Partagez | 
 

 Coucouche panier le boudin volant {Tazio}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invitéavatar
Coucouche panier le boudin volant {Tazio}
   
Mer 29 Juil - 22:51


ft.Tazio
Uh huh, show me what you got 'cause I don't wanna waste my time

Un cri fendit le silence. Loin d'être humain, il n'était que bestial. Un point lumineux éclaira le ciel sombre parsemé d'étoiles. Quelques flammes léchaient les écailles du dragon, scintillant dans sa gueule. On entendait quelques hurlements cette fois ci d'un homme stressé. Il s'agissait de Tazio, accroché tant bien que mal à la queue créature, à plusieurs mètres du sol. Le bruit du claquement des ailes empêchait toute compression des paroles sans doute assasines du Scylla.

Tazio n'avait pas fait grand chose pour en arriver là. En vérité, il tentait d'apprivoiser le dragon à coup de poisson. Haerry s'était, pour cela, transformé, et avait laissé place à son instinct. Comme chaque fois, il s'était senti en danger face à l'être humain, et après une longue hésitation -il ne cessait d'interverti sa vision entre la nourriture et le pseudo danger- il finit par se laisser tenter par la gourmandise. Dans un élan rapide, semblable à un chat traquant un lézard, il s'élança en direction de son ami. L'animal emporta avec lui l'humain dans sa course et s'envola sans préavis et bien sur le poisson en bouche -et essayant de se débarasser du voyageur clandestin forcé.

C'est après une certaine lutte pour ne pas tomber que Tazio et Haerry s'étaient retrouvés dans cette situation. Taz s'accrochait désepéremment, au grand malheur du transformé. Il virvoltait et tournoyait dans les airs. On ne savait plus qui était le plus désespéré à vrai dire. Le spectacle en devenait presque pathétique. Tous les deux voulaient la même chose -que Tazio rejoigne le sol- mais tous les deux étaient completement paniqués.
Soudainement, dans un dernier espoir de faire retomber l'intru au sol, Haerry replia ses ailes noires contre son buste et piqua rapidement vers la terre ferme. Ce n'est qu'au dernier qu'il déploya de nouveau ses ailes, et d'un battement, stoppa net sa chute dans un cri agacé. De ses grands yeux verts, il fixa Tazio, et dès lors qu'il croisa son regard, dévoila ses crocs blancs. Il n'étaient pas bien grands ou acérés, ce n'était pas un alignement de lames dangereuses, mais la pression des machoires était sans doute ce qu'il y avait de plus douloureux -cela reste néanmoins supportable, et non pas aussi horrible que ce que l'on pouvait penser. Le seul réel danger provenait des flammes qu'il pouvait cracher quotidiennement. Il usait inconsciemment facilement ces avantages, brulant des papillons ou simplement lançant un crachat dans le vide, tout simplement pour s'amuse. Aujourd'hui, et par chance ou malchance selon le point de vue, il lui restait un tir. Vexé, le dragon se pos lourdement au sol. S'il avait des poils, ils seraient tous hérissés. On aurait pu croire qu'il allait feuler. Ce qui semblait être des oreilles étaient plaquées contre sa nuque. Le feu brula dans sa gueule, permettant d'éclairer quelque peu la foret. Il chercha du regard le brun, de ses fines pupilles. Sa queue se remua lentement, alors que son visage draconien se fronça.




codage (c) Tazio
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Re: Coucouche panier le boudin volant {Tazio}
   
Mer 12 Aoû - 22:38


i feel it in my bones
#ffd800
pv haerry
C'était sans doute con comme idée de base.
Apprivoiser un dragon, aussi petit soit-il, c'était déjà un pari risqué. Le faire seul en pleine forêt, c'était d'une inconscience extrême – ça pourrait même relever du suicide, c'est pas comme si cette bestiole débordait d'amour pour toi. Mais plutôt que craindre pour ta vie, t'avais imaginé les avantages qui en découleraient. Moyen de transport très pratique – certes moins sécurisé mais tu détestes ces foutus tramways –, et garantie de ne pas être pris pour cible.
Enfin, plus tard.
Actuellement tu es la seule et l'unique.

