:45


long into an abyss
FT. ARIZONA
03:00 AM
Tu ne devrais pas être là. Plus tard, tu regretteras sans doute d’avoir été en ces lieux. Tu te diras que rien de tout cela ne serait arrivé si tu étais rentré bien sagement chez toi. Tu serais allongé dans ton lit, sûrement endormi. Tu te serais levé le lendemain, tu aurais pris ton déjeuner avant de te rendre au poste et débuter une journée de travail habituelle. Tu aurais dû être chez toi à cette heure-ci.

Sauf que tu n’y étais pas.
Ce que tu ne savais pas, c’est que tu n’y retourneras pas avant un moment.

N’importe qui se montrerait méfiant en étant dehors à une heure si tardive. Sauf toi. Tu étais appuyé contre ta moto, mordillant un bâton à brochette de tes dents exagérément pointues et concentré sur ces jeunes qui se trémoussaient au rythme de la musique. Jeunes ? Mais depuis quand est-ce que tu es devenu aussi vieux, Lloyd ? Au point de qualifier les autres de jeunes. Mais il était vrai qu’à vingt-huit ans déjà, tu ne faisais plus réellement partie du monde de ces adolescents irresponsables qui savent profiter de la vie.

Dans un soupir, tu lèves la tête.
Dans le ciel nocturne, la lune brille de mille feux.
Il serait totalement illogique et stupide de dire qu’elle n’était pas magnifique.
Pourtant, en la regardant, bien qu’étant scotché par son indiscutable beauté, tu arrivais à être irrité par cette dernière. Tu ne savais pas exactement pourquoi, peut-être parce que tu n’étais pas de bonne humeur. Que cette soirée n’était pas aussi belle que tu ne l’aurais imaginé. Il n’y avait pas non plus d’explication précise quant à ta présence ici aussi tard. Tu t’étais simplement dit qu’il te serait sans doute bénéfique de prendre un peu d’air.

Sans prévenir qui que ce soit. Même Link ne devait pas être au courant, lui qui dormait profondément lorsque tu étais sorti. Tu soupires. Tu avais passé bien trop de temps ici, avec cette musique infernale qui perçait tes oreilles. Il n’y avait décidément pas que des avantages à posséder une ouïe bien plus développée que la moyenne. Tu enfourches ta moto, mais au moment de démarrer tu commences à te sentir mal à l’aise. Comme le sentiment d’être observé. Coup d’œil à gauche. Coup d’œil à droite, puis derrière. Rien. Haussement d’épaules et tu t’apprêtes à démarrer.

Cling

Quel bruit étrange et peu commun. Tu tournes la tête pour découvrir l’origine de ce son. De la glace. Il y avait de la glace juste à côté. Pointue. Menaçante. Transperçant un poteau. Tu écarquilles les yeux. Ça ressemble à une sorte… D’avertissement ? Comme un meurtrier qui ferait comprendre à une personne qu’elle serait sa prochaine victime. Ton cerveau fonctionne à plein régime. En temps normal, tu aurais sans doute fait face à l’individu qui osait te provoquer. Le problème étant qu’il faisait bien trop sombre et que tu n’avais aucune information concernant ton adversaire. Le plus judicieux serait donc de prendre la fuite. Tu n’as jamais réfléchi aussi vite.

Le vrombissement du moteur se fit entendre.
Et tu démarres en trombe, ne sachant pas vraiment où tu te rendais. Le seul critère était de s’éloigner le plus possible de ton agresseur. Qui continuait de t’envoyer des projectiles particulièrement dangereux. Et pourtant, il n’avait pas vraiment l’air de vouloir te blesser gravement. Ses intentions n’étaient pas claires, mais elles ne te semblaient pas pour autant bonnes. Tu t’efforces de tourner constamment, à droite, à gauche en espérant le troubler d’une manière quelconque. Tu prends le risque de te retourner et une pique de glace effleure ton visage, blessant légèrement ta joue au passage.

Tu laisses échapper un grognement et regardes à nouveau la route.
Route qui te paraît bien différ- … Hein ?
Avant même que tu ne t’en rendes réellement compte, tu perdis le contrôle de ton véhicule. Ce dernier glissa sur plusieurs mètres avant que tu n’en sois finalement éjecté pour atterrir durement sur le sol qui était étrangement… Froid ? Tu tentes de te redresser. Ta tête, non, tout ton corps est douloureux.

Une portière claque.
Et ta tête tourne, ta vision est brouillée et un son strident agresse tes oreilles. Une voix se fait entendre.
« Je… Pas… Tuer.
- Je… Pas… Choix… Pas… S’arrêter. »
Les quelques bribes de leur conversation que tu fus capable de comprendre ne suffisaient pourtant pas à analyser leurs paroles. Mais dans l’état où tu étais, ce serait très étonnant que tu puisses analyser quoi que ce soit. Tu ouvres ta bouche ensanglantée, t’apprêtant à prendre la parole à ton tour. Mais tout ce qui en sort et un long et douloureux gémissement alors que tu t’affaisses à nouveau au sol. Puis tu entends : « Charge-le. » Avant de sombrer dans l’inconscience.

------------------


Conscient.
Inconscient.
Conscient.
Inconscient.

Tu ne sais pas combien de temps cela a bien pu durer. À nouveau conscient, tu prends quelques secondes pour fixer droit devant toi sans pourtant distinguer grand-chose. Puis tu regardes à droite. Rien à faire, ta vision est trop trouble. Tu clignes péniblement des yeux avant de regarder à gauche. Tu vois une forme. Une lampe, non, un porte-manteau peut-être ? Et ça commence à avancer vers toi. Ah. C’est une personne. Tu plisses légèrement les yeux, espérant pouvoir distinguer quelque chose. Sans succès. « Je crois qu’il est vraiment réveillé cette fois. » Cette voix venait de la personne à côté de toi et pourtant, tu avais l’impression qu’elle était si lointaine. Quelqu’un d’autre s’approcha.

« Bonsoir Lloyd. J’imagine que tu m’entends, n’est-ce pas ?
- Mmmh… »
Il s’agissait là de la seule réponse que tu puisses lui donner pour le moment. Pourtant, avant de penser à poser des questions, tu avais essayé de te redresser. Chose que tu regrettas tout de suite après et pour cause, la douleur que ce geste t’avait procuré était insupportable. Tu avais l’impression que ta poitrine était en feu. Ce n’est qu’en tentant de poser tes mains dessus que tu remarquas qu’elles étaient attachées.

« Oh, tu ferais mieux de ne pas bouger. Tu as sans doute des côtes fracturées, mais ne t’en fais pas je te donnerai de quoi atténuer la douleur. Côtes fracturées ? Ce n’était pas étonnant. Après la chute que tu avais fait, tu t’attendais plus ou moins à ce genre de résultat. - Heureusement que tu as ralenti plus tôt. Ça aurait pu être bien pire. Tu ne l’écoutes plus vraiment, essayant plutôt d’identifier les alentours. Ta vue s’était à peine améliorée, mais ce n’était pas encore assez. - Mais ne t’en fais pas, tu auras droit à des soins. Si mon expérience se révèle être un succès, peut-être que tu n’en auras même pas besoin. » Ton attention se reporta sur lui, tandis que tu analysais ses paroles et tentait de discerner son visage. Une expérience ? Cela te semblait bien trop gros pour être une caméra cachée. Et tu ne t’étais jamais porté volontaire pour servir de cobaye pour quoi que ce soit.

Tu grimaças, gémis de douleur, tout ce que tu voulais était sortir d’ici, que ça s’arrête. Tu n’avais pas toute ta tête et tu ne semblais pas apte à intégrer toutes ces informations. Tu le sentais mal, très mal. Sachant qu’ils t’avaient séquestré, ce devait être le genre d’expérience où tu refuserais catégoriquement si on te demandait d’y participer. « Sur ce… Tu sentis quelque chose de pointue s’immiscer dans ton bras. Sans doute une aiguille. Ton regard se posa sur lui. Sur sa main. Il avait un tatouage. Une vague… ? Non…. Un serpent … ? - J’espère que nous nous reverrons bientôt. » Et tu sombras à nouveau dans l’inconscience.

------------------


Le sol était dur et froid.
Tu venais à peine d’émerger et pourtant, tu ne voyais rien. Tu pensas d’abord que tes yeux n’étaient pas réellement ouverts, mais si, ils l’étaient bel et bien. Alors tu en déduis que tu te trouvais simplement dans un endroit plongé dans le noir. En tentant de te redresser, ta tête heurta quelque chose de dure. Ton premier réflexe fut de toucher la chose qui t’avait empêché de te relever et… Tu avais l’impression d’être… Dans une boîte ? Non non, impossible. Du feu, du feu, il te fallait du feu. Haletant bruyamment, tu fouillais fébrilement dans tes poches avant d’en sortir l’objet recherché.

Tu allumes.
Tu observes.
Ton sang ne fait qu’un tour. Ton cœur bat douloureusement dans ta poitrine. Tu aimerais pouvoir dire et même penser que ce n’était pas réel. Sauf que ça l’était bel et bien. Et tu gémis, essayes d’hurler. « Y a quelqu’un !? Rien à faire, ta voix est beaucoup trop faible. Tu as l’impression que rien ne veut sortir. - S’il vous plait, aidez-moi ! » Aucune réponse. Évidemment. Tu stresses, regardes nerveusement autour de toi à la recherche d’une échappatoire. Mais rien, rien, tout était parfaitement clos. Tu essayes de réfléchir, tu réfléchis à un moyen de sortir de là.

