Partagez | 
 

 I could show you incredible things ★ Indiana Miller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
orion
ArielleyFéminin

date d'inscription : 26/07/2015
autre(s) compte(s) : Pan & Cliché.
pouvoir : Charme.
âge, race : 18 ans ✶ Infectée d'Orion.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Voleuse ✶ étudiante en botanique ✶ Strip-teaseuse ✶ Informatrice exclusive de Bomb.
feat : Panty Anarchy ✶ Cameron Diaz.
messages : 50
avatar
I could show you incredible things ★ Indiana Miller
   
Dim 16 Aoû - 22:51








I could
show you

incredible things

Tes ongles tapotent l'écran sous tes doigts. Recherchant désespérément un nom précis. Que tu ne trouves pas. Peut-être que tu t'y prends mal. Tu n'as jamais vraiment fait de vraies recherches sur ces pages, en général tu t'amuses à prendre la première identité qui te plait pour un canular. Hors, ce soir, derrière le bar, le contexte est différent. Tu cherches une personne qui pourra t'accompagner pour une nuit mouvementée. Après de nombreuses tentatives dans ton répertoire, tu fus forcé de reconnaître que ce soir il te faudra faire une nouvelle connaissance et embarquer un inconnu dans une de tes aventures. Et c'était bien plus facile à faire qu'à dire. Tu ne pouvais compter sur une personne de la boite, c'était trop dangereux de traîner avec un client. Dommage, tu dois aller voir plus loin. Alors depuis dix minutes tu cherches quelqu'un qui pourrait te suivre.

Pourtant, dans cet annuaire, il n'y a aucune informations et cela t'énerve. C'est pourquoi tu souffles bruyamment, tout le monde doit savoir qu'Arielley est frustrée. Et ça marche, comme à chaque fois. On accourt pour te demander ce qui ne va pas. C'est agréable d'être un tant soi peu aimée, suffisamment pour répondre à tes contrariétés. Alors, en profiteuse que tu es, tu te plains. On te propose de t'accompagner, mais cela ne t'intéresse pas et tu croises les bras. D'un coup, ce qui te semblait appréciable devient lourd et tu regrettes d'avoir solliciter leur aide. Jusqu'à ce que tes oreilles captent cette conversation. Que tu entendes ce nom ; Indiana Miller. Et enfin, tu sentais que tu touchais au but. Il était l'homme de la situation. Un homme à tout faire ? C'était parfait ! Plus vite que l'éclair, tu le trouves dans les pages jaunes. Trop facile et tu attrapes ton iris. Tu ignores les formes, et écris comme s'il s'agissait d'un ami. De toute manière, il doit accepté. C'est son boulot. Tu pourras payer... même s'il te faudra négocier.

Tu travailles jusqu'à deux heures et tu ignores le temps que tu mettras pour aller aux Usines, ainsi tu lui donnes rendez-vous à trois heures directement là-bas. Ça t'évitera le trajet à devoir meubler d'une conversation. Vous serez tout de suite dans le feu de l'action. C'est d'ailleurs dans cette optique que tu quittes la boite afin de te rendre là-bas. Short et pull noir, tu ne tapes pas dans le voyant. On t'a dit que cela serait comme une effraction, mieux valait être discrète. Dans la mesure du possible avec toi. Dans la nuit noire, l'atmosphère des Usines fait dressé ton duvet et ton cœur commence à tambouriner dans ta poitrine. Est-ce seulement surveillé ?

Une fois sur place, tu attends impatiemment ton rencard, pensant à ce que tu pourrais faire dans ce lieu lugubre, mais drôlement excitant et des bruits de pas te font sursauter alors que tu es perdue dans tes pensées. Instinctivement tu attrapes le bras du nouvel arrivant et tu vous caches dans un buisson. Pensant qu'un gardien ferait une ronde - n'importe quoi. « Mode Ninja chéri. Pas un bruit, imagine un peu qu'elle soit surveillée, notre expédition serait ruinée. » pour t'assurer qu'il ne l'ouvre pas, tu glisses ta main sur sa bouche et inspecte les lieux, puis tu te lèves d'un coup et t'étire avec un large sourire. Sautant hors du buisson, tu reposes le regard sur le garçon toujours assis derrière les feuilles sombres. « Les chances que je croise un parfait inconnu à une heure si tardive, dans les usines est quasiment impossible. Indiana je présume ? »  les bras croisés à ta poitrine, tu sautilles sur tes pieds, pressée d'entrée. « Arielley, enchantée. On y va ? » et déjà tu inspectes l'ouverture dans les grillages que tu avais fais il y a quelques jours.
Feat. Indiana Miller
Tu parle en #8CC6D7
Et j'espère que ça te va. ♥

_______________

ARIELLEY

BABY DOLL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: I could show you incredible things ★ Indiana Miller
   