A une vingtaine de mètres du sol, agrippé à la bête, mâchoire serrée et forcé de plisser les yeux – l'un s'étant même bien vite fermé, c'est pas comme si t'avais besoin du summum de ta capacité visuelle –, l'air fouette ton visage, comme si tout était organisé pour ton décès prochain. A cet instant tu ne penses plus au tramway mais bien à ta vie. Quoi de plus pitoyable que mourir écrasé sur le sol en plein milieu des bois?
Mourir brûlé par un dragon qui se révèle en faite être ton pote. Même si son acharnement à vouloir te buter peut laisser place au doute quant à votre amitié.
Après moult insultes et malédictions balancées, tu portes un regard vif et craintif à ta droite – ou du moins, à la limite du dôme que tu espères encore loin de vous. Manquerait plus que vous vous preniez la sphère de verre. Mais à l'inverse d'une progression nouvelle en hauteur, le dragon tournoie une ultime fois – avec un magnifique « gfdghdfbg » de ta part, signifiant sans doute ta panique – avant de foncer vers le sol.

Ok c'est la fin.
Le premier réflexe étant d'hurler tout ce que tu peux, tu cesses pourtant en voyant de plus en plus distinctement le sol et dans une tentative on ne peut plus désespérée, tu progresses avec difficulté sur la queue du dragon dans un « bordel » plein d'élégance. Néanmoins tu en as fait bien peu lorsque, soudain, la chute stoppe net – et dans la violence de l'arrêt, tu fais un retourné tout aussi violent pour t'éclater la colonne vertébrale sur le dos de la bête, mains néanmoins toujours agrippées aux mêmes écailles. Tu esquisses une grimace, rouvres douloureusement les yeux et lorsque ton regard croise celui de la bête, tes esprits sont bel et bien retrouvés. Yeux grands ouverts, tu te redresses avec précipitation, genou posé sur les écailles du dragon, qui quant à lui montre les crocs. A cette vue, tu hausses les sourcils, l'air très peu rassuré – quoi de plus normal en même temps.

Brusque secousse, les pattes de l'animal regagnent finalement le sol. Et tu n'en attends pas moins pour faire de même : tu te jettes presque sur la terre, ton cœur tambourinant dans ta poitrine alors que tu t'élances derrière le premier arbre à ta portée. Plaqué contre le tronc, tu déglutis, tentes de reprendre ta respiration. T'aurais très bien pu y passer et t'en as conscience.
Après t'être accordé quelques secondes de répit, tu viens jeter un regard hésitant à haerry – ou du moins ce qui est sensé être lui. Et dès l'instant où la lumière qu'émanent les flammes éclaircit le lieu, tu écarquilles lentement les yeux. Sa tête balançant en ta direction achève de te convaincre de retourner derrière ton arbre. Ne pas se faire repérer de suite, ne surtout pas se faire repérer. Pas d'erreur de débutant dans le genre marcher sur une branche bien sûr comme par hasard fragile et se brisant bruyamment à la moindre pression exercée.

Dans un souffle, tu te réfugies dans l’auto persuasion. Tout va bien, tu ne risques rien. Ou du moins, tu as moins de souci à te faire qu'à vingt mètres de haut. Si t'as su survivre à ses nombreuses tentatives d'homicide là-haut, pourquoi c'est maintenant que tu mourrais, hein? Là au moins, t'as la fuite en option. Il suffit de courir vite et longtemps. Voilà.
Inspiration. Expiration.
Prudemment, tu passes derrière les lignées d'arbres, progresses lentement vers la bête dont tu te cachais – la bête qui semble actuellement te chercher d'ailleurs, super rassurant. Par réflexe, tu viens tâter ton dos, à la recherche de ton revolver habituellement là.
Sauf qu'il est pas là.
Ironie du sort, c'est quand t'en aurais sans doute besoin que tu ne le prends pas. Tu savais pourtant que t'allais dresser un dragon – bien sûr que tu le savais faut pas être con –, et tu l'as pas emmené. Après certes, ton but premier n'est pas de tirer sur haerry, ce n'est même pas ton but du tout, mais ça reste quand même rassurant d'avoir un minimum de possibilité pour te défendre.

