Partagez | 
 

 Fifty shades of the finance minister •• pv james

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invitéavatar
Fifty shades of the finance minister •• pv james
   
Dim 16 Aoû - 20:58


fifty shades of the
finance minister




La nouvelle est tombée aussi brutalement que rapidement. Pourtant, rien ne laissait penser, ce matin, que tu passerais une putain de journée de merde lorsque tu boulottais ton bol de céréales. T'es arrivée au bureau avec le même enthousiasme que tous les jours, en priant pour que tu puisses rester à l'agence et rattraper ton retard sur tes articles. C'était sans compter sur ce -bip de censure- de supérieur hiérarchique. Plus mesquin et tordu que lui, tu meurs.

Aujourd'hui, l'interview du ministre des finances de Synodel doit avoir lieu. Le rendez-vous a été pris il y a une ou deux semaines. Le délai d'attente est long, ou alors il voulait juste pas voir des Scylla dans son bureau. Jusque là, rien de bien affolant. Sauf que la personne qui devait interroger le Charybde est tombée malade. Et comme ton supérieur sait très bien à quel point tu raffoles de faire des sujets sur les infectés -notez ici toute l'ironie de ces propos- il t'a désigné pour le remplacement. Et aucune possibilité de négociation.

Sur le chemin, tu n'as donc fait que râler, pester, maudissant les Infectés et ton -bip de censure- de supérieur. On t'a rapidement fait un brief du ministre, et, seule bonne nouvelle, on t'a donné des questions toutes prêtes. Mais il faudra pas croire que tu seras la plus agréable des personnes. Faut pas pousser non plus ; quelle idée d'envoyer une Scylla dans les quartiers riches ? C'est juste une torture de voir tous ces gens se pavaner et se vautrer dans leur luxe quand des gens comme les Scyllas ont du mal à joindre les deux bouts. Cette injustice te révolte et, si c'était pas une visite professionnelle, tu t'en retiendrais pas de lui dire ta façon de penser à ce foutu ministre des finances.

Tu arrives donc dans le bâtiment tout simplement immense. Restant sur le trottoir en levant la tête pour regarder la taille de l'édifice, tu refuses de croire qu'il y a autant de monde là-dedans. Tu secoues la tête, inspirant avant d'ajuster ton petit chemisier et ton pantalon avant de pénétrer dans la gueule du loup. Les quelques personnes que tu rencontres alors t'accueillent avec un sourire narquois, presque malsain. Et bien quoi ? N'ont-ils jamais vu de Scylla ? Ou sont-ils trop parfaits pour partager le même air qu'une prolétaire ? Leur attitude t'exaspère déjà et tu pries pour que le ministre ne soit pas si hautain, sinon l'interview serait courte.

On te conduit à travers un véritable dédale de couloirs après t'avoir fait faire un tour d'ascenseur. Calepin dans ta main, plaqué contre ta hanche, tu suis ton guide -une femme blonde perchée sur des talons et tirée à quatre épingles- jusqu'à une double porte ; l'antre de la bête, visiblement. Ta course s'arrête là. La femme toque à la porte, patientant silencieusement jusqu'à ce qu'un son approbatif se fait entendre, lui signifiant d'entrer.

Elle ouvre la porte sur un bureau si immense qu'il pourrait contenir au moins quatre fois ton appartement. Si ce n'est pas plus. Et autant dire, loin de toi d'en avoir douté un seul instant, le ministre a bon goût. Le décor est harmonieux, à la fois classe et épuré. Diverses armoires sont collées aux murs, certainement remplies de documents divers et variés. Un coup d'oeil circulaire pour tout de même t'assurer que tu es bien dans un bureau et non pas dans un appartement ; pas de lit, de cuisine ou de frigo à l'horizon, c'est donc bien un bureau. Enfin... c'est relatif. Tu reviens à la réalité lorsque la blonde annonce, non pas ton nom mais une heure de rendez-vous, d'un ton presque indifférent mais teinté d'un peu d'humour, ou serait-ce de la moquerie. Allons bon, dorénavant tu répondras au nom de "votre rendez-vous de 10h".

La blonde disparaît peu de temps après tandis que tu fais un pas un avant, tendant la main avec une hésitation notable, affichant un demi sourire poli.

« Bonjour Mr Keegan, je remplace mon collègue, Zack McLoan, qui est souffrant. Je m'excuse au nom de notre journal pour ce contretemps. Je m'appelle Texas Kynnsleigh. »

Tu le détailles un moment, ton malaise s'insinuant bientôt dans tes veines comme un poison dévorant la chair. Tu tâches néanmoins d'être la plus professionnelle possible afin qu'il ne puisse pas comprendre que sa présence en tant qu'Infecté t'indispose clairement. D'autant que, d'après tes informations, il est sensé avoir plus de 70 ans et fait ton âge environ. Tout simplement effrayant leurs dons.

