Partagez | 
 

 I know that you are broken, Azylis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
charybde
InvidiaMasculin

date d'inscription : 12/07/2015
autre(s) compte(s) : Alcyone
pouvoir : Shapeshifting, connu sous le calomnieux nom de changement d'apparence, total ou partiel. Il ne suffit que d'un regard pour pouvoir vous usurper votre identité, et autant vous dire qu'il vous a déjà tous observés.
fiches : ⌘ PRÉSENTATION
⌘ RELATIONS
⌘ COMMUNICATION

âge, race : 18 - Hunter artificiel.
orientation sexuelle : Béhé c'est nul l'amour.
profession : Espion et accessoirement créateur d'embrouilles
feat : Envy - Fullmetal Alchemist
messages : 277
avatar
I know that you are broken, Azylis.
   
Dim 16 Aoû - 4:20



I know that you are broken.
ft. azylis


   
   
   
On est tous humain au fond, sans doute.

La nuit était tombée et la Lune était à son apogée dans le ciel ténébreux. Vingt troisheures tout au plus, il n’avait pas décidé de la faire patienter davantage. Azylis, un personnage à la fois mystérieux. Ou peut-être son portrait craché il y a 70 ans. Oh mais Corvus, toi qui n’est que malveillance, tu aurais pu te délecter de sa descente aux enfers, pas vrai ? Oh que oui.
Mais… Tu n’arrive pas à t’y résoudre. Qui, honnêtement qui voudrait finir dans ton état ? Il n’y a de place que pour un Démon, et c’est toi. Parce que tu as affronté cette destinée sans vraiment avoir le choix, mais est-ce que les autres méritent le même sort que toi, damné ?

Sans doute.
Mais pas elle.

Il ignore les regards des Lamia une fois avoir atterri dans leur département. La bave du crapaud n’atteindra pas la blanche colombe tout comme les déchets de ce groupe ne devraient pas lever le regard sur un être tel que lui. Il n’a pas le temps de punir cet affront, hélas, alors il se contente de regarder droit devant lui, jusqu’à apercevoir la demeure d’Azylis - une simple maisonnette éclairée de l’intérieur. Ses yeux habitués à la pénombre supportent d’ailleurs difficilement la lumière et il se sentait déjà faiblir rien qu’en observant les fenêtres éclairées du domicile - il n’allait pas revêtir de son apparence humaine pour une telle futilité, cependant.

Plus il s’approche, et plus il se questionne. Plus il s’approche, plus il sent son coeur mort se serrer - l’appréhension, la curiosité, et une pointe d’inquiétude, sans doute. Faible, Corvus. Faible. Il le savait, cette faiblesse, cette humanité qui refaisait surface - il n’a jamais été méchant, au fond. C’est son coeur qui a commencé à noircir, moisir et entrer en putréfaction à cause de ce pouvoir qui n’a fait que gonfler son ego pendant huit longues décennies. Et parfois, le rouage de ses ténèbres obsidiens s’arrête, cesse de fonctionner, et c’est sa bonne volonté qui profite de ce moment de vulnérabilité pour faire de nouveau marcher le mécanisme. A sa façon.

Le portail n’était pas fermé. Peut-être avait-elle oublié de le fermer, l’avait ouvert en sachant que Corvus allait se montrer ou peut-être était-il tout simplement naturellement dévérouillé. Il passe ce dernier et observe rapidement le pavé et la verdure qui jonchait le sol d’une manière simple mais pourtant harmonieuse. Ce n’était pas la première fois qu’il venait chez elle, mais il aimait passer ses yeux sur tout ce qu’il voyait. C’est tellement rare de pénétrer dans la demeure d’un Lamia, hm?

Une fois arrivé devant la porte, c’est sans hésitation qu’il y toque, croisant les bras en attendant que la renarde pointe le bout de son nez. Azylis ne mit d’ailleurs que peu de temps à ouvrir la porte… Et c’est plus mal en point que la dernière fois qu’elle se montre. Ses sourcils se courbent, il esquisse un sourire après avoir détaillé son corps et ses queues du regard, venant en effleurer une en même temps qu’il passe le seuil de la porte pour rentrer chez elle, plissant les yeux à cause de la luminosité. C’est lorsqu’elle ferme le bout de bois que ses iris ambrées embrassent les siennes. Un soufflement. En effet, tu n’as pas l'air de bien aller. Comment tu te sens, ça va ? Aucune douceur dans ses propos, elle n’avait pas besoin qu’on la prenne en pitié ou qu’on s’apitoie sur son sort. Une question comme les autres. Il se permet d’éteindre la lumière du couloir pour le simple confort de ses yeux avant de pénétrer dans le salon et d’en faire, ne laissant qu’une lumière plutôt faible mais quand même suffisante à éclairer la pièce.