Mais là t'es forcé de te lancer dans une totale improvisation.
Alors plein de courage – et surtout dénué de bon sens l'espace d'un instant –, tu t'avances vers le dragon, mains mises en évidence – comme si c'était la bête qui te menaçait d'un canon sur le front. Elle te repère à l'instant. Et son regard te laisse penser qu'elle serait prête à t'arracher la jugulaire là maintenant tout de suite. Haussement de sourcils quelque peu nerveux, tu regardes rapidement autour de vous. Pas de poisson évidemment, vous êtes paumés au milieu de nul part. C'est-à-dire qu'en cas de fuite, ce sera la fuite du hasard.

« Ok euh... Ok. » Très convaincant. « Bon. Sans poisson ni rien. Ça va être chaud. Donc en attendant, ce serait juste parfait si, tu vois, tu pouvais redevenir normal. Genre, maintenant. » L'animal se rapproche, visiblement peu disposé à coopérer. Alors tu recules d'un pas, puis deux. Et les flammes jaillissent de sa gorge.
Yeux ronds d'un type impressionné – d'un scylla. Ce sera donc l'option de survie.
Il ne t'en faut pas plus pour détaler comme un lapin – comparaison flatteuse. Et fort heureusement, tu cours vite. Alors tu fonces, comme t'as jamais foncé. T'es suivi, tu le sais, tu l'entends. Alors tu prends de brusques virages – au risque de t'exploser la gueule sur le sol, ce que t'as déjà manqué de faire plusieurs fois. Tu ne regardes même pas derrière toi. Tu te contentes juste de fuir, la respiration saccadée.

Et tu cours comme ça de longues minutes. Selon toi, une éternité. Tu te félicites d'ailleurs d'avoir tenu jusque là. Sauf que tu t'arrêtes, essoufflé. Et un sceau de poissons dans les bras – t'as réussi à le retrouver. Hors contexte, c'est vraiment stupide de s'arrêter pour un sceau de poissons, mais là, ça risque d'être très utile.
Tentant de reprendre ta respiration, tu observes haerry, qui étrangement s'est arrêté aussi à l'instant où tu as stoppé ta course. Regard sceptique. C'est quoi exactement, un chien?
« T'as la dalle hein. Et qui est-ce qui a les poissons, c'est bibi... »
Simple murmure, et d'un geste vif, tu lui lances l'un des appâts.
Malgré tout, tu vas essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Re: Coucouche panier le boudin volant {Tazio}
   
Jeu 13 Aoû - 19:44


ft.Tazio
Uh huh, show me what you got 'cause I don't wanna waste my time

Tazio avait disparu dans la pénombre. Le dragon fouillait chaque recoin de ses iris vertes. Le silence régnait, pesant sur les deux êtres. Seul le souffle accéléré par l'exercice de l'animal se faisait entendre. L'effort avait fatigué la pauvre bête qui s'était démené pour se défaire de ce qui lui semblait être un piège. Il se sentait en effet menacé par Taz, et avait nourri une rancoeur suite au transport non voulu.