« Si vous êtes d'accord, je prendrai une photo de vous afin d'illustrer notre article. Cette photo ne sera pas retouchée sauf si vous le souhaitez, et ne fera pas l'objet d'une quelconque distribution à d'autres médias ou tierce personne. » Tu attrapes un petit magnétophone qui date un peu, héritage personnel, que tu lui montres. « Je me permettrais d'enregistrer notre entrevue afin de reprendre des informations que j'aurais omis d'écrire dans mes notes. Pas d'objections ? »

Les mises en garde habituelles ; il doit connaître tout ça, mais il vaut mieux les rabâcher plutôt que de préférer la facilité et d'être traîné, ensuite, au tribunal pour escroquerie ou autre chef d'accusation en lien avec le manque d'informations et la protection de la vie privée. La loi est compliquée, même à Synodel.


Revenir en haut Aller en bas
charybde
James C. KeeganMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
pouvoir : Vol de vitalité
fiches : fiche •• rs
âge, race : 25 ans •• Charybde
orientation sexuelle : Bisexuel
profession : Ministre des finances
feat : Ooikawa Tooru & Xavier Samuel
messages : 85
avatar
Re: Fifty shades of the finance minister •• pv james
   
Mer 19 Aoû - 21:48




do u wanna know









Adossé à son siège, le menton dans sa main et le nez plongé dans un dossier, le ministre des finances était concentré. Arrivé légèrement plus tôt pour un rendez-vous sur un projet traitant encore de l'état déplorable des cités scylla et Lamia - soit un sujet qui ne l'intéressait guère - il devait maintenant étudié la question plus sérieusement.

Mais il savait déjà ce qu'il en pensait. Il avait déjà refusé ou modifié des projets en faveur de ces peuples, pauvres humains qui méritaient terriblement leur sort à ses yeux. Il les détestait. Tous. Sans exception. Qu'ils tendent la main, qu'ils crèvent de faim, qu'ils vivent dans la moisissure ou les déchets, cela lui aller parfaitement.

Ce qui l'inquiétait plus était les nombreux trafics qu'il pouvait y avoir là-bas. James était un homme prudent. Si un réseau criminel se mettait en place avec l'aide de ces trafiquants, ils pourraient tenter un coup d'état, prenant ainsi le pouvoir. Même si les chances que cela se produise étaient minimes, le jeune homme avait tout de même voulut mettre quelqu'un sur le coup. Pour éradiquer le problème avant son apparition.

Perdu dans ses pensées, c'est alors qu'il entendit toquer à la porte. Il lança un entrez sans quitter des yeux son dossier et ne les relevèrent que lorsqu'il s'aperçut que sa charmante secrétaire n'était pas seule.

- Votre rendez-vous de 10h.

Il comprit immédiatement de qui elle voulait parler et se leva en faisant signe à la jeune femme de partir. Pas de bonjour, de merci, ni d'au revoir. Il avait toujours été froid avec ses employés. Tout comme le sourire qu'il adressait à la demoiselle en s'approchant d'elle. Une humaine. Il avait pourtant spécifier qu'il ne voulait pas faire d'interview pour eux, mais il semblerait que la compagnie de la petite était bornée, et avait rappeler maintes fois. James avait finit par accepter.

Il répondit à sa poignet de main en gardant une certaine confiance, ce qui n'était visiblement pas le cas pour elle. Était-elle stressée ? Avait-elle le trac ? Était-ce sa première fois ? James douta quelques secondes avant de voir le ton et l'air professionnel qu'elle prenait. Ce serait un comble s'ils avaient envoyé une débutante.

- Vous m'en voyez navré pour votre partenaire. Ton professionnel, la fixant dans les yeux. Enchanté mademoiselle Kynnsleigh.

Il l'a sentait mal à l'aise alors qu'il la détaillait du regard, lui souriant poliment quand elle lui expliquait toutes ces choses qu'il savait déjà. Il hocha la tête quand elle lui montra son magnétophone en se demandant dans un coin de sa tête comment ce genre d'antiquité pouvait encore fonctionner. On peut trouver de tout à scylla, apparemment. Continuant de sourire froidement, mais d'un air professionnel, il lui répondit.