Faisant comme chez lui, il prit place sur un siège et croisa les jambes, l’observant prendre place elle aussi en face de lui. Ses yeux un peu curieux observèrent son corps, ses cuisses, ses bras, sa poitrine et sa chevelure mais s’attardèrent surtout sur son cou, une seconde, ou deux. Corvus ne ressent pas spécialement de désir sexuelle malgré l’attraction qu’il peut ressentir pour les femmes. Non, la seule chose qu’il désire plus que tout, c’est leur sang, et rien de plus.

Un petit silence s’installe, mais Corvus y met bien rapidement fin, s’élançant avec une voix toujours aussi calme mais moins sévère.

Raconte-moi tout. Pourquoi m’as-tu demandé de venir ici ?


   
Libella+Aki
#D0CD21

_______________



   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCLx1I4yCR5aThxr0Mj3Cyfw
Invitéavatar
Re: I know that you are broken, Azylis.
   
Lun 17 Aoû - 0:28


mélancolie cruelle, harmonie fluette, euphorie solitaire
featuring corvus
hrp ; #e49bb7
Tu as osé le message s'est envoyé, la pression s'est immédiatement abattue sur toi.
Il arrive, Azylis. Détends-toi, il arrive.

Légèrement tremblante, si frêle qu'un coup de vent pourrait te faire valser. Douce renarde, tu n'as pas fière allure, les queues basses et les oreilles plaquées contre ton crâne tiède. Tu tournes en rond dans la maison, toute la journée, depuis des semaines, te nourrissant exclusivement de céréales et d'aliments peu sains.
Congé, congé. Des jours sans voir un seul de tes clients.
Des jours à te faire dévorer par leurs problèmes, l'âme rongée et le corps amaigri. Des centaines de questions enflamment ton esprit, la tentation de faire un tour à l'hôpital psychiatrique le transperce un nombre incalculable de fois.

Mais rien à faire, tu restes enfermée, cachée aussi bien derrière ces murs que derrière ton ignorance. Tu nies ces mots qu'on semble souffler à ton oreille, ignores les démons qui grattent tes os, ta chair et ton épiderme.

Anastasia.
Yulia.
Kazakov.

Une vingtaine d'années, jeune, belle, foutrement belle. Même dans la douleur, elle est belle. Même dans la haine, elle est belle. Et même quand tu n'y penses pas, inconsciemment elle te paraît belle.
Ce goût d'interdit qui flotte misérablement dans ta bouche, cette fragrance d'illégalité qui emplit tes narines.
Oh, Azylis, cesse de ruminer ces dures idées.

Roulée en boule au milieu de ton salon, couchée sur les neufs appendices qui te rendent si étrange. Tu les as toujours senti, les regards qu'on te lançait. Même ceux de tes chers parents, intérieurement dégoûtés de voir que leur fille incarnait la sournoiserie à l'état pur.
Un kitsune au sang tchèque. Tendre ironie que voilà.

Grattant la surface du bois du bout des griffes, tu finis par t'endormir dans un sommeil faussement réparateur, envahi de mauvaises ondes et de cauchemars infinis. C'est dans un grognement que tu t'éveilles, les claquements de poing sur la porte t'arrachant un maigre sursaut. Les yeux et joues rougis par des larmes inconscientes, tu essuies ton visage fatigué et tournes la poignée, laissant entrer le visiteur.
« En effet, tu n'as pas l'air d'aller bien. Comment tu te sens, ça va ? »

Tu hoches la tête dans un mouvement exténué et le suis après avoir verrouillé l'entrée ; pas un mot ne sort de cette fragile gorge, tes lèvres ne s'étirent même pas en ce sourire poli et factice que tu t'appliques à afficher en toutes circonstances.
Toutes sauf celle-là. Sans craquer, trop lasse pour lâcher une larme, tu t'installes en silence sur le fauteuil solitaire, tes délicates queues t'entourant d'une masse protectrice.
Tu ne souffles mot.