Soudain, son regard se posa sur la tignasse brune. Il se montrait les mains levées. Quoi de mieux pour énervé un animal sauvage. Il avait interprété clairement comme une menace, un façon de l'effrayer. Dans un grognement félin, il crispa ses muscles, roulant des épaules. Il fit un pas vers le Scylla, tentative d'intimidation. Certes, elle n'avait pas lieu d'être puisque le jeune homme était assez effrayé et fuyant sans cette action. Mais ce n'était pas l'impression d'Haerry. Il le vit reculer. Un pas. Deuxième pas qu'il imita. Il renfrogna son visage, de plus en plus menaçant. Pour tout arranger, il ouvre la gueule, remplie de flammes ardentes. Quelques langues lapèrent les babines de la créature, prêt à rugir le feu brulant. Ce dernier fut stoppé net par la fuite digne d'un lapereau de l'humain. Le charybde dressa ses oreilles dans un premier temps, puis les plaqua contre sa nuque. Il prit son élan, et s'engagea dans une coure poursuite. C'était comme se mettre à courir devant un chien. Il ne pouvait que le suivre. L'air frolait ses écailles, alors qu'il était sur les talons du gamin qui avait décidé soudainement de zigzaguer. Toujours comme un lapin. Surpris, le dragon s'arrêta, ouvrant des yeux curieux en direction de Tazio qui s'était déporté vers la droite. Il lacha un léger marmonnement curieux, avant de reprendre sa course. Il décidé alors de l'imiter à nouveau, et se décala vers la gauche. Il plia alors ses quatre membres, rasant le sol pour augmenter sa vitesse. Il se retrouva alors à côté du garçon, langue pendante.

Certains arbres ralentir néanmoins la bête, qui slaloma entre. Puis Tazio s'arrêta. Sous l'incompréhension, Haerry s'arrêta aussi. Il cligna plusieurs fois des yeux. Pourquoi s'arrêtait il? Pourquoi cessait-il de fuir? Cela l'ennuya presque. On pouvait deviner une mine vexée, limite boudeuse, à croire qu'il prenait du plaisir.

▬ T'as la dalle hein. Et qui est-ce qui a les poissons, c'est bibi...

Et là, un poisson s'envola dans les airs, somptueusement, splendide, brillant par les quelques rayons de la lune. Il semblait presque prendre vie. Et il s'écrasait grossièrement au sol, du moins, dans la gueule draconienne. Il goba le petit animal, se pourléchant les babines. Son regard se figea ensuite sur le sceau. Une mine envieuse se colla à lui. Il commença alors à tourner autour du détenteur. Ses pupilles s'élargirent tel un félin, très intéressé. Il s'approcha au fur et à mesure qu'il tournoyait. Plusieurs fois il s'était arrêté pour le regarder dans les yeux puis reprenait sa marche. Ce n'est qu'à un mètre qu'il s'assit face à Taz, lourdement, comme s'il prenait position pour une dure negociation. Discrètement, il glissa sa queue vers le sceau, l'air parfaitement innocent. Il ajouta même un grognement impatient. Il vit son adversaire alors, à l'affut, serrer le sceau contre son torse, vigilant. La mine vexée d'Haerry s'accentua, ne bougeant pas durant alors quelques longues secondes. Puis, sans prévenir personne, il inspira fortement, lâchant un cri féroce sur le pauvre pseudo dresseur. Le dragon n'en fit pas plus. Il ne voulait pas trop s'approcher des humains, autant de poissons qu'ils avaient. Bien qu'il se soit montré très menaçant, Haerry ne l'avait pas encore touché, il n'avait jamais voulu consciencieusement le blesser ou le tuer. Tout n'était que réflexe.

Profitant de l'effet de surprise, Haerry attrapa entre ses crocs le sceau et s'enfuit à son tour, imitant la ridicule course en zig zag de Tazio. Bien sur, il avait renversé, en prenant l'objet de tous ses désirs, tous les poissons. On aurait pu croire presque qu'il ricanait alors qu'il n'avait aucun poisson. Il grimpa, aidé de ses ailes, dans le premier sapin et, une fois au sommet, il posa délicatement le sceau à la base d'une branche. Il remarqua alors la supercherie, et dévisagea, choqué, Tazio. De façon reptilienne, il redescendit aussi vite qu'il était monté, retournant à la chasse au poisson.