Puis une idée te vient.
Ton iris.
Il suffisait d’envoyer un message à quelqu’un. À Arizona. Elle saura sans doute te retrouver. Non, elle te retrouvera, il n’y avait pas à douter là-dessus. Tu tapes tant bien que mal ton message, sans faire attention aux fautes que tu aurais pu faire. Et maintenant ? Que devais-tu faire ? Attendre ? Mais tu savais. Tu savais que tu ne tiendrais pas beaucoup de temps. Peut-être que cela en faisait bien trop que tu étais là. Tu réussis à sortir des griffes, non sans peine. Et puis tu grattes. Tu grattes au-dessus de toi, sans grande force car elle semblait t’avoir quittée.

Tu veux juste sortir.
Tu as juste peur.
On t’a enterré vivant, bordel. ▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Mer 19 Aoû - 2:25


long into an abyss

ft. lloyd
hrp ; couleur #ff0352
jtm yo
Tu cases une clope entre tes lèvres, l'allumant sèchement. Agacée, perdue dans tes affaires et incapable de mettre de l'ordre dans ton bureau, tu serais prête à tuer pour avoir une secrétaire – ou le genre de personnes qui s'occupent de tout le côté paperasse, quoi. C'est entourée de divers dossiers que tu sens ton iris vibrer, et qu'un très mauvais pressentiment te mord la gorge. Tu tires une longue latte en sortant l'appareil, et le message qui claque manque de te faire t'étouffer.

Aide-moi Ari, je suis enfermé dans un putain de cercueil sous terre il fait tout noir j'ai mal je vois rien j'arrive pas à respirer je sais pas où je suis mais il faut que tu me trouves Ari j'ai l'impression que je vais crever putain.

Ton sang ne fait qu'un tour, tu t'extirpes de la petite pièce confinée et siffles pour faire venir Zelda. Armée d'une veste du brun, tu pries, tu pries tellement fort que tes mâchoires craquent. Et tu t'engouffres dans ta voiture, suivie de près par la chienne. Appartement verrouillé, Indiana se démerdera avec ses propres clés. Tu colles un stylo entre tes dents et sors ton bloc note – avancer au milieu de la ville sans idée de la destination ne te fera qu perdre du temps. Tu tapotes une réponse simple à Lloyd ; J'arrive, respire et pense à mes fesses. et tu pousses un long soupir, refusant de laisser cette panique doucereuse prendre le contrôle.

Si tu es habituée aux phénomènes surnaturels, y a une limite à ne pas dépasser ; et cet événement est largement au-dessus de tes compétences. Mordant ta lèvre inférieure jusqu'au sang, tu passes une main dans ta tignasse et frappes le volant d'un coup sec et dans un cri frustré.

« Réfléchis, réfléchis putain de bordel de merde ! »

Il est enterré, sombre conne.
Y a rien à perdre, fonce au cimetière. Et c'est en martyrisant l'accélérateur de ta Jeep que tu traverses la ville jusqu'au quartier neutre, jusqu'au cimetière devant lequel tu te gares sèchement ; tu fourres la veste sous le nez de ta chienne et sors une pelle de ton coffre, la laissant chercher. Elle est dressée, elle le reconnaît, ça devrait aller, non ?

Tes doigts tremblent. Ton assurance s'effrite de seconde en seconde. Plusieurs endroits semblent fraîchement retournés, tu jettes un coup d'oeil aux alentours ; personne. Alors tu hurles, tu pousses un cri en priant pour qu'il l'entende, où qu'il soit.
Dieu, faites qu'il soit dans le cimetière.
« LLOYD SI TU M'ENTENDS, RESPIRE. JE SUIS LA. J'ARRIVE, C'EST PROMIS. »

Ce tendre besoin de le retrouver, quitte à creuser avec les griffes, les dents ou toute autre partie de ton corps – parce que bordel, t'es prête à briser chacun de tes os pour lui.
Et c'est cette frayeur morbide d'être arrivée trop tard ou d'être au mauvais endroit qui te fait prendre conscience de ça. Pas de temps pour les délicates déclaration, tu siffles Zelda et la supplies d'aller vers l'un des trous, de te donner un putain d'indice.

Il est enterré.
Il est peut-être mort.
C'est peut-être même pas lui, qui a envoyé ce message. Oh Arizona, tu sais, ça pourrait aussi être un connard qui t'en veut, un connard qui est allé jusqu'à t'arracher Lloyd.
Et si ce connard t'as tendu un piège, non seulement t'es tombée dedans à pieds joints, mais en plus t'auras aucune chance. S'il a su battre un Inugami, à côté t'es rien, pauvre conne.
Inutile, inutile.

Pas le temps de se lamenter, creuse.
Et tu creuses, tu creuses au fin fond du cimetière, là où le sol est frais. Tu creuses à t'en faire saigner des jointures, à t'en exploser chacun de tes membres.
Les minutes passent, t'en pleurerais presque.
Dieu, faites qu'il soit là-dedans, vivant.
Clac, la pelle heurte la tombe. Et la chienne remue la queue, prête à bondir sur le bois. Tu l'insulterais presque – et tu dégages la terre, salissant et brisant tes ongles sans en avoir rien à foutre. Tes genoux nus frottent contre les cailloux, mais tu te contentes de continuer ; jusqu'à haleter, peu importe.
« Lloyd, Lloyd, dis-moi que c'est toi. Non, dis rien, chut, reste silencieux. Bouge un peu, c'est tout. T'es vivant, hein ? C'est bon, regarde, j'suis là. Tu vois pas, mais j'suis là, avec Zelda. T'inquiète pas, après on va chercher Link, ça va aller ok ? J'suis là, j'suis là et j'pars pas. Pars pas, toi non plus, OK ? »

Et tout en parlant, tu lances la pelle et récupères ton marteau, serrant les dents. Les clous sautent, un à un, et tu fais voler le couvercle avec beaucoup de difficulté, t'entaillant les doigts contre. Mais tu t'en fous, tu plonges pour récupérer le corps à l'intérieur. Son souffle rauque balaye ton visage, ravivant cette envie de chialer tout ce que tu peux.
« Ca va, ça va. On est là, tous les deux. Eh, t'es réveillé, Lloyd ? Tu peux bouger ? T'es attaché ? »

Pas de questions sur l'identité du coupable, on verra plus tard. Tu le redresses et te retiens au prix d'un effort surhumain de la plaquer au fond de ce putain de cercueil pour le serrer dans tes bras à n'en plus pouvoir. T'aimerais être sarcastique, comme d'habitude, mais t'y arrives pas.
Alors tu te contentes de l'aider à sortir de là, de le faire s'asseoir dans l'herbe fraîche et de parcourir tout son corps du bout des doigts.

Il est blessé, et pas qu'un peu. Tu passes un coup de langue sur tes lèvres et lui caresses distraitement les cheveux, souriant à peine. « Faut soigner ça. On peut aller à l'hôpital, ou tu préfères être plus discret ? » Et tu sors ton iris, prête à jouer avec tes relations – il le mérite, bordel.

Tu t'autorises enfin à respirer correctement, même pas méfiante.
C'est Lloyd, non ? Il te fera rien, jamais.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Mer 19 Aoû - 16:38


long into an abyss
FT. ARIZONA
Soupir.
Pas un de ces longs et bruyants soupirs, ni un de ceux qui se veulent discrets. Un soupir de désespoir, peut-être même de résignation. Un soupir faible, bref. Un soupir qui montre à quel point tu es extenué. Tu ne sais même pas depuis combien de temps exactement tu es là. Sans doute très peu. Tu savais parfaitement qu’une personne ne pouvait survivre bien longtemps sous terre. Pourtant, tu avais cette désagréable impression d’être ici depuis une éternité.

La réponse d’Arizona t’avait arraché un léger sourire.
Celle de Tazio ne semblait pas arriver.
Car oui, tu lui avais demandé de l’aide également. Sans réellement expliqué la situation cette fois. Un simple « J’ai besoin d’aide ». Après ça, tu t’étais empressé de reprendre où tu en étais. Grattant, griffant, entaillant le bois au-dessus de toi. Tu ne saurais dire combien de temps tu avais passé là-dessus. Tout ce dont tu étais sûr, c’est que cela avait été largement assez pour que les bouts de tes doigts finissent ensanglantés.

Après ça, tu t’étais arrêté.
Tu étais resté là, allongé sur le bois dur et froid de ce qui pourrait bien finir par être ta tombe. Ta respiration se faisait progressivement plus courte, plus faible. L’oxygène commençait sans doute à manquer. De temps en temps, dans un élan de désespoir, tu te mets à hurler et frapper de toutes les maigres forces qu’il te reste contre le couvercle. Hurler, mais toi-même tu t’entends à peine. Puis tu arrêtais et t’affaissais à nouveau au fond de la boîte.

À un moment, tu avais bien failli perdre à nouveau conscience.
Sauf qu’à ce stade, sombrer dans l’inconscience ne te semblait pas être une bonne idée. Tu n’aurais plus mal, tu ne sentirais plus rien. Mais rien ne te garantissait que tu parviennes à rouvrir les yeux ensuite. Alors pour ne pas fermer tes paupières, peut-être définitivement, tu avais planté profondément tes crocs dans ta main droite. Heureusement, la douleur suffit à te maintenir éveillé alors que le goût métallique de ton propre sang te fit grimacer.