« Raconte-moi tout. Pourquoi m'as-tu demandé de venir ici ?
Déglutit, tu passes une main dans tes cheveux et les replaces instinctivement sur ta gorge, la masquant dans un pur réflexe – réflexe qui est apparu après avoir rencontré Corvus, évidemment.
- Ahem.. Je suis en vacances depuis quelques jours, et j'ai l'impression de devenir complètement folle. C'est la première fois que ça m'arrive, ils me manquent. Ton visage finit entre tes doigts, les yeux fermés et le ton frissonnant. Leur peine, leur haine, leur rage me manquent. Leurs problèmes, leurs difficultés dans la vie, leurs secrets. Légère pause, tu ravales difficilement ta salive. J'ai ce nœud au ventre, comme si j'avais faim, comme si j'étais en manque de quelque chose. »

Et tu sais, tu as parfaitement conscience que ça n'a rien de normal. Qu'un tel attachement est nocif, qu'il finira par te tuer. Fouillant dans le petit placard adjacent à ton siège, tu en sors un paquet de cigarettes et allumes la première d'un simple coup de zipo, prenant une longue bouffée de poison. Ramenant tes genoux contre toi, installée n'importe comment sur ce fauteuil autrefois réconfortant, ce sont des yeux brillants d'un doux désespoir que tu lèves vers Corvus, caressant le bâton de cancer de la pointe des serres.

« Ca recommence, encore et encore. J'finis seule, au milieu d'ce salon vide, et j'ai envie de m'tirer une balle dans la tête. De laisser c'qui me dévore au fond sortir. J'deviens complètement dingue Corvus. Ta voix déraille dans un sanglot ravalé. Tu craques, tu craques. Dis-moi que j'suis stupide, que j'pense comme ça parce que j'ai passé presque une semaine sans voir qui qu'ce soit. Dis-moi que j'suis pas folle, qu'tout le monde réagirait comme ça. »

Fière allure qu'a le démon ; tu supplies presque, tu sens le feu qui menace de s'embraser et de dévaster chaque parcelle qui te compose.
Tu sens la haine de l'esprit, et ce contrôle précaire qui s'effrite à chaque inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
charybde
InvidiaMasculin

date d'inscription : 12/07/2015
autre(s) compte(s) : Alcyone
pouvoir : Shapeshifting, connu sous le calomnieux nom de changement d'apparence, total ou partiel. Il ne suffit que d'un regard pour pouvoir vous usurper votre identité, et autant vous dire qu'il vous a déjà tous observés.
fiches : ⌘ PRÉSENTATION
⌘ RELATIONS
⌘ COMMUNICATION

âge, race : 18 - Hunter artificiel.
orientation sexuelle : Béhé c'est nul l'amour.
profession : Espion et accessoirement créateur d'embrouilles
feat : Envy - Fullmetal Alchemist
messages : 277
avatar
Re: I know that you are broken, Azylis.
   
Lun 17 Aoû - 16:10



I know that you are broken.
ft. azylis


   
   
   
Il l’observe, cette âme tourmentée, se craqueler, se fendiller de toute parts, et se briser au fur et à mesure que sa gorge crachait le poison qu’elle et ses poumons avaient emmagasiné depuis trop longtemps. Corvus la fixe attentivement, croise ses jambes et ses bras, et malgré l’expression faciale indifférente qu’il affichait, il était soucieux, de cette pauvre femme esseulée sans aucun appui pour se raccrocher et échapper cette longue et lente chute aux enfers.

Il fixe la flammèche ardente brûler le bout de sa cigarette. Son attention à présent détournée dessus, alors qu’un silence s’était installé dans la pièce. Et sa voix éreintée comble de nouveau le silence, alors qu’il repose à nouveau son regard en elle. Silencieux, attentif. Ses griffes viennent se perdre dans l’amas doré qu’est sa chevelure.

Dis-moi que j'suis pas folle, qu'tout le monde réagirait comme ça.
Il plisse les yeux, cherchant ses mots, avant de s’élancer.
… Je sais pas. Tout dépend de la personne. Tu n’es pas folle, mais tu n’es pas ordinaire non plus.

Son regard balaie un instant la pièce avant de rejoindre celui d’Azylis. Tu l’as dit, tu es en vacances. Pourquoi en prendre si tes patients te manquent ? ...Azylis. Ton métier te permet de te soucier des problèmes des autres et d’oublier les tiens, de problèmes. Tu intériorise tout, car c’est ce que doit faire un psychologue ; écouter, et se taire.