- Cela me convient parfaitement. Il lui montra alors le sofa d'un geste de la main, l'invitant. Nous allons faire cette interview sur le canapé, si vous le voulez bien, ce sera plus agréable.

Il n'attendit pas sa réponse qu'il s'avançait d'un air assuré et vient s'asseoir naturellement avant de reporter son attention une nouvelle fois vers elle, lui disant poliment.

- Nous pouvons commencer.

_______________



Don't blame me for your problems, don't ask me for mercy. All you have is all you deserve. So tell me why do I have to cry for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: Fifty shades of the finance minister •• pv james
   
Jeu 20 Aoû - 17:08


fifty shades of the
finance minister




Pour être honnête, ce ministre-là, t'as aucune confiance en lui. C'est un politicien après tout, pourquoi croire en lui ? Mais passons, tu n'es pas là pour te faire une meilleure ou pire opinion de lui ; tu t'en moques tout simplement. Tu n'as aucune envie d'être ici, et lui aussi, probablement, n'a aucune envie que tu le sois. Après tout, vous appartenez respectivement aux deux opposés de Synodel ; l'un riche et Infecté, l'autre pauvre et Humaine. Après t'avoir invité à t'installer sur le canapé, tu t'exécutes en silence, préparant ton matériel.

« Nous pouvons commencer. »

Tu hoches la tête, crayon dans ta main droite, activant ton magnétophone de l'autre avant de le poser sur la table basse en face de vous, bien au milieu.

« Mr Keegan, comme chacun le sait, vous êtes notre ministre des finances ici à Synodel. Quel a été votre parcours pour accéder à ce poste ? Était-ce celui qui vous souhaitiez, ou, au contraire, avez-vous envisagé de placer la barre plus haut ? »

Les questions sont classiques, et tu le déplores. Mais ce n'est pas toi qui les as faites, alors tu t'en moques. Tu ne devrais pas être ici de toute évidence, alors peu importe. S'il trouve les questions stupides ou criantes de banalité, tu lui diras le fond de ta pensée avec le plus de tact dont tu disposes. Être ici est tellement ironique que tu as une folle envie de lui poser des questions qui ne figurent pas sur le papier que tu as posé à côté de toi.

« Qu'auriez-vous à nous dire concernant la situation financière inégale dans les quartiers de Synodel ? »

Cette question, par contre, est plutôt plaisante. Tu relèves la tête vers lui, plongeant ton regard dans le sien. Dire que, physiquement, il a ton âge. Comment peut-on être ministre à cet âge ? Piston, ou usage de don illicite ? Allez savoir.


Revenir en haut Aller en bas
charybde
James C. KeeganMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
pouvoir : Vol de vitalité
fiches : fiche •• rs
âge, race : 25 ans •• Charybde
orientation sexuelle : Bisexuel
profession : Ministre des finances
feat : Ooikawa Tooru & Xavier Samuel
messages : 85
avatar
Re: Fifty shades of the finance minister •• pv james
   
Lun 24 Aoû - 21:16




do u wanna know









- Mr Keegan, comme chacun le sait, vous êtes notre ministre des finances ici à Synodel. Quel a été votre parcours pour accéder à ce poste ? Était-ce celui qui vous souhaitiez, ou, au contraire, avez-vous envisagé de placer la barre plus haut ?

Questions typiques, presque banales. James laissa un silence s'installer, réfléchissant minutieusement à sa réponse en l'observant de son air neutre, avant de répondre calmement.

- Mon parcours en soit est assez banal, j'ai tout d'abord étudié comme n'importe quelle personne, le droit, les finances, la politique, la gestion également pour pouvoir, plus tard diriger les finances d'une entreprise, puis quand la chance s'est présentée je suis entré dans les rangs politiques. Un léger sourire apparue alors sur son visage. Et pour tout vous dire, je ne pensais pas arriver aussi haut, je n'avais pas d'objectif ou de poste précis en tête à part le fait de toujours avancer, de saisir les chances et les opportunités qui se présentaient à moi. Petite pause, la regardant gribouiller rapidement sur son carnet. Et j'en suis ici aujourd'hui.

Il savait que ses réponses étaient vagues, mais s'il devait lui dire tout ce qu'il avait fait pour en arriver là, elle repartirait aussi vite, et cela choquerait la presse. On sentait qu'il était extrêmement prudent avec ses réponses, alors quand la prochaine question arriva, il passa sa langue sur ses lèvres en la fixant avant de sourire légèrement, ne montrant pas son irritation intérieure.

C'était pour ça qu'il ne voulait pas faire d'interview avec les scyllas. Ils venaient toujours pleurer le manque d'inégalité et autres conneries du genre. James marqua une plus longue pose, lui souriant poliment.