Mar 18 Aoû - 3:48


D'accord, non. Indiana n'était peut-être pas le meilleur exemple en matière de solidarité. Il avait tendance à se moquer complètement des problèmes des autres quand il ne les réglait pas pour de l'argent, et, plus globalement, pour sa satisfaction personnelle. La reconnaissance des clients avait quelque chose de vraiment bon pour l'égo, il l'avait compris dès lors qu'une de ses anciennes clientes avait décrété qu'il pouvait passer dès qu'il pouvait à son restaurant pour avoir un repas gratuit. Indiana ne comprenait pas tellement son intention étant donné qu'elle l'avait déjà payé mais il n'avait pas décliné pour autant - des repas gratuits, attends, tu déconnes ? Les gens avaient cette part de mystère qu'il essayait parfois de comprendre comme là, allongé sur son canapé, fixant le plafond de cette oeillade vide comme si la compréhension de la gentillesse était tout ce qui comptait à présent. Le monde aurait pu arriver à son terme, il aurait pu ne pas réagir tant il était concentré sur lui-même. Souvent, ce genre de ressentis lui manquaient - et ce n'était pas faute d'essayer de les saisir. Au bout du compte, Indiana avait une vision du monde tant éloignée de celle des autres qu'il doutait même de la présence d'une conscience au plus profond de lui.

Après tout, n'était-il pas ce qu'il y avait de plus cruel ?

Un mercenaire sans foi ni loi qui agissait juste pour l'argent au point d'en avoir tué quelqu'un sous les yeux d'une prostituée qui n'avait rien demandé - ni n'oublierait son agissement. Le pire dans tout ça, c'était que ça ne se rapprochait pas même de la culpabilité à ses yeux. Il s'en moquait, et, aussi facilement que ça, il s'était affalé dans son appartement pour s'en retourner à ses questions existentielles - et, soit dit en passant, à son travail.
Il aurait pu changer de camp, aussi, ça lui aurait été égal.

La question la plus importante, selon lui, était pourquoi les iris prenaient le soin d'arriver lors de ses séances improvisées de relaxation ? Il lui arrivait alors, neuf fois sur dix, d'être tenté de demander l'adresse de l'expéditeur du message, quel qu'il soit, pour lui faire regretter de l'avoir tiré de son calme - mais Indiana se contrôlait. Là aussi ; il lut l'annonce en diagonale, concentré sur les mots clés, et, sans vraiment se soucier de qui était le commanditaire, il répondit avec brièveté qu'il serait à l'heure. Un nouveau boulot accepté sans plus d'informations. L'avantage pour cette expédition, c'est qu'il avait toujours en réserve le pouvoir d'invisibilité qu'il avait copié, il espérait juste ne pas avoir à s'en servir de la même façon qu'il l'avait fait jusqu'à présent.

Aussi, les mains fourrées dans ses poches, l'air endormi, ayant juste enfilé un t-shirt large et son chapeau, il était parti à l'encontre de sa cliente. Une femme, c'est tout ce qu'il avait apprit à son sujet - ou retenu, tout du moins. Il ne se sentait pas vraiment concerné par ses problèmes avant de l'avoir rencontré, aussi, lorsqu'elle le tira dans les buissons et qu'il se cogna la tête contre le sol en lâchant le plus spectaculaire son of a bitch que l'humanité ait jamais proféré, il sut qu'il apprécierait moyennement l'expédition. Et ses problèmes, par la même occasion. Enfin, pour autant qu'elle l'ait brutalisé, il se permit de matter sans gêne le derrière - et quel derrière - de la blondinette qui semblait être responsable de ce bordel - et, avec un sourire en coin, il se promit de ne plus jamais juger les situations aussi vite.

« C'est moi. Disons que la paie me fera oublier la chute que tu m'as fait faire. » grommela-t-il.

Il se releva et la toisa du regard un peu plus sérieusement. Une allure simple et discrète, des habits sombres : elle était fin prête. Vraisemblablement, elle préparait ce genre d'expédition depuis un petit moment - seul un partenaire lui faisait défaut, et Indiana n'en avait pas l'allure. Un chapeau bien voyant, un haut coloré - c'était comme porter un panneau indicateur de sa présence. Arielley aurait pu s'en rendre compte, mais le temps de se tourner, Indiana n'était plus là. Il avait prit la tangente, pouvoir d'invisibilité activé pour aller repérer les différents vigiles. Personne aux alentours - et sitôt la constatation faite, il apparut de nouveau, cette fois en face de sa partenaire improvisée.

« Personne aux alentours. On peut y aller. »

Il glissa à nouveau ses mains au fond de ses poches, ôta son chapeau pour le laisser pendre dans son dos et suivit la demoiselle. Il la laissait ouvrir la marche, après tout, elle, était celle qui voulait explorer - Indiana n'était qu'un soutien. Effacement de mémoire, meurtre... il se moquait bien de la façon dont il pourrait se débarrasser d'un témoin, s'il laissait quelqu'un en devenir un, pour autant que sa mission soit un succès. Et en l'occurence, ici, la mission était que la blonde au derrière attrayant puisse mener son expédition sans encombres - ce qui n'avait pas l'air si difficile. L'ennui était ce qui lui faisait le plus peur.

« Les apparitions brutales avec ce pouvoir me donnent un côté Castiel. Qu'est-ce que t'en penses ? » souffla-t-il avec humour.

code©arizona
Revenir en haut Aller en bas
 

I could show you incredible things ★ Indiana Miller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» après la pluie le beau temps • Indiana Miller
» Taste me, drink my soul, show me all the things i shouldn't know.
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Rps-