Il se lève à moitié et se penche en avant, s’appuyant sur la table basse qui les séparait avant de porter une main au visage de la renarde et de lui extirper son bâtonnet empoisonné des lèvres, se rasseyant aussi en observant le papier se faire décimer au fur et à mesure des secondes.

Tu intériorise trop tes sentiments, tu sais que tu peux m’appeler quand tu en as besoin, mais je ne suis pas ta mère ni ton psy, il faudra que tu apprennes à te débrouiller sans moi. Son pouce et son index se rejoignent sur l'extrémité de la cigarette pour éteindre cette dernière, une légère brûlure apparaissant sur son épiderme avant de lentement s’effacer au bout d’une trentaine de seconde - trente seconde à rester silencieux.

C’est après avoir observé le spectacle et que ses doigts redevinrent aussi cadavériques que son teint qu’il fixa Azylis.

Il faut affronter tes démons en face si tu ne veux pas qu’ils te consument. N’aie pas peur d’avoir mal, de te sentir mal, ou dépressive. Mais ne te laisse pas dominer par ces sentiments non plus. Il déposa la cigarette sur la table et pointa son encéphale d’une de ses griffes. Tout se passe à l’intérieur de ta tête, et c’est pour ça qu’à part te conseiller, je ne peux rien pour toi. Ses mains rejoignent les accoudoirs. J’ai découvert mon pouvoir à mes six ans, ce dernier m’a brisé, j’ai perdu confiance en moi et je fus vulnérable à tous les malheurs de la vie. J’ai mit près de quinze ans à maîtriser mes fréquences de transformations, non, le pouvoir en lui-même, et je pensais qu’avec ça, j’allais regagner confiance en moi et vivre comme tout le monde.

Sourire.

Et...non. Parce que le souci venait certes au départ de mon mal-être, mais tout, de base, était dans ma tête. J’ai compris ça trop tard.

Azylis, je peux t’apprendre à maîtriser ton pouvoir et ta transformation, mais tu devras te débrouiller pour le reste.
Il soupire. Tu es en vacances, tu dois avoir des amis qui te changent les idées, non ? Narquois. Tu es une femme charmante, des gens doivent sans doute être de ton côté, à part tes patients suffisamment intelligents pour comprendre que tu es mal, pas vrai ?


   
Libella+Aki
#D0CD21

_______________



   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCLx1I4yCR5aThxr0Mj3Cyfw
Invitéavatar
Re: I know that you are broken, Azylis.
   
Mer 19 Aoû - 15:38


mélancolie cruelle, harmonie fluette, euphorie solitaire
featuring corvus
hrp ; #e49bb7
Pas folle, mais pas ordinaire non plus.

Tu ravales ta tristesse dans un grognement, faussement forte. Tout est faux, chez toi. Tu mens, comme une arracheuse de dents. Oh, tu parais si assurée, en temps normal. Sentiments enfouis, ressentis repoussés et avis personnel mis sous silence.

« Tu l'as dit, tu es en vacances. Pourquoi en prendre si tes patients de manquent ? Douce question aux relents d'accusation. Tu intériorise trop tes sentiments, tu sais que tu peu m'appeler quand tu en as besoin, mais je ne suis ni ta mère ni ton psy, il faudra que tu apprennes à te débrouiller sans moi. »

Tu déglutis, désespérée en voyant le bâton empoisonné se consumer. Tu passes une main dans tes cheveux et détournes le regard, consciente que le sien transperce aussi bien ton corps que ton âme.
Pourquoi l'as-tu appelé, sombre idiote ? La seule chose que tu en retires, c'est plus de douleur, et moins de motivation. L'envie d'avaler une boîte entière de somnifères caresse ton esprit, s'immisçant au creux de tes idées pour s'y caser une place de choix.

N'aie pas peur d'avoir mal, de te sentir mal, ou dépressive.
L'ombre fugace d'un sourire cassé éclaire ton visage pour une infime seconde. Ne pas avoir peur ? Comment ne pas avoir peur, dans de telles circonstances ? Y a un problème au fin fond de ton cerveau, et la seule psy que tu peux voir, c'est toi. Bien joué, Azylis. Tu t'es enfoncée dans ton problème jusqu'au cou.