T’as l’impression d’entendre quelque chose.
Peut-être quelqu’un. Tu n’arrives pas vraiment à comprendre, ton esprit étant trop embrumé pour ça. Mais tu reprends espoir en pensant qu’il s’agissait peut-être de ton billet de sortie, ton sauveur, cette personne qui allait te sortir de cet enfer. Peut-être que c’était Arizona. Peut-être que c’était Tazio. Peut-être que tu allais finalement quitter ce lieu exigu. Mais tu es trop faible, tes paupières commencent à se fermer sans que tu n’y puisses y remédier.

Crach crach crach

On dirait que quelqu’un creuse.

Crach crach crach

Ce serait tellement beau si c’était ça.

« Lloyd »

Et elle enchaîne. Il te faut un moment pour analyser toutes ces paroles, ces questions et affirmations qui se suivent. Dans un sourire léger, tu gigotes un peu, à peine comme elle l’a demandé. Même si parler aurait été plus simple et moi douloureux pour toi. Mais peu importe. Tu vas sortir. C’est tout ce qui compte. Tu hoches la tête deux fois, la secoues une fois. Oui tu es réveillé, oui tu peux bouger - même à peine et non tu n’es pas attaché. Malgré la douleur, tu es bien pressé de quitter cette boîte de malheur. Assis sur l’herbe, tu t’empresses de prendre une bonne bouffée d’air fraîche. C’est fou à quel point ça t’avait manqué.

T’es un peu dans la brume, mais ça va, tu comprends ce qu’elle dit. Alors tu secoues un peu la tête. « Non non… Vaut mieux que ça se sache pas… » Et puis t’es même pas sûr de pouvoir payer la facture de l’hôpital. Et tu tiens pas vraiment à ce que ta sœur soit au courant. Mais c’est pas le bon moment pour penser à ça. Tu soulèves ton haut et examines ton corps pour y voir une tâche rouge assez conséquente. « Je crois que c’est cassé… » Sinon, tu ne verrais pas pourquoi ce serait aussi douloureux. Et dans un long soupir, tu te penches et te laisses reposer contre Arizona, le menton sur son épaule, comme si toute la force qui te restait t’avait finalement quittée.▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Jeu 20 Aoû - 10:38


long into an abyss

ft. lloyd
hrp ; couleur #ff0352
jtm yo
Il hoche la tête, te répond. Il est conscient et il comprend. Une espèce de tension s'échappe de es épaules dans un soupir profondément soulagé – même s'il est dans un état déplorable, ça aurait pu être pire.

Vaut mieux que ça se sache pas...

Tu acquiesces distraitement, et observes à ton tour la tache écarlate ; un os a dû percer la peau. Caressant ses cheveux comme une mère avec son gosse blessé, tu sors ton iris de l'autre main et tapotes à l'écran, cherchant au fin fond de tes contacts.

Viens au cimetière, j'ai besoin de toi. Non, il est pas encore mort, sinon je t'appellerais pas. Mais bouge-toi, il pisse le sang et il a des côtes cassées. Merci ma poule.

Tu raccroches et te contentes d'allonger lentement Lloyd, posant son crâne sur tes cuisses. Zelda remue la queue, assise à côté – et tu lâches d'un air presque absent :
« J'ai appelé une amie, elle va te réparer ça sans que personne soit au courant, t'inquiète pas. Elle devrait pas tarder. »

Un sourire confiant déchire tes lippes quand tu entends le doux son d'un moteur se garant devant l'antre des morts. Il y a tellement de fantômes que l'envie de partir caresse ton esprit, doucereuse voix au creux de ta tête. Ah, si tu pouvais les faire disparaître quelques secondes, tu serais la plu heureuse des petites filles.

« Arizona, t'es où bordel ? J'vois que dalle, ici.
- Là, là. J'peux pas bouger, ramène-toi. »

Elle s'installe enfin à vos côtés, après t'avoir vaguement saluée. Oh, tu n'es ni surprise ni vexée – c'est une grande asociale, et presque un miracle qu'elle soit sortie de sa propre tombe. Un miracle appelé Arizona, évidemment.
On se lance jamais assez de fleurs.

La demoiselle découpe le haut de Lloyd et s'affaire à le soigner, sa propre infection lui ayant conféré des pouvoirs médicaux ; une aubaine, quand on est toi. Tu la laisses faire sans un bruit et sans cesser de tripoter sa tignasse du bout des doigts, un sourire bien niais collé sur la face. T'as réussi, non ? Tu l'as sauvé, toi aussi.
Fierté de gamine.

« C'est bon ma poule, il est guéri. J'poserais pas de question, même si j'suis tentée. Mais tu devrais revoir tes fréquentations.
- J'en ai, c'est suffisant. Mais c'est mignon de t'inquiéter pour moi. Merci beaucoup, j'ten dois une.
- Tu m'en dois pas qu'une, Arizona. »

Clin d'oeil, et elle repart sans un mot de plus. C'est pas la première fois que tu lui amènes un blessé, après tout. Ni la dernière. « Debout, Lloyd, on va aller chez toi, ok ? » Tu le redresses et l'aides à traverser le cimetière, suivie de près par la grosse chienne – un samoyède, c'est gros, oui. Et vous montez dans ta Jeep, tu lui mets sa ceinture et démarres pour foncer à Hyléos.

Le chemin se fait sans réel ennui et tu freines devant les résidences, te garant dans un parking plus ou moins discret ; priant pour ne pas croiser Aleks ou n'importe qui te connaissant de vue. Tu aides de nouveau l'hybride à marcher, l'entraînant vers son propre domicile en le fouillant pour sortir ses clés – tu sais que le don lui a réparé les côtes et a probablement soigné tout les problèmes physiques, mais hors de question de lui faire faire quoi que ce soit.

« Là, là. Bon, tu veux peut-être dormir ? »

Tu passes un coup de langue nerveux sur tes lèvres et le laisse s'installer chez lui, fermant la porte à clé.
Y a de quoi devenir paranoïaque.
« Dans tous les cas, je bouge pas d'ici. »
Non, ce n'est pas une suggestion.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Jeu 20 Aoû - 12:30


long into an abyss
FT. ARIZONA
Tu ne comprends pas entièrement ce qui se passe autour de toi. Tu ne cherches pas vraiment à comprendre non plus. La fatigue t’empêche de réellement te concentrer et l’envie de dormir là, au beau milieu du cimetière se fait de plus en plus forte. Tu rouvres les yeux en te sentant tomber en arrière, pensant d’abord que tu n’avais tout simplement plus la force de même être assis. Tu n’es pas pour autant surpris en voyant qu’il s’agissait d’Arizona. Et que tu n’aurais sans doute pas ton mot à dire.

Tu hoches la tête à nouveau.
La flemme de parler pour le moment. Et puis tu te concentres sur ta respiration assez difficile pour le moment. Tu écoutes à peine ce qu’elles disent et ne réagis même pas lorsqu’on découpe ton vêtement. Ça n’a pas d’importance de toute manière. Tu poses ton regard sur Arizona et hausse un sourcil en voyant son sourire, te demandant ce qui pouvait bien la rendre si heureuse. Peut-être parce qu’elle t’a trouvé avant que tu crèves de suffocation, qui sait. Tu lâches un « merci » à peine audible lorsque les soins sont terminés. La douleur s’en est allée. La fatigue est toujours là, mais la douleur est partie. Alors tu soupires de contentement et te détends considérablement. Tu ne connaissais même pas le nom de cette personne mais ce qui était sûr, c’est que tu lui serais éternellement reconnaissant.

Tu finis donc par te lever, un peu à contre cœur parce que tu te sentais bien, là. C’était toujours mieux que d’être enfermé dans un cercueil en bois, là il n’y a aucun doute. Tu te laisses faire, t’as l’impression d’être un assisté mais au fond c’est de ta faute, tu fais même pas d’effort. Maintenant que t’es soigné, t’as plus vraiment d’excuse si ce n’est que la fatigue et elle est sans doute aussi crevée que toi. Dans la voiture, tu ne dis rien. Tu ne savais pas quoi dire de toute manière et le trajet ne serait pas bien long. Tu savais tout de même combien de temps il fallait pour arriver chez toi.

D’ailleurs, ça avait été aussi rapide que tu l’avais espéré. Une nouvelle fois, Arizona te vient en aide, craignant sans doute que tu ne t’effondres en chemin. Tu étais presque sûr qu’elle ne te lâcherait pas maintenant. C’était touchant. Tu hoches à nouveau la tête comme réponse à sa question - ça devait être chiant de te voir faire ça à la longue. Enfin, t’as surtout envie de te poser quelque part et ne plus bouger du tout. Alors tu vas te poser dans ton salon, laissant échapper un long soupir. « On est dans le quartier d’Hyleos tu sais… » Elle le savait sans doute mieux que lui, mais la brune était une Charybde. Elle n’était pas censée être ici.