 


codage (c) Tazio


Dernière édition par Haerry Van de Kamp le Mer 26 Aoû - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Re: Coucouche panier le boudin volant {Tazio}
   
Mer 26 Aoû - 14:47


i feel it in my bones
#ffd800
pv haerry
L'animal gobe le poisson au vol.
Il ne le mange pas, non, il le gobe. Comme un pélican. Moue dubitative – tu es étrangement passionné par la bestiole. Un dragon après tout – certes c'est haerry, mais c'est plutôt cool. Ça l'est quand c'est calme tout du moins. Tu n'oublies bien sûr pas l'envol avec 80% de chance de mourir, et la course-poursuite avec des flammes pas vraiment inoffensives, elles non plus. Tu restes sur tes gardes – la méfiance au maximum –, comme avec toute bête sauvage. Mais tu n'oublies pas non plus qu'en tant que dragon, haerry ne voit pas du tout qui tu es. T'espères, tout du moins. Et un dragon, c'est sans doute autant aux aguets que n'importe quelle bête, non?
Tu vas juste limiter les gestes brusques, ou qui pourraient le gêner – par exemple lever les mains apparemment c'est pas du tout signe de paix pour lui : à éviter. Et ça va le faire. Ne pas renoncer trop vite. Tu savais que tu prenais beaucoup de risque dès le départ après tout.

Silencieux, tu constates le regard de l'animal fixé sur ton sceau. ..Pas si étonnant. L'idée de reprendre un poisson te traverse l'esprit. Et c'est alors que la créature débute une marche autour de toi. Encore un truc super rassurant, tu te sens pas du tout cerné. Néanmoins, bien qu'assez nerveux, tu demeures immobile, neutre. Même si à l'intérieur de toi les interrogations fusent dans un bordel immense. Attentif, tu observes ses pattes accrochant le sol terreux. Il se rapproche de plus en plus.
Ok. S'il se montre réellement agressif, c'est le moment de jeter le sceau loin de toi. Manquerait plus qu'il t'arrache les bras avec ou qu'il t'emmène encore dans le ciel – ce qui serait quand même con, il va pas essayer vingt fois la même technique si?

Coup d’œil désapprobateur, tandis que lui s'amuse à s'arrêter de temps en temps pour que vous vous regardiez dans le blanc des yeux un instant – cette bestiole joue avec tes nerfs. Et soudain, il s'assoit. Avec toute la délicatesse du monde évidemment.
Pourquoi.
Et vous vous regardez de nouveau dans le blanc des yeux – super. Quelques secondes comme ça, un grognement – de sa part bien sûr. Et tu portes un regard vif à sa queue glissant vers le sceau. Oh. Le. Vicieux. Plissant les yeux, tu serres le récipient tant convoité, l'air déterminé. Ce qui suffit apparemment à résigner le dragon, qui, pour une minute, cesse tout mouvement, à nouveau.

Mais non.
La bête ouvre la gueule. Non pas pour te bouffer le visage mais pour lâcher un cri aussi surprenant qu'impressionnant – et par réflexe tu fermes les yeux avec force, serres la mâchoire. Il suffit de quelques instants, et il cesse. Ce n'est qu'à ce moment là que tu t'autorises à rouvrir un œil, comme pour vérifier que le champ est libre. Il venait de te voler le sceau.
Cet animal n'est pas si con. Et il se foutait même de ta gueule.
L'observant zigzagant sans but, ton regard est néanmoins bien vite attiré par les poissons s'étalant par terre les uns après les autres.
Ah ça tu l'avais pas prévu petit con.