- L'inégalité a toujours été un fléau contre lequel les gouvernements ont depuis toujours tenté d'y remédier, celui de Synodel n'en fait pas exception. Ou pas. Qui se soucie réellement de leurs sorts dans ce gouvernement à part deux trois gras du bides pas même foutue de se déplacer à scylla ? Aucun. Et cela ne dérangerait James pour le moins du monde si une scylla n'était pas juste devant lui. Il reprit, toujours aussi calme et professionnel, ne laissant rien paraître. Le gouvernement fait tout pour mettre en place un système égalitaire entre les quartiers. Balivernes. Mais vous savez tout aussi bien que moi qu'on ne peut pas bouleverser les choses du jour au lendemain, le changement se fait lentement. Ou jamais.

_______________



Don't blame me for your problems, don't ask me for mercy. All you have is all you deserve. So tell me why do I have to cry for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: Fifty shades of the finance minister •• pv james
   
Jeu 27 Aoû - 12:26


fifty shades of the
finance minister




Ce sourire poli -mais ô combien faux- dessinant ses lèvres te donne une envie monstrueuse de le lui faire ravaler. Il s'attendait à la question, puisque tu es une Scylla, mais il aurait sans doute préféré qu'elle ne soit pas posée. Pourquoi ? Parce que cela implique qu'il devra forcément mentir. Et un politicien qui ment est un mauvais politicien ; comme la majorité le fait, il n'y a jamais eu personne de fiable dans les gouvernements. Tu n'as aucune confiance en ces gens, et le fait qu'un Charybde soit à la tête d'un ministère aussi important que celui des finances te donne simplement envie de ne plus croire à ces charlatans.

Aucun sourire sur tes lèvres, juste un regard lourd de sous-entendus et de méfiance. C'est tout ce que tu lui réponds à son sourire, et, ce, sans t'en cacher. Même s'il s'agit bien là d'un Infecté en face de toi.

« L'inégalité a toujours été un fléau contre lequel les gouvernements ont depuis toujours tenté d'y remédier, celui de Synodel n'en fait pas exception. »

Tu l'observes, te concentrant particulièrement sur le langage de son corps. Avec le temps, tu as appris à comprendre le langage corporel des gens ; les personnes nerveuses vont avoir tendance à chercher leurs mots ou à se triturer cheveux ou doigts, les personnes décontractées ne croiseront pas les jambes et seront plus bavardes, etc. Le ministre, quant à lui, guindé sur son fauteuil, fait preuve d'un sérieux et d'un professionnalisme que tu vois rarement lors de tes interviews. Il veut faire bonne figure en raison de son poste, mais il n'est nullement intéressé par cette entrevue, et encore moins par les questions que tu lui poses. Cet être est détestable, comme ses semblables.

« Le gouvernement fait tout pour mettre en place un système égalitaire entre les quartiers. Mais vous savez tout aussi bien que moi qu'on ne peut pas bouleverser les choses du jour au lendemain, le changement se fait lentement. »

Tu esquisses un demi-sourire, ironique, avant d'attraper une de tes feuilles ; ton collègue n'a pas fait les choses à moitié, il a tout prévu et presque anticipé les réponses que le ministre allait donner. Comme s'il s'agissait d'une pièce de théâtre répétée encore et encore par les politiciens.

« Vous parlez du temps nécessaire pour mettre en place ce système égalitaire à Synodel, cependant il me semble que vous êtes en poste depuis longtemps maintenant. Comment expliquez-vous que l'on ait vu aucun changement, même minime, dans ces quartiers ? »

Il est vrai que, si tu n'avais pas été Scylla, tu ne te serais sans doute pas aperçue de cette inégalité. Peut-être même que tu l'aurais ignoré, tout comme James le fait. Tout comme les autres le font. Tu aurais fermé les yeux sur cette misère en te disant qu'il vaut mieux ne pas s'en mêler pour ne pas s'attirer de problèmes. Mais tu es une Scylla ; la misère tu la vis tous les jours. Tu vois des gens comme Tazio faire des choses risquées pour espérer gagner de l'argent et forcer le changement. Et, surtout, pour survivre.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Re: Fifty shades of the finance minister •• pv james
   


Revenir en haut Aller en bas
 

Fifty shades of the finance minister •• pv james

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fifty shades of Grey
» Fifty shades of Smile
» Fifty shades of grey
» 0# - The Lunatic Story - Fifty Shades Of Revenge [Tweener Turn]
» Fifty shades of Grey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Rps-