« Je suis plus enterré vivant dans un cercueil et mes blessures ont été soigné… Alors t’es pas vraiment obligée de rester… » Même si tu avouerais qu’un peu de compagnie ne te ferait pas de mal, au contraire. Mais, imaginons seulement que le malade t’ayant enterré vienne jusqu’à chez toi - parce que tu ne doutais pas du fait qu’il sache parfaitement où tu habites - ? Ce serait problématique. Et tu ne tenais pas spécialement à ce qu’elle soit impliquée. Mais t’allais pas non plus la renvoyer, surtout à une heure pareille. « Tu t’assieds pas ? »

Tu tapotes la place à côté de toi, l’invitant à la prendre. Puis tu tournes la tête et vois Link arrivé au trot avant qu’il ne te saute dessus, content de te revoir en un seul morceau. Dans un sourire, tu le caresses, le rassures avant qu’il ne descende du canapé et s’allonge près de toi, juste à tes pieds. Dans un sens, tu es soulagé qu’il n’ait pas été là au moment de l’attaque. Dieu sait ce qu’ils auraient fait de ton chien. ▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Dim 23 Aoû - 16:59


long into an abyss

ft. lloyd
hrp ; couleur #ff0352
jtm yo
Tu ne le lâches pas des yeux, comme s'il pouvait disparaître en une seconde, comme si ton regard le maintenait à sa place, avec toi. Pauvre idiote, tu ne penses qu'à toi, au fond ; parce que t'as besoin de lui, et t'as beau rejeter cette vérité, elle reste ancrée à tes os. Tu l'observes s'asseoir, sa lassitude te fendant le coeur.
« On est dans le quartier d'Hyleos tu sais… »

Hochement de tête. Oui, tu en as parfaitement conscience. Et tu t'en fiches, clairement tu n'en as rien à cirer. Qu'ils osent te dire quoi que ce soit, qu'ils osent. C'est en ce manque de tendresse que tu hais Hyleos. Ils sont tous tellement obnubilés par leur soif de pouvoir qu'ils oublient les autres, qu'ils s'enferment dans leur haine.
C'est comme ça que tu les vois, probablement à cause d'Aleks.

« Je suis plus enterré vivant dans un cercueil et mes blessures ont été soigné…. Alors t'es pas vraiment obligée de rester...
- C'est ça, pour qu'ils reviennent ? Tu resteras pas tout seul, Lloyd. J'veux plus avoir à te sortir d'une tombe. »

Ou à te mettre dedans.
Tu passes une main sur ton visage, légèrement fatiguée. Vérification du verrou de la porte et tu retournes dans le salon, les bras croisés. Il a besoin de dormir, c'est définitif. Mais toi, tu pionceras pas ; t'es là pour le surveiller, après tout. Tu poses ton sac sur la table et laisses Link montrer son amour envers son maître, non sans lui lancer un regard assassin – merde, c'est qu'un chien, du calme.

« J'arrive, deux minutes. T'endors pas de suite, faut déplier le clic-clac. »

Clin d'oeil, et tu nettoies tes genoux et tes coudes écorchés avec quelques lingettes, histoire de ne pas foutre de la terre des quelques gouttes de sang partout dans son appart'. Retour à la case départ -aka le salon- et tu le fait se lever le temps d'installer le lit. En bonne femme trop protectrice, tu le couches – sans aller jusqu'à border sa couverture.

« Laisse-moi de la place, j'vais pas sous la couette mais je m'installe à côté de toi. N'en déplaise à Link. »

Langue tirée vers l'animal, tu siffles Zelda pour qu'elle s'installe au bord du lit. Avec deux gros chiens, ça devrait aller non ? Allumant la télé après avoir déniché la télécommande, tu lui lances un petit coup d'oeil et lâches un infime soupir. « Si le bruit ou la lumière te dérangent, dis-le moi. »

Légère caresse dans sa tignasse et tu t'installes à ses côtés, serrant un oreiller dans tes bras. C'est pas la première fois que tu fais une nuit blanche, tu sais exactement quoi regarder pour tenir toute la nuit ; et au pire, tu peux te faire du café. Le café, ça a quelque chose de magique une fois 6 heures passées.

C'est en observant l'écran que tu réfléchis à tout ça, le son baissé et le cerveau en ébullition. Si – quand – ses ravisseurs vont découvrir le cercueil vide, ils vont revenir. Et quand ils reviendront, tu seras inutile, tu en as douloureusement conscience. S'ils ont été capables de réduire Lloyd à cet état, alors ils sauront te briser en deux comme une vulgaire brindille.

Changeant régulièrement de chaînes pour faire perdurer ton attention, tu gardes un œil sur le brun ; s'il n'avait pas eu son iris, Dieu seul sait ce qui se serait passé. Ruminant ces immondes pensées, incapable de mettre le doigt sur leurs intentions ou même trouver un indice sur leur identité, tu ravales un grognement et te lèves doucement pour aller faire du café.
Tu manques d'informations, tu n'as qu'une page de ce foutu dossier. Et sans Lloyd, tu ne trouveras sûrement rien de plus. Mais après une telle expérience, tu as peur que l'envie lui manque.
Merdum, faudra voir demain.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Dim 23 Aoû - 18:50


long into an abyss
FT. ARIZONA
Elle s’en fichait royalement et toi tu le savais parfaitement.
Parce qu’elle était du genre rebelle et que, mine de rien, tu commençais tout de même à la connaître. À quel point tu ne saurais le dire, mais suffisamment pour anticiper la plupart de ses réactions et parfois, sa manière de penser. Alors la réponse qu’elle donna eut l’effet de t’arracher un léger sourire, toi qui t’y attendais tellement. « D’accord d’accord. » Au final, peut-être était-ce mieux ainsi. Tu ne savais pas à quel point ils étaient renseignés sur ta vie privée, mais ça ne t’étonnerait pas le moins du monde s’ils connaissaient Arizona. Et rien ne garantissait qu’ils n’aient pas des projets pour elle aussi.

Tu la regardes quitter le salon sans un mot.
Que dire de toute manière ? Beaucoup de chose. Tu aurais pu lui dire à quel point cette expérience avait été désagréable, effrayante. Tu aurais pu lui dire à quel point tu as été soulagé d’entendre sa voix alors que tu étais au fond d’un vulgaire cercueil. Pour faire simple, tu aurais pu te confier. Elle qui se montrait si attentionnée avec toi. Au point où elle t’avait même aidé à t’allonger. Tu t’étais installé confortablement, enivré par la douceur et la chaleur de la couette. Ouais, rien que ça, ça t’avais énormément manqué, même dans ce court laps de temps.

Et naturellement, tu te pousses un peu, répondant à la demande de la jeune femme. Tu entends Link exprimer son mécontentement dans un grognement, ne comprenant pas réellement pourquoi il se comportait ainsi avec Arizona. Ça avait l’air d’être le grand amour entre ceux deux-là en tout cas. Mais ton chien semble s’être résigné en s’allongeant au pied du canapé. Enfin, peu importe.

Tu fermes les yeux et tentes de te reposer.
Bercé par les caresses de la brune, tu te détends peu à peu en expirant longuement. Et pourtant, tu n’y arrives pas. Ce n’est pas la lumière ou encore le bruit qui te dérange, non. Tu imagines qu’après cette soirée, il s’agissait là d’une réaction tout à fait compréhensible. Embêtante, mais légitime. Mais Dieu sait à quel point tu étais fatigué pourtant. Tu persévères encore quelques instants après qu’elle ait quitté le salon, sans succès. Et finalement, dans un soupir, tu finis par la rejoindre en cuisine.
« Je pense pas qu’ils reviendront ce soir. » Straight to the point. Autant en parler pendant que c’était encore frais dans ta tête. « Ils étaient deux, mais je pense qu’un seul à un pouvoir et c’est celui qui m’a attaqué. Ça aurait été plus facile de se mettre à deux pour me kidnapper. »

Et tu t’appuies sur le plan de travail en soupirant à nouveau. « J’imagine que l’un travail pour l’autre. » Tu savais parfaitement qu’Arizona t’aurait demandé ce genre d’information un jour ou l’autre. Et même si tu ne tenais pas vraiment à ce qu’elle enquête là-dessus, tu savais aussi pertinemment que rien ne l’empêcherait de faire ce qu’elle désire.
Dans ce cas, il suffisait de le trouver avec elle.
« Du coup, même s’ils venaient, si mon hypothèse s’avère être correct, je pourrais m’occuper du gars au pouvoir. » C’était quoi ça, une tentative pour la rassurer ? Sans doute. Peut-être aussi une manière de te rassurer toi-même. Car rien n’indiquait qu’ils n’étaient pas plus que deux. ▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Mer 26 Aoû - 19:18


long into an abyss

ft. lloyd
hrp ; couleur #ff0352
jtm yo
Pouce mordillé, peau assez tiraillée pour s'ouvrir sous le coup des crocs. Tu le lâches des yeux le temps de faire un café et, le temps de te retourner, il est là, devant toi.
Griffes serrées autour de la tasse – non, t'as pas eu peur. Il t'a juste surprise, c'est pour ça que t'as sursauté. T'es pas assez attentive, Arizona.
« Ils étaient deux, mais je pense qu'un seul a un pouvoir et c'est celui qui m'a attaqué. Ca aurait été plus facile de se mettre à deux pour me kidnapper. »

Une autre personne aurait peut-être poussé un gémissement de type « t'es pas obligé d'en parler nya », mais toi tu te contentes d'attraper ton bloc-note et un stylo, et d'écrire tout ce qu'il te dit sous forme de notes griffonnées. Chaque information est bue et retranscrite dans l'instant, le doigt légèrement tremblant.