Affronter ses démons, ses sentiments.
Tu souris vraiment, cette fois. En lui plantant un regard vide dans les yeux. Oh non, il n'y est pas du tout. La bataille, la guerre et la vengeance, ils ont tout gagné, tes sentiments. Et ce depuis des années. Tu ne dis rien, le laisses terminer – que dire, à part « J'ai perdu » ? Pour quoi faire, passer pour une faiblarde ?
La machine est déjà lancée, il est hors de question que tu le confortes dans cette idée misérable. Tu aurais dû faire appel à Tazio, Azylis.

« Parce que le souci venait certes au départ de mon mal-être, mais tout, de base, était dans ma tête. Et tout est dans la tienne. Dans cette âme déchirée, tourmentée par un million d'idées sombres. ...tu dois avoir des amis qui te changent les idées, non ? »

C'est là que tu regrettes définitivement de l'avoir appelé, lui et pas un autre. Peut-être que tu ne le comprendras jamais.
Peut-être qu'il ne fait que te manipuler, qu'au final tu n'es qu'un objet, un jouet qui finira par se casser.

Tu te lèves et ramasses un des verres posés au milieu du salon, à même le sol. Et tu te diriges vers la cuisine, une légère colère froide s'emparant de ton coeur.
« Pardon de t'avoir dérangé, Corvus. J'ai compris, j'aurais pas dû. Récipients posés, retour à la case départ, tu lui offres un rictus sans joie. Ca paraît si simple, c'que tu dis. Mais tu connais déjà la réponse à ta dernière question, n'est-ce pas ? Non Corvus, je n'ai pas d'amis à qui parler. Ils finiraient par se lasser, qui voudrait une femme aussi fragile dans ses amis ? Personne, ou du moins personne sans arrière-pensée. »

Tu as perdu ta confiance en l'Homme – et ses dérivés – il y a bien longtemps. Parce qu'Il n'est là que pour ses propres besoins, pour satisfaire ses seules envies et n'hésite pas à manipuler pour parvenir à ses fins. Pourtant, le vampire te semblait différent.
Tu n'aurais pas dû abuser de son aide, manifestement. Ton ton se fait plus fatigué, tu essuies les vestiges mouillés sur tes joues du revers de la manche.
« Tu peux m'aider pour mon pouvoir, c'est tout. J'aurais pas dû t'appeler, et t'aurais pas dû venir. C'était une mauvaise idée. Tu regrettes, honteuse. Mais ne t'excuses pas, orgueilleuse. Enfin bref, je te rappellerais quand je serais plus apte à m'entraîner pour la jolie créature qui dévore mes entrailles. »

C'est comme ça que tu visualises ton don.
Ce n'est pas toi, qui devient cet esprit maléfique et immonde. C'est une entité indépendante, non ?
Tu n'es pas mauvaise, Azylis, si ?
Tes doigts s'attardent sur la boîte de somnifères.
Revenir en haut Aller en bas
charybde
InvidiaMasculin

date d'inscription : 12/07/2015
autre(s) compte(s) : Alcyone
pouvoir : Shapeshifting, connu sous le calomnieux nom de changement d'apparence, total ou partiel. Il ne suffit que d'un regard pour pouvoir vous usurper votre identité, et autant vous dire qu'il vous a déjà tous observés.
fiches : ⌘ PRÉSENTATION
⌘ RELATIONS
⌘ COMMUNICATION

âge, race : 18 - Hunter artificiel.
orientation sexuelle : Béhé c'est nul l'amour.
profession : Espion et accessoirement créateur d'embrouilles
feat : Envy - Fullmetal Alchemist
messages : 277
avatar
Re: I know that you are broken, Azylis.
   
Dim 23 Aoû - 16:50



i know that you are broken.
ft. azylis


   
   
   
Son faciès s’assombrit, alors qu’il suit le corps d’Azylis traîner jusqu’à la cuisine pour revenir prendre place à l’endroit qui avait supporté son corps - amas de désespoir. La patience commençait à lui manquer - c’était toujours comme ça avec elle. Il l’écoute alors parler, silencieux, poings serrés, et même si son visage arborait une expression glaciale et calme, il se sentait bouillir, lui et ses entrailles.

En réalité, elle ne cherchait pas à voir plus loin que le bout de son nez. Quelle plaie.