Au diable le linge fraîchement lavé, tu ramasses prestement les cadavres visqueux et les stockes dans ton t-shirt – on fait avec les moyens du bord, hors de questions de lui laisser librement la bouffe maintenant –, jettes un regard furtif à la bête. Qui n'est plus là.
Fronçant les sourcils d'un air perplexe, tu le cherches du regard jusqu'à le retrouver dans un arbre – tout ceci est vraiment anormal. Il te regarde aussi, visiblement choqué de constater sa propre connerie. Et toi tu esquisses un mouvement de tête à la fois fier et provoquant – l'air de dire tu t'es fait niquer –, haussant les sourcils et passant un rapide coup de langue sur ta lippe supérieur.
Mais il en faut plus au dragon pour renoncer. D'un geste vif, il te rejoint au sol. Esquisse d'une moue méfiante, tu recules d'un pas, tiens fermement ton haut contenant le précieux de l'animal – qui se rapproche, inévitablement. Alors tu fléchis légèrement tes jambes, prêt à détaler à nouveau s'il le faut, et soudain, tu marques l'arrêt, tendant ta paume en la direction de la créature.

« Pas bouger. »

Et il s'immobilise, comme interpellé par ton geste. Petite inclinaison de la tête. Il t'écoute?
Non.
Il te provoque. Il fait un pas, guette ta réaction. Et tandis qu'il en exécute un nouveau, tu fronces les sourcils. T'as jamais eu ni chien, ni chat ni même hamster ou poisson rouge – mais tu doutes sérieusement qu'une bestiole normale puisse prendre autant de plaisir à défier l'autorité de quelqu'un comme un gamin prépubère. Tout d'abord silencieux, tu émets un sifflement, observant la bête. Et, on ne peut plus déterminé, tu empoignes un poisson, lèves les sourcils. « Bouge pas. »
Sauf que le poisson, il en a envie.
Donc il avance.
Donc rien ne s'arrange.
Et ta patience s'essouffle très vite.

« Ok, tu le vois le poisson là? » Tu le remues pour illustrer tes propos. « C'est simple, tu le veux, tu t'arrêtes, tu le veux pas, » Léger haussement d'épaules. « Il sera pour une autre bestiole. Et je vais la trouver, cette autre bestiole, crois pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Re: Coucouche panier le boudin volant {Tazio}
   
Mer 26 Aoû - 22:03


ft.Tazio
Uh huh, show me what you got 'cause I don't wanna waste my time

Haerry fixa son regard sur sa proie. Il n'était pas difficile de sentir l'odeur assez fort qui se dégageait du t-shirt de Tazio. Ce dernier, alors que le charybde était proche de lui, se stoppa pour simplement lever sa main en sa direction. Cet acte eu pour effet de le figer, ne sachant comment prendre ce geste. D'un côté, le jeune homme avait été vif, et il hésitait sur ses intentions. D'un autre, il semblait reconnaitre ce mouvement. Son père, ayant apprivoisé le dragon mieux encore que l'on dresse un caniche de cirque, avait souvent l'habitude de tendre la main pour caresser l'animal. Il cligna des yeux longuement.

▬ Pas bouger.

Oh, ça aussi il connaissait. Il savait ce que cela signifiait. Il était d'autant plus attentif qu'il reconnaissait les ordres de son père. Sauf qu'il avait une tête différente. Tel un enfant qui teste les limites de ses parents, Haerry s'avança lentement. Il fit un pas, observant le visage de Tazio. Puis un dexième. Il s'approchait ainsi, les yeux légèrement plissés. Il observait, guettait la moindre réaction. Le scylla fronçait les sourcils. Haerry s'arreta, avant de faire un nouveau pas cette fois ci de biais, alors que Taz empoigna un poisson. Un poisson. Ce ne fut que cette nourriture qui occupa son esprit.

▬ Bouge pas.

Là, c'est le dragon qui réagit. Il émit un son, égal à un ralement. Oui il râlait. Il faisait bien comprendre à son interlocuteur qu'il l'emmerdait. Et dans ce qui lui semblait discret, il ne marcha pas mais glissa.