« Du coup, même s'ils venaient, si mon hypothèse s'avère être correcte, je pourrais m'occuper du gars au pouvoir.
- S'ils se ramènent, je les flingue mon grand. »

Geste vague en direction du holster que tu portes, clin d'oeil et bras tendu vers le lit – le tout en quelques mouvements et quelques secondes.
« Retourne te coucher, Lloyd. Si t'as d'autres souvenirs qui fusent et qui sont importants, dis-les moi. Des détails physiques, si tu les as vu. Leur taille approximative, couleur de cheveux, tatouages ou cicatrices… Tout ce qui te revient. Si tu te sens d'attaque, on fait ça de suite, mais quand tu seras installé dans ce foutu clic-clac, right ? »

Sourire affectueux, tu verses le café enfin prêt dans la tasse noire et le pousses même vers le meuble en question. S'il faut l'attacher à ce pieu, tu n'auras aucun scrupule et aucune pitié ; il doit se reposer, c'est comme ça. Tout en le poussant, tu coinces le bloc-notes entre tes crocs et te réinstalles devant la télé, prête à analyser tout ça.
Tu lui adresses un petit coup d'oeil et tapotes son crâne, non sans lâcher un soupir las.

« Je suis sérieuse, Lloyd. Demain va être une rude journée, et j'aurais besoin de toi au top de ta forme, c'est clair ? »

Sourcils froncés et tu baisses encore le son pour le laisser dormir – priant pour qu'il le fasse. Déchirant la page avec les notes, tu la poses à côté de toi et tentes de faire un lien entre les indices. Ils étaient deux, mais rien ne prouve qu'ils ne sont pas plus derrière ça. Des hommes de main, en somme. Tu notes les questions types à poser à Lloyd, curieuse au sujet de ce kidnapping ; une curiosité bien morbide.
Cela dit, avec un peu de chance, tu pourras leur faire subir la même chose.

Il ne les connaît ni d'Eve ni d'Adam – du moins, c'est ce que tu présumes. Mais eux, de leur côté, semblent bien renseignés à son sujet. Pourquoi on l'enterrerait ? Tu n'en sais rien, pour l'instant. Mais tu connais un joli fantôme qui pourra peut-être t'en dire plus.
Après avoir tenté de te vendre de la marijuana fantomatique.

Finalement, tu finis par presque sérieusement regarder la télé, les chaînes happant ta concentration. Gumball devrait être considéré comme une arme de guerre, avec sa connerie maladive – connerie à laquelle tu ne peux t'empêcher de t'identifier.
Coup d'oeil vers Lloyd, le regard sévère au cas où il ne dort toujours pas. Et tu avales une longue gorgée de café.
Les prochains jours seront longs. Et on évite les blagues trop faciles.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Mer 26 Aoû - 22:42


long into an abyss
FT. ARIZONA
Tu souris en la voyant réagir au quart de tour. Prenant des notes sur tes paroles, espérant sans doute qu’elle puisse retrouver les coupables. Et tu continues à débiter ce à quoi tu penses, tout en l’observant écrire tes paroles. Mais ton sourire s’évapore et l’hésitation te gagne. Tu ne sais pas s’il serait mieux de lui dire tout ce que tu savais ou d’omettre volontairement quelques informations afin d’avoir une longueur d’avance sur elle. Pire encore lorsque tu poses un regard sur son arme en te demandant si elle aurait seulement le temps de la dégainer.

Et puis tu soupires légèrement lorsqu’elle t’incite à aller t’allonger. Tu comprends parfaitement. Mais tu n’as pas envie. Non, disons plutôt que tu savais parfaitement que ce serait difficilement possible. Pourtant, Dieu sait à quel point tu en avais besoin, maintenant plus que jamais. Mais impossible de te détendre. Malgré tout ce que tu avais dit avant, même si tu ne pensais pas qu’ils reviendraient ce soir-là, tu n’étais pas pour autant rassuré. Et c’était ça le problème. Tu avais peur Lloyd. Peur de ce qu’il pouvait bien arriver ensuite. Malheureusement, tu n’étais pas vraiment en position pour contester les ordres d’Arizona. Après tout, elle n’avait pas tort. « J’arrive même pas à me faire une petite idée du déroulement de cette journée… » Parce que cet événement avait bouleversé toute ta vie. Rien que ça.

Le lendemain, tu aurais dû te rendre au boulot et errer dans la ville en prétendant patrouiller. Poursuivre cette assommante routine. Toi qui avais espéré ou chamboulement, quelque chose permettant de pimenter un peu ton quotidien, tu devrais être satisfait, n’est-ce pas ? Sauf que tu n’avais pas demandé de te faire enterré vivant par deux malades mentaux. Et plus tard, tu verras que ton ancienne routine, aussi ennuyante a-t-elle été, finira bien vite par te manquer. Parce que, tu ne le sais pas encore, mais désormais plus rien ne sera jamais plus pareil.

Paupières closes, tu essayes de plonger dans les bras de Morphée.
Sans succès. Sans surprise. Et tu soupires - t’as l’impression de ne faire que ça ce soir -, irrité. Tu passes une main sur ton visage, prends une grande inspiration et réfléchis, un moment, tentant de te remémorer quelque chose qui aiderait vraiment pour démasquer les coupables. Tu ne pensais pas réellement à leurs motivations car, aussi étonnant que cela puisse paraître, elles étaient plutôt claires à tes yeux. Toi aussi, tu t’étais naturellement renseigné sur le mythe de l’Inugami. Toi aussi, tu avais fait des recherches sur ce que tu étais. Et tu t’estimais plus chanceux qu’ils n’aient pas choisi de te scier la tête. Mais si l’on faisait preuve de bon sens, n’importe qui saurait que cette méthode était vouée à l’échec. L’autre par contre… Tu ne savais pas si Arizona connaissait les légendes entourant ton espèce et tu ne savais pas s’il était nécessaire de lui en parler.

« Je crois que… L’un des deux avait un tatouage sur son poignet droit… Un serpent si je me souviens bien. Hélas, tu n’avais aucune garantie concernant la véracité de cette information. Après tout, tu étais presque inconscient à ce moment-là. Ton esprit aurait très bien pu te jouer des tours. Mais c’était mieux que rien. Parce que pour le moment, tu n’avais rien d’autre. Je n’ai pas pu voir leurs visages. Ils ont bien fait attention pour que ça n’arrive pas. Puis j’étais à moitié dans les vapes alors ils ressemblaient plus à des sortes de mirages qu’autre chose… De quoi bien faire avancer les choses. Merci Lloyd. Tu sers les dents, grimace légèrement car ta tête commence à être douloureuse et que tu étais à bout. Et je pense pas que j’arriverai à dormir ce soir… Vraiment la pire soirée de toute ta vie. Mais malgré tout, malgré cette soirée de merde que tu avais passé, il y avait quelque chose que tu n’avais pas le droit d’oublier. Hey Ari… Et tu glisses ta main sur la sienne avant de la serrer et sourire légèrement. Merci. » ▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Jeu 27 Aoû - 2:09


long into an abyss

ft. lloyd
hrp ; couleur #ff0352
jtm yo
« J'arrive même pas à me faire une petite idée du déroulement de cette journée…
- Ca va être violent, j'te rassure. »

Ouais bon, t'es claquée, t'as du mal à être drôle. Passé une certaine heure, c'est beaucoup trop dur. Au fond de toi, tu sais qu'il ne dormira pas. On ne dort pas après ça. Il y a pleins de choses qu'on ne fait pas, après ça. Pas que tu le saches personnellement, mais les doux murmures de certains morts ont su t'instruire sur le monde.
Et puis au final, tu as peut-être fait pire, au-delà de Synodel.

Tu l'entends soupirer, ce son dessinant un sourire sur tes propres lèvres. Toi-même tu brûles de manifester ta lassitude, de te rouler en boule sur ce lit et de te laisser aller dans le sommeil. Mais de nombreuses raisons t'en empêchent, la principale étant ce besoin viscéral de protéger le grand gaillard à côté de toi. Et s'il pense qu'il sera celui qui se battra en cas d'intrusion, eh bien il se fourre le doigt dans l'oeil – et jusqu'au coude, en plus.

« Je crois que… L'un des deux avait un tatouage sur son poignet droit… Un serpent si je me souviens bien. Informations notées, tu lui lances un regard dénué de pitié mais teinté d'une affection protectrice – et d'une légère rage. Oh oui, tu bous de pouvoir arracher toi-même la tête de ceux qui ont osé faire ça. Et je pense pas que j'arriverai à dormir ce soir… » Oui, tu t'en doutais. Mais ça valait le coup d'essayer.

Alors que tu t'apprêtes à reprendre tes réflexions intenses, des doigts s'enroulent autour des tiens et pressent ta main, le sourire que Lloyd t'adressant dévastant toute envie de le repousser. « Merci. » Tu serres ses phalanges en retour et hausses les épaules dans un geste nonchalant, le coeur tambourinant contre ta poitrine.
Tes joues brûlent, tu le sens. Ca doit être la fatigue.
« De rien, Lloyd. »

Non, tu ne vas certainement pas sortir des phrases bateaux de type « c'était mon devoir » ou « ne me remercie pas » - le tout suivi d'une grande tape dans le dos ou d'un baiser sur le dos de la main. Toi, tu te contentes d'être honnête, et de caresser distraitement la peau tendue de cette même main. Tu t'allonges un peu plus, à moitié couchée à côté de lui.
Et l'envie de travailler semble s'effriter à chaque seconde. Mais une dernière question taraude ton esprit, alors tu lui lances un regard entendu, d'un sérieux qui frise l'indécence.