Enfin bref, je te rappellerais quand je serais plus apte à m'entraîner pour la jolie créature qui dévore mes entrailles.
C’est sur ses mots qu’il se lève alors, non pas pour quitter le domicile mais pour contourner la table en verre qui les séparait et se planter devant son fauteuil. Il la fixe intensément se penchant pour poser une main sur chaque accoudoir, de part en part de son corps. Aucune agressivité ne reflète dans ses yeux ocre, aucune agressivité, et aucun désir. Un vide si profond que l’on pourrait s’y perdre, reflétant sans doute son âme.

Pourtant, le ton de sa voix trahit un agacement qu’Azylis ne saurait que trop bien discerner. Tu veux noyer tes démons, mais t’y met pas du tien. Tu penses vraiment que c’est qu’en te disant que tu ne vas pas y arriver que tu vas guérir tes maux…? Il plante ses griffes dans le cuir des accoudoirs, s’approchant un peu plus à chaque mot. Non, tu n’as pas d’amis. Mais essaie-tu seulement d’en avoir..? Essaie-tu seulement de sortir de ton cocon et de voir le monde qui t’entoure ? Il y a sans doute des gens qui sont là pour toi, mais tu déprimes tellement que tu ne t’en rend pas compte.

Il se redresse et la toise en s’écartant du siège, passant une main dans le désordre doré qu’est sa chevelure.

Je veux bien t’aider à t’en sortir, mais je ne compte pas te tenir la main, Targaryen. Et je ne vais pas non plus te courir après si tu ne veux pas de mon aide qui pourrait t’être plus que bénéfique.

Il plisse les yeux.

Dis-moi ce que tu attends de moi, je respecterai ton choix.


   
Libella+Aki
#D0CD21

_______________



   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCLx1I4yCR5aThxr0Mj3Cyfw
Invitéavatar
Re: I know that you are broken, Azylis.
   
Mar 25 Aoû - 12:38


mélancolie cruelle, harmonie fluette, euphorie solitaire
featuring corvus
hrp ; #e49bb7
Proche, beaucoup trop proche à ton goût. L'hésitation te bloque, t'empêche de dire ou de faire quoi que ce soit. Alors tu le fixes toi aussi, la fatigue peinte sur ton visage surpris. C'est souvent comme ça avec Corvus – tu as beau y mettre toute ta volonté, la plupart du temps il surprend la pensive que tu es.

« Tu veux noyer tes démons, mais t'y mets pas du tien. Tu penses vraiment que c'est qu'en te disant que tu ne vas pas y arriver que tu vas guérir tes maux… ? Non, tu n'as pas d'amis. Mais essaies-tu seulement d'en avoir.. ? Essaies-tu seulement de sortir de ton cocon et de voir le monde qui t'entoure ? Il y a sans doute des gens qui sont là pour toi, mais tu déprimes tellement que tu ne t'en rends pas compte. »

Pleine d'orgueil, tu détournes les yeux et fixes intensément le carrelage, agacée par la véracité de ses propos. Mais oh que tu es persuadée que tu n'en mérites aucun, qu'ils ne sont là que pour faire perdurer ce masque sociable, ce drap dans lequel tu te caches avant que la limite soit atteinte. L'observant du coin de l'oeil, tu ne pipes mot, encaissant chacune de ses paroles.

« Dis-moi ce que tu attends de moi, je respecterai ton choix. »

Un doux silence s'installe, perturbé uniquement par ta respiration fine. Ce que tu attends de lui ? Toi-même, tu n'en as aucune idée. Tu ne sais pas ce qui t'a poussée à quémander sa présence, à lui demander à lui et pas à un autre de venir te voir, de consoler les restes qui te composent. Oh, pauvre petite excessive, agaçante gamine égoïste – tu n'as pensé qu'à toi, qu'à ce doux besoin de compagnie, peu importe qui était-elle.
Sois honnête, sombre idiote.

« Depuis le début, j'attends que tu m'aides à contrôler mon pouvoir. Que tu réussisses là où ils ont échoué. Mais ça, c'est pas un mystère. Profonde inspiration. Ce soir, je n'en sais rien. J'ai pas réfléchi un instant, j'me suis contentée d'envoyer un message. J'espérais même pas que t'y répondes, en fait. Rire, entrecoupé d'une légère toux. J'me sentais seule, j'imagine. Assez pour te demander à toi de venir. »

Si aucune méchanceté ne transparaît dans ton discours désordonné, tu y caches une infime déception ; oui, tu t'attendais à ce qu'il soit tendre, qu'il soit un de ces amis que tu refuses de voir. Et c'est là ta plus grande erreur. Corvus n'est pas fait pour ça, tu en as trop demandé ; à présent que tu en as un conscience aigue, la réalisation n'en est que plus douloureuse.