▬ Ok, tu le vois le poisson là? C'est simple, tu le veux, tu t'arrêtes, tu le veux pas, il sera pour une autre bestiole. Et je vais la trouver, cette autre bestiole, crois pas.

Et là, Haerry râle encore plus. Il s'était arrêté, prêt à négocier. Il prenait très au sérieux ces menaces. Il secoua la tête, ne voulant pas voir manger son dessert par... Il regarda autour de lui, cherchant un rival. Il ne vit qu'un oiseau, non loin de là, tranquillement posé là, et qui ne demandait rien à personne. L'animal noir grogna puis reporta son regard sur Taz. Il avait l'air d'insinuer que cet oiseau était celui qui récupèrera la poiscaille. Il plaqua ses oreilles contre sa nuque. Il allait se venger de ce voleur -qui n'avait encore rien fait et qui ne mangeait pas de poisson naturellement, mais uniquement des graines. Il entrouvrit sa gueule, brulant le fond de sa gorge grace aux flammes. Il se tourna sèchement vers le piaf qui était à environ deux mètres au dessus de lui. Sentant le feu s'agiter dans sa gueule, il illuminait à présent autour de lui la nature. Ceci attira l'attention de l'oiseau qui fut brulé juste après. Ayant utilisé son dernier jet de flammes, Haerry se pourlécha les babines, reportant son attention sur l'humain, d'un air plutôt fier. Il avait terrassé son ennemi qui retomba au sol, cramé.

Le dragon redressa le buste en s'asseyant, prenant un air fier. Il était prêt cette fois ci. Il glissa alors vers l'autre négociateur, de sa patte, l'animal brulé. Il fixa alors un poisson. Il voulait clairement faire un échange. L'ancien collaborateur contre un saumon. Ou une truite. Ainsi, il pourra 'enterrer et pleurer la perte de la bête à plume qui était sensé l'aider. Haerry pensait réellement que ce que lui avait annoncé Taz était vrai. Et la seule "bestiole" dans les environs c'était lui. Alors logiquement, ça ne pouvait être que lui.
Il pencha la tête, puis fit un mouvement de celle ci vers l'avant, comme pour demander ce qu'il en était. L'air de rien, il s'était habitué à la présence de Taz. Cela faisait longtemps que les deux amis tentaient cette expérience. Au début, Haerry, à peine transformé s'envolait et taz ne le revoyait que lorsqu'il avait repris forme humaine. A présent, il se jouait de lui, le faisait tourner en rond. Certes, il le craint encore et ne viendra pas se frotter à lui, mais il ne s'envolait pas non plus. Même si ce périple à commencé par un vol.

Comme signe de coopération, Haerry... ne bougeait pas, étant donné que c'était l'unique ordre qu'il avait reçu. Bon, du coup, ce n'était pas flagrant. Mais il attendait sa récompense. Impatient, il commença à remuer sa queue écaillée, tel un chat de mauvais poil. Ses pupilles s'étaient légèrement dilatées, beaucoup plus calme qu'il y a encore quelques minutes. Après s'être encore pourléché les babines, affamé, il reçut son poisson qu'il goba a nouveau, dévoilant son appétit. Il regardant Tazio longuement avant de s'approcher de nouveau de lui, attendant que celui ci lui dise de s'arrêter pour avoir une nouvelle récompense. Il avait compris le but du jeu. Et il était bien décidé à vider le stock de Tazio de cette manière.

 


codage (c) Tazio
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Re: Coucouche panier le boudin volant {Tazio}
   


Revenir en haut Aller en bas
 

Coucouche panier le boudin volant {Tazio}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Coucouche panier le boudin volant {Tazio}
» Hermy: Un vrai panier percé.
» Lu Tchèt volant dèl Vêye du Vèrvî
» Rien qu'un gros boudin! ( + autres)
» C'est pour qui le boudin-purée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Rps-