« J'ai besoin de le savoir, mais… Tu sais pourquoi ils t'ont fait ça ? »

Les tendres non-dits qui planent, le doute et l'incertitude s'immiscent entre tes réflexions. Tant de raisons peuvent pousser à tuer, mais à enterrer vivant ? On dirait un mauvais remake de Kill Bill – et ça ne te plaît absolument pas. S'il faut trouve Bill, c'est bien toi qui le tuera, et pas avec un katana mais avec un talon couplé d'un flingue.
Et oh, oh que ça attise ta haine envers l'humanité.

La chaleur de ses doigts semble quasiment se propager dans tout ton corps, rassurante présence ; oui, malgré ton assurance et ta sûreté d'être en sécurité, tu ne peux pas t'empêcher de jeter quelques coups d'oeil à la porte, de réfléchir à quels mouvements faire pour être sûre et certaine que la balle achève le premier intrus en un seul coup – même si l'idée de l'avoir vivant est bien plus tentante, les risques c'est pas ton truc.

« Je dois préparer plus de café. »
Quitte à ne pas dormir, autant être productifs.
Quoi que regarder la télé affalée sur ce clic clac est une alternative plutôt tentante.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Jeu 27 Aoû - 22:21


long into an abyss
FT. ARIZONA
Et tu t’en doutais.
Tu savais que ce ne serait pas facile, que tu serais sans doute complètement dépaysé. Et pourtant, tu serais dans cette même ville où tu es né, où tu as vécu, où tu as absolument tout fait. Autour de toi, rien n’aura réellement changé. En apparence, tout sera comme avant. Les changements seront principalement intérieurs. Et c’était ça, le plus dépaysant. Tu ne voulais pas, mais c’était inévitable. Tu n’avais pas le choix. Et c’était bien ça le problème.

Tu considères son regard, y décèles de la colère. Elle l’était. Sans doute contre eux. Même si elle ne sait pas du tout qui ils sont. Quel genre de personne peuvent-ils bien être. En tout cas, elles étaient bien assez malsaines pour oser enterrer quelqu’un vivant. Surtout pour les raisons que tu pensais être les leurs. Peut-être que tu te trompais au final. Mais honnêtement, ça t’étonnerait beaucoup. Non en fait, tu étais sûr d’avoir raison. Certain même. Tu ne voyais pas ce que cela pouvait être d’autre. Faire ceci pour le plaisir serait beaucoup trop malsain tout de même.

Tu gardes ton sourire alors qu’elle resserre l’étreinte de vos mains.
Tu parierais même que ton rictus s’était élargi entre temps. Oui, tu lui étais et tu lui en serais sans doute éternellement reconnaissant. Elle t’avait tout de même sauvé d’une mort certaine, ce n’était pas rien. Toi qui avais eu si peur, toi qui avais même tenté de le dissimuler ne serait-ce qu’un tout petit peu même lorsque tu étais enfermé dans cette boîte bien trop étroite.
Elle bouge et ça te sort de tes pensées.
Elle est là, à moitié allongée, juste à côté de toi. Et puis tu te surprends à penser que ça ne te dérange pas, au contraire. Mais ton esprit se vide de tout cela lorsqu’elle pose son regard sur toi et que sa question parvient à tes oreilles.
« Ouais je sais. »

Tu pensais savoir. Même si les autres explications semblaient bien peu plausibles à tes yeux. Et puis au fond, ça ne t’étonnait même pas que quelqu’un finisse par s’intéresser à ta nature d’Inugami. « Tu connais les mythes sur la naissance des Inugami ? L’une d’elle parle d’un chien qu’on enterre vivant jusqu’au cou en l’entourant de nourriture. Lorsqu’il meurt, le chien devient alors un Inugami. Tu n’as jamais vraiment aimé cette histoire. C’était particulièrement cruel de faire ce genre de chose et tu espérais tout de même que personne ne tentait l’expérience désormais. L’autre raconte qu’une femme aurait enterré son chien vivant avant de lui scier la tête… » Mais de tous, celle-là était sans doute la pire. Non mais sérieusement, scier la tête de son chien ? Tu avais du mal à croire qu’un individu oserait faire ça.

« J’imagine qu’ils pensaient que ça enclencherait un changement en moi. Du style, force décuplée ou d’autres pouvoirs qu’on attribue généralement aux Inugami. » C’était l’explication la plus plausible en tout cas. Même si cela paraissait totalement fou. Tu étais sans doute le seul que ça  ne surprenait pas réellement. En tout cas, on peut dire que j’ai eu de la chance qu’ils n’aient pas choisi la deuxième option… » Tu n’aurais même pas été capable d’envoyer un iris à qui que ce soit alors… Et tu ne préférais pas imaginer les réactions des peu de proches que tu as lorsque l’on aurait retrouvé ta tête détachée de ton corps.

Tu resserres instinctivement l’étreinte sur sa main lorsqu’elle parle de ce fameux café. Comme si tu voulais la retenir. « T’as pas à le faire. Tu aurais simplement dû lui dire qu’elle pouvait rester là, juste là sans penser au café, sans penser au fait qu’ils puissent venir ce soir encore. Tu peux même t’allonger si tu veux. Demain va être une rude journée, après tout… » Léger sourire, regard à peine suppliant. Mais non voyons, il ne faisait pas exprès du tout. ▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Ven 28 Aoû - 12:10


long into an abyss

ft. lloyd
hrp ; couleur #ff0352
jtm yo
« Tu connais les mythes sur la naissance des Inugami ? L'une d'elle parle d'un chien qu'on enterre vivant jusqu'au cou en l'entourant de nourriture. Lorsqu'il meurt, le chien devient alors un Inugami. L'autre raconte qu'une femme aurait enterré son chien vivant avant de lui scier la tête… »

Pas un mot, juste une profonde envie de serrer Zelda – et même Link, c'est pour dire – dans tes bras. Tu notes les deux légendes, mais un détail te chiffonne. Il est déjà Inugami, pourquoi vouloir le transformer ?
« J'imagine qu'ils pensaient que ça enclencherait un changement en moi. Du style, force décuplée ou d'autres pouvoirs qu'on attribue généralement aux Inugami. Oh. En tout cas, on peut dire que j'ai eu de la chance qu'ils n'aient pas choisi la deuxième option… »

Mâchoire serrée, tu ne réponds toujours rien et te contentes de hocher la tête.
Merde, cette fois c'est lui que tu veux serrer dans tes bras. A lui en briser les os.
Tu t'apprêtes à te lever pour préparer une bouffée d'énergie lorsque les doigts de Lloyd se resserrent autour des tiens.
« T'as pas à le faire.
- Mais..
- Tu peux même t'allonger si tu veux. Demain va être une rude journée, après tout… »

L'air se bloque dans tes poumons en croisant son regard. Il est doué, il est fichtrement doué. Dans un soupir faussement agacé – accompagné d'un large sourire histoire de ruiner toute crédibilité – tu finis par acquiescer et par te coucher à côté de lui. Enfin t'allonger, quoi.
Mais la seconde de fragilité vient, et c'est autour de son cou que tes bras jettent leur dévolu ; tu le serres contre toi, le nez niché au creux de son épaule. « Bouge pas, laisse-moi deux minutes. J'ai failli te perdre, Lloyd. »

Un doux « je l'aurais pas supporté » résonne après ces paroles, que tu ne lâches pas mais penses avec toute la force de ton âme. Non, c'est définitif. Retrouver son cadavre aurait probablement fait exploser ton coeur – son état l'ayant déjà bien amoché, tu n'imagines même pas ta réaction si tu étais venue trop tard.
Rongée par la culpabilité de ne pas avoir été là pour lui dès le début, tu t'écartes enfin et plonges la tête dans un oreiller cette fois ; pas vraiment par gêne, mais plus parce que tu n'as aucune idée de quelle tronche faire.

Marmonnant des espèces d'insultes étouffées dans le coussin, tu restes comme ça quelques instants, avant de te retourner vers la télé. Non, ne le regarde pas. Ne tourne pas les yeux vers lui, ce que tu verras te troubleras peut-être. Étendue sur le matelas et par-dessus la couverture, tu poses ton bloc-notes à côté et cales ton nez cette fois à l'intérieur de ton coude – c'est la fatigue qui te fait disjoncter, voilà tout.

« Je l'aurais pas supporté. Voilà, c'est dit. »

Murmuré si bas que tu n'es même pas sûre qu'il t'ait entendu, tu ponctues ta propre faiblesse d'un petit grognement frustré.
Finalement, peut-être que t'aurais du aller le faire, ce café.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Ven 28 Aoû - 22:33


long into an abyss
FT. ARIZONA
Tu comprenais parfaitement sa réaction.
À vrai dire, qu'elle réagisse autrement t'aurais assez étonné. Elle était elle aussi maître d'un chien auquel elle tenait évidemment. Et ce genre d'histoire fait toujours froid dans le dos. Tu te demandais quel genre de personne était capable de faire ça un pauvre chien parfaitement innocent. Tu n'imaginais même pas ta réaction si l'on osait faire ceci à Link, mais tu étais certain que ce ne serait pas beau à voir. Bien sûr, Link n'est pas n'importe quel chien. Enfin. Tu lui fais ton numéro, espérant que ce soit un succès et qu'elle finisse par craquer.