Un sourire amer déchire tes lèvres.
« Et toi, Corvus ? Pourquoi as-tu accepté de m'aider ? Qu'est-ce qui t'a poussé à répondre à ma demande ? Pas que pour la transformation. Tu aurais pu refuser de venir, ce soir. Alors dis-moi, pourquoi ? »

Une énième façon d'esquiver sa véritable question, de brouiller les pistes. Tu pries pour que ça fonctionne mais, au fond, l'espoir n'y est pas – pas plus que la réelle conviction. Pourtant, prostrée sur ton siège et caressant l'accoudoir déchiré par les griffes du vampire, tu respires l'assurance un court instant ; une assurance réelle, comme si rien ne pouvait plus t'atteindre.
Harmonie fluette.
Revenir en haut Aller en bas
charybde
InvidiaMasculin

date d'inscription : 12/07/2015
autre(s) compte(s) : Alcyone
pouvoir : Shapeshifting, connu sous le calomnieux nom de changement d'apparence, total ou partiel. Il ne suffit que d'un regard pour pouvoir vous usurper votre identité, et autant vous dire qu'il vous a déjà tous observés.
fiches : ⌘ PRÉSENTATION
⌘ RELATIONS
⌘ COMMUNICATION

âge, race : 18 - Hunter artificiel.
orientation sexuelle : Béhé c'est nul l'amour.
profession : Espion et accessoirement créateur d'embrouilles
feat : Envy - Fullmetal Alchemist
messages : 277
avatar
Re: I know that you are broken, Azylis.
   
Jeu 27 Aoû - 22:09



i know that you are broken.
ft. azylis


   
   
   
Sa main autrefois nichée dans sa chevelure retombe le long de son corps. Il la fixe, elle, et plus précisément ses lèvres, attendent qu’elle tranche le silence de son venin et qu’elle finisse par dire ce qu’elle voulait vraiment. Corvus ne pleurera pas si elle refuse son aide, ce sera tant pis pour elle - peut-être qu’elle l’attendrissait, ce n’était pas de l’attachement. Une faille dans son coeur, une simple faiblesse qui s’est agrippé à elle qui lui ressemblait tant, voilà ce que c’était, tout simplement.

Il croise les bras, avançant dans la pièce en observant cette dernière tendis que ses oreilles elles étaient attentives au mot du canidé. Et toi, Corvus ? Sèchement, il tourne la tête vers elle et la fixe. Ses yeux se plissent, il reste de marbre face aux nombreuses questions qu’elle lui pose. Tu aurais pu refuser de venir, ce soir. Alors dis-moi, pourquoi ? C’est vrai que c’était légitime de sa part de poser une telle question. Un ricanement rauque s’échappe de sa gorge pendant un sourit narquois se dessine lentement sur ses lèvres ; il ne la quitte pas des yeux.

Je n’ai pas à te répondre. Tout simplement. Si tu penses que je m’amuse avec toi, pense-le. Si tu penses que je suis sincère dans mes propos, pense-le aussi. J’ai mes raisons, et je n’ai pas à te les partager. Mais je suppose que si tu te sers de ta tête, ça ne devrait pas être sorcier de deviner le pourquoi du comment, hm ?

Balayant rapidement la pièce du regard, il finit par retrouver les prunelles de la demoiselle. Sache juste que tu ne devrais pas ignorer ou cracher sur la main que je te tend, tu devrais même en être honorée… Libre à toi de penser ce que tu veux de moi après. Je sais que mon image - que ma réputation n’est pas des plus pures et je l’assume parfaitement.

Son sourire s’élargit, il lui fait un bref signe de main avant de tourner les talons en direction de la porte cette fois. S’arrêtant devant cette dernière et posant la main sur la poignée, il esquisse un dernier sourire, le crâne légèrement penché en arrière.

Au revoir, docteur.

   
Libella+Aki
#D0CD21

_______________



   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCLx1I4yCR5aThxr0Mj3Cyfw
Contenu sponsorisé
Re: I know that you are broken, Azylis.
   


Revenir en haut Aller en bas
 

I know that you are broken, Azylis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» « Boulevard of Broken Dreams »
» Broken Wolves PV Tybalt
» narcisse sauvage || boulevard of broken dreams. [21/10]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Rps-