Et elle craque.
Inutile de dire à quel point tu étais fier d'y être parvenu. Pour être honnête, tu as d'abord pensé que ce serait peine perdue, étant donné les événements de cette soirée et l'attitude surprotectrice d'Arizona. Ça faisait toujours bizarre de voir les rôles s'inverser. Car oui, d'habitude c'était toi qui agissais ainsi à son égard. À la différence que lorsqu'il s'agit de toi, c'est énervant. En tout cas, c'est ce que tu en avais conclu. Et alors que tu dérivais mentalement sur ce sujet qui n'avait pas réellement lieu d'être, la brune te prit au dépourvu. Et pas qu’un peu.

Les lèvres entrouvertes, les yeux légèrement écarquillés.
Et tu étais là, dans les bras d’Arizona pour la seconde fois aujourd’hui. Sauf que cette fois-ci, c’était bien différent. Et dans un sourire, tu finis par te détendre, te laissant bercer par cette étreinte bien particulière. Ce n’était pas quelque chose d’habituelle après tout, la seule personne à laquelle tu faisais des câlins régulièrement c’était ton chien. Alors oui, peut-être que tu en profitais un peu beaucoup. Mais bon, pouvait-on réellement t’en vouloir ? Et puis Arizona était celle qui avait amorcé l’étreinte.

Ton sourire ne fait que s’élargir, même si elle te lâcha subitement.
Ses réactions t’amusaient toujours, surtout si cette dernière pensait que tu ne remarquais rien de tout cela. Allons, tu pouvais peut-être te montrer un peu idiot, mais tu n’étais tout de même pas une cause perdue. Il y avait quand même certaines choses que tu étais parfaitement capable de remarquer. Comme ça, par exemple. « Ari ? » Dis-tu en sachant parfaitement qu’elle ne te répondrait pourtant pas. Et même si elle le faisait, tu n’aurais jamais pensé qu’elle puisse le faire de cette façon. « Je l'aurais pas supporté. Voilà, c'est dit. » C’était dit. Elle l’avait dit. Tu n’avais pas rêvé - tu ne parvenais même pas à dormir -, elle avait bien dit ce que tu venais d’entendre. Décidément, elle était bien décidée à te surprendre ce soir.

Peut-être aurait-elle espéré que tu ne l’entendes pas.
Sauf que, dommage pour elle, ton ouïe était plus développée qu’elle ne le pensait. Alors oui, il aurait sans doute fallu parler encore moins fort, voir ne rien dire du tout mais ce qui est fait, est fait.
Tu l’observes bien qu’elle te fasse dos, ton sourire ne voulant plus s’en aller. Cette situation était bien trop amusante et satisfaisante pour que tu puisses tirer la tronche.
Et tu t’approches.
Doucement, tu te glisses un peu plus près d’elle avant de l’entourer de tes bras et déposer un baiser sur sa joue. Avant de resserrer légèrement ton étreinte et te blottir contre elle. « Mais je suis là. » En chair et en os, en un seul morceau et bien vivant. Tu étais là, tu respirais encore, ton cœur battait encore - bien qu’anormalement vite en ce moment même - et tu étais chez toi. Avec elle. « T’es arrive à temps. Et je suis vivant. » ▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Lun 31 Aoû - 12:54


long into an abyss

ft. lloyd
hrp ; couleur #ff0352
jtm yo
« Ari ? »

Aucune réponse ; tu te sens comme une de ces adolescentes de shojos aux visages brûlants de honte et à la faculté communicative relativement limitée.
Et tu craques une seconde fois, lâchant ces mots qui hantent ton esprit, dévorant doucement ta raison. Ne lui offrant que la vision de ton dos, tu fixes le mur en face et fermes les yeux en priant intérieurement – l'étrange sentiment que cette soirée va devenir bien plus étrange qu'attendue étreint ton cœur.

Tu l'entends bouger mais ne bouges pas d'un millimètre, même quand ses bras t'entourent et quand ses lèvres caressent ta joue. Oh tu meurs d'envie de te retourner, de le serrer contre toi et de t'endormir comme ça ; mais tu n'oses pas réellement faire un mouvement. Comme si cette étreinte n'était qu'une illusion, un autre tour de ton imagination parfois trop débordante.
Comme s'il pouvait disparaître au moins centimètre d'air remué.

« Mais je suis là. Silence radio, ton visage brûle encore un peu plus. Merde, c'est rare que ton côté vraiment féminin ressorte. T'es arrivée à temps. Et je suis vivant. »

Il a raison. T'as réussi. Et ça sert à rien de penser aux « si ». Même les positifs – après tout, si tu avais été là en permanence avec lui, il ne lui serait rien arrivé. Alors doucement, tu roules pour être en face de lui, glissant à ton tour tes bras autour de sa cage thoracique ; tu te blottis contre lui et pousses un soupir épuisé. Trop d'événements pour toi, c'est terminé tu peux pas en prendre plus.

« Je sais, Lloyd. On devrait dormir, maintenant. »

Le visage caché par la masse impressionnante de cheveux qui t'entourent, tu t'installes sans le lâcher d'un nanomètre et poses enfin la tête contre lui, laissant la fatigue se manifester et t'entraîner. Bercée par ses battements de coeur – ou peut-être était-ce les tiens ? Tu n'en sais rien.

***

Le café brûlant coule dans la carafe avec un bruit de moteur d'avion ; tu bailles et t'appuies contre le plan de travail, tirant distraitement sur les bords de ton t-shirt – pas vraiment par pudeur, mais parce qu'être à moitié nue dans un appartement quand il fait frisquet, c'est pas terrible. Ah, tu tuerais pour un bon café – et, heureusement pour l'humanité, ils ont créé des engins capables de t'en faire dès que tu le souhaites. A condition d'avoir les capsules avec.

Finissant à moitié couchée sur le meuble le temps que cette foutue machine à café ait terminé son vacarme, tu récupères enfin le récipient et t'en sers une tasse, dégustant ce poison pour la fatigue ; regard vers le lit.
Repenser à la veille trouble ton rythme cardiaque.

Tu glisses à côté du matelas pour récupérer ton carnet et retournes t'installer à la table, avalant une nouvelle gorgée de café ; tu retranscris proprement chaque information prise hier soir et t'étires avec l'entrain d'un condamné à mort le jour de son exécution. Oh que cette journée te semble similaire. Main passée sur le visage, coup d'oeil au brun encore affalé dans le pieu.

Un sourire déchire tes lèvres et tu t'approches vicieusement, un verre d'eau dans la main. Tu ne prononces pas un mot mais l'implore mentalement de te pardonner – et déverses le contenu de ton petit verre sur son cou (pas son visage, quand même. Le noyer c'pas ton but). Et tu le regardes fixement, attendant sa réaction avec un large sourire aux lèvres.

C'est définitif, t'es une grosse chieuse Arizona.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Lun 31 Aoû - 23:01


long into an abyss
FT. ARIZONA
Sans surprise pour toi, elle décide d’éviter ton regard.
Mais tu n’en prends pas réellement compte, ça n’avait pas de réelle importance maintenant. Alors tu n’en tiens pas rigueur, brise le silence avant qu’il ne devienne pesant. Elle était parvenue à te ramener vivant. C’est tout ce qui importait. Oui, inutile de penser aux « si ». Parce que tu étais là, bien vivant. Elle savait alors tant mieux. Elle savait alors elle n’avait plus à s’en faire ou à s’en vouloir. Tu ne bronches pas lorsqu’elle se blottit contre toi. Tu ne protestes pas lorsqu’elle parle de s’endormir. Maintenant, ça ne comptait rien de réessayer après tout.

Tes paupières deviennent lourdes et ton souffle se raccourcit.
Et avant même que tu ne t’en rendes vraiment compte, tu avais fini par succomber aux bras de Morphée.

---------------------------------


Tu ne savais pas exactement ce que tu faisais.
S’il s’agissait d’un rêve ou bel et bien de la réalité. Si tu étais encore chez toi, allongé sur ce clic-clac avec Arizona ou si tu étais retourné dans cette caisse étroite. Parce qu’il faisait si sombre. Parce que tu n’arrivais plus à bouger. Peut-être que cette fois-ci, ils avaient cassé tes bras et tes jambes. Peut-être que cette fois-là, ils avaient pris les mesures nécessaires pour que tu ne puisses contacter qui que ce soit. Peut-être que là, maintenant, c’était vraiment la fin.

Mais même.
Même si cette pensée t’avait traversé l’esprit, tu restais étonnement serein. Pas d’appel au secours, pas de cris désespérés, pas de tentatives vaines de briser, casser, gratter le cercueil. Tu étais juste resté là, les yeux ouverts sans voir quoi que ce soit. Sans un mot ni même un geste. Tes paupières semblaient figées, paralysées. Tu ne clignais même plus des yeux.
Alors peut-être.
Peut-être que tu étais déjà mort. Peut-être que tu n’étais plus qu’un esprit enfermé, piégé dans la caisse renfermant ton corps. Et même ainsi, tu dis qu’Arizona pourrait t’aider. Qu’avec son pouvoir, elle pourrait faire quelque chose pour toi. Pourtant, quelle que soit la gravité de la situation, tu restais toujours aussi calme. Comme si, quel que soit ton destin, tu l’avais accepté sans peine. Sans broncher. Sans même te débattre.

Peut-être était-ce mieux ainsi.
Peut-être que- « AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
Boum
En un clin d’œil, tu ne te trouvais non plus sur le clic-clac ou dans un cercueil, mais à même le sol. Malgré la douleur lancinante qui envahissait ton corps entier, tu te redressas brusquement, tournant frénétiquement la tête de gauche à droite, à la recherche d’une quelconque menace. Puis tu secouas subitement ta tête, dérangé par l’eau dégoulinant sur ton crâne. Réflexe de chien. Enfin. D’Inugami. Bref, c’est pareil. Et relevant la tête, considérant Arizona avec un verre vide dans la main, sourire aux lèvres, tu finis par comprendre et tes muscles par se détendre. Putain Ari.. T’es sérieuse… »

Tu pousses un long gémissement et t’affales à même le sol.
Pendant quelques longues secondes, tu as vraiment cru qu’on t’avait attaqué. Mais au final, ce n’était que la brune. Et là, tu te dis que tu aurais dû t’y attendre. Un grognement, tu gigotes un peu avant de te redresser et retirer ton t-shirt mouillé qui te dérangeait plus qu’autre chose. « C’est pas cooool…. » Enfin, ce n’est pas comme si à ce moment-là, tu dormais réellement bien. Tu avais ce qui ressemblait  à un cauchemar après tout. Mais tu préférais ne pas en parler.
Tu préférais tout oublier.
Ce qui, évidemment, ne sera pas chose aisée. En tout cas, tu espérais vivement que cela ne nécessite pas une quelconque thérapie. Et même si c’était le cas, tu n’irais sûrement pas. Mais peu importe. Ce n’était pas réellement le moment de penser à ça.

Tu te redresses.
À nouveau sur pied, tu quittes la pièce sans un mot. Sans un regard. Et dans la salle de bain, tu laisses couler l’eau. Tu restes quelques secondes, histoire de t’assure que la baignoire se remplisse. Puis tu retournes au salon pour te tenir juste en face d’Arizona. Sourire aux lèvres. Pas un mot. Juste un sourire ressemblant à celui d’un ange. Brusquement tu réduis la distance qui vous sépare, l’attrape et la soulèves dans tes bras. Tu te diriges ensuite vers la salle de bain, le plus vite possible avant de te baisser puis la lâcher. Dans le bain. Rempli d’eau. « J’espère qu’elle est bonne au moins. » Bon. T’avais peut-être un peu abusé. Rien qu’un peu. Mais ça ne voulait pas dire que tu regrettais pour autant. ▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Ven 11 Sep - 18:31


long into an abyss

ft. lloyd
hrp ; couleur #ff0352
jtm yo
La fierté pétille dans ton regard, particulièrement lorsqu'il pousse ce doux hurlement de surprise. On évitera de parler de ce qu'un Lloyd torse nu et légèrement wet provoque au coeur de ton imagination, histoire de pas traumatiser les plus fragiles. Oh, my.

« Parfaitement, je suis toujours sérieuse, tu devrais le savoir. »

Clin d'oeil et ronronnement, tu passes une main dans tes cheveux en retenant un hairflip royal. C'est là qu'il se lève et s'évade dans la salle de bin – la tendre envie de le rejoindre titille ton esprit, mais tu te contentes de bâiller et de jeter un regard profondément envieux vers la cafetière.
Mine de rien, les cafetières ne sont pas appréciées à leur juste valeur. Elles travaillent dur dès le matin pour offrir de l'énergie au monde autour d'elles, et le monde susnommé ne fait que grogner sur elle ; que ça soit par sa lenteur ou par ses bruits sonores.
Être une cafetière au final, c'est peut-être pas une bonne chose. En plus, tu ferais du mauvais café par pur esprit de contradiction.

« Lloyd, tu comptes prendre un bain ? T'y vas fort, on va prendre du retard si tu fai- Le sourire qu'il t'adresse te coupe net le souffle, une mauvaise impression assombrit ton visage. Et il te soulève, sans dire un mot – c'est là que tu commences à comprendre. Attends, attends on peut régler ça plus calmement pas besoin d'aller aussi loin LLOYD JOACH MAXWELL SI TU OSES… »

Splash. T'avais beau te débattre et chercher à le chatouiller le mordre le griffer lui hurler dessus, il t'a jetée dans la baignoire comme une bonne femme jette des fringues sales au fond d'une machine à laver. Et c'est trempée que tu finis, à moitié étalée dans le bain. La tronche sombre, les cheveux plaqués sur ton crâne et emmêlés devant ton faciès.

« Maxwell… »

Chaque syllabe est détachée, un sourire forcé orne ton visage. Et t'attrapes son bras avec la rapidité d'une vipère, l'entraînant avec toi dans l'eau – bon, c'est un peu serré, mais au moins tu obtiens ta petite vengeance.
Même si, à la base, c'est toi qui a commencé.

« Elle est bonne, tu trouves pas ? » C'est murmuré contre son oreille, comme une adorable menace sur un ton délicat.

Rien que pour ça, il subira des jours sombres à tes côtés.
Traumatisme ou pas, on obéit à Arizona Winchester, bordel. Te relevant lentement mais sûrement – accompagnée des craquements sonores de tes articulations – tu ne lui tends même pas la main mais lui jette une serviette dans la gueule, un large rictus étirant tes lippes. Le genre de sourire honnête, avec les joues à peine rosies.
Comme dans les shôjos, t'sais. Ouais, y a un souci avec les shojos ces derniers temps.

« Bouge tes jolies fesses, dans une demi-heure on sort. J'ai un cadavre à aller menacer. »

S'il était debout, t'aurais certainement tapoté – voire frappé – les fesses en question.
Il faut savoir profiter intelligemment de chaque opportunité, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   
Mer 11 Nov - 22:43


long into an abyss
FT. ARIZONA

Aucune hésitation malgré les plaintes d’Arizona.
Il ne se soucie pas vraiment du retard qu’ils pouvaient prendre. Il ne se souciait pas non plus des menaces d’Arizona, bien qu’il soit évidemment conscient qu’il ne s’agissait pas que de paroles en l’air. Puis, elle ne serait pas capable de lui faire du mal et Lloyd le savait parfaitement.
Bah oui, à votre avis, pourquoi prenait-il autant de libertés ?
Le jeune homme observe le résultat de son travail, l’air fier de lui. « T’es magnifique comme ça Ari, si tu savais. » C’est ça, vas-y moque-toi. Quoique, ce n’était pas totalement faux

Sauf que quand elle l’appelle par son nom, Lloyd finit par se dire qu’il n’aurait peut-être pas dû faire autant le malin. Et cette impression ne fait que se renforcer lorsqu’il se sent entraîner aux côtés d’Arizona.  Il a perdu son sourire, se sent un peu – bien – con et se dit même que c’est injuste parce qu’elle était celle qui avait commencé. Ça aurait pu être plus agréable sans eau. Ou encore sans vêtements… Enfin, il fallait voir les choses en face, tout de même.
L’Hyléos retrouve son sourire à sa remarque. Effectivement, elle était bonne. Après, qu’il s’agisse de l’eau ou d’Arizona… L’un bien plus que l’autre. Allez savoir lequel.

Il aurait tout de même espéré qu’elle prendrait la peine de l’aider à sortir. Après tout, elle était celle qui l’y avait mis ce serait la moindre des choses. Mais non, Lloyd devra se contenter d’une vulgaire serviette dans la face, parce qu’on l’aura tous compris, l’amour de la Charybde est vache. « Merci Ari, trop aimable. Il quitte la baignoire et regarde avec dépit ce sol trempé qu’il se devra de nettoyer plus tard. Il traverse l’appartement afin de gagner sa chambre dans le but de se changer, tout en essuyant ses cheveux. Puis, il s’adresse à son invitée à travers l’appart. Tu sais déjà qui tu vas questionner ? » À ce moment-là, il ne s’était pas vraiment rendu compte du nombre de morts à qui elle pouvait s’adresser à Synodel.

« Enfin, c’est vrai que les morts ont forcément vu ce qu’il s’est passé hier soir. Et il aurait préféré que ceux-ci lui viennent en aide. Genre, fantômes frappeurs. Mais bon, sans doute était-ce trop demander. Il devait déjà s’estimer heureux qu’Arizona n’arrive avant qu’il ne meurt par suffocation.
Lloyd finit par rejoindre Arizona et l’observe longuement, un sourire en coin.
T’as l’air pressée, mais t’es pas franchement prête à partir. À part si tu comptes sortir dans cette tenue – qui est plutôt sexy d’ailleurs –, mais j’en doute. »
Non non, Lloyd ne se rinçait pas du tout l’œil, ce n’était pas son genre voyons.

Et puis il voit Link se lever subitement, sa truffe pointant la porte. Il ne bouge pas, les oreilles dressées alors que l’on toque à la porte. Trois coups étrangement espacés. Il ne saurait dire pourquoi exactement, mais cette présence le dérangeait. La personne se trouvant derrière la porte – bien qu’il ne sache pas de qui il pouvait bien s’agir le rendait mal à l’aise. Peut-être parce qu’elle lui semblait étrangement familière.
Lloyd se tourne vers Arizona. La fixe. Lui demande silencieusement de ne pas ouvrir. Tente de lui faire comprendre qu’il pourrait s’agir de l’un d’eux. Difficile de faire tout ça sans dire un mot, hein ?
« J’ai un colis pour Lloyd Maxwell. »
▬ #a8012c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: long into an abyss ▬ ft. arizona
   


Revenir en haut Aller en bas
 

long into an abyss ▬ ft. arizona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» long into an abyss ▬ ft. arizona
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Un combat long....très long !!
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Quartiers riches :: Hyléos :: Résidences-