Partagez | 
 

 sos arizona battue — feat. lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invitéavatar
sos arizona battue — feat. lloyd
   
Mar 21 Juil - 0:21


please someone come and rescue me

ft. lloyd
hrp ; couleur #daabba
jtm ptn
Parler avec les morts a des avantages indéniables.
Comme pouvoir demander directement à la victime d'un meurtre qui est le coupable. Le seul souci, c'est que la plupart de la population défunte s'envole au paradis ou descend en enfer – enfin dans tous les cas, ils disparaissent de la surface de la Terre, que ça soit d'un côté ou d'un autre.

Elle était sur une affaire assez déroutante, et vieille de plusieurs dizaines d'années ; une vague de suicides dans l'asile abandonné du quartier des humains. Il aurait été provoqué par un hybride ou un infecté, et la demoiselle avait besoin de preuves concrètes – ou au moins d'obtenir le témoignage d'un fantôme.

Et des fantômes, dans les hôpitaux psychiatriques abandonnés, il y en a beaucoup.

C'est un soir qu'elle s'est décidée à faire le grand saut ; elle est sortie de ses réflexions sans queue ni tête et a fait le voyage jusqu'à Scylla. Or, une Charybde chez les Scylla n'est jamais très bien vue. Couvrant son visage d'une capuche large et tout de noir vêtue pour se fondre dans le paysage sombre, elle longe les murs avec l'assurance d'un junkie paranoïaque, la peur glissant dans ses veines comme une piqûre d'adrénaline.

Elle s'engouffre dans l'établissement par l'une des innombrables fenêtres explosées, et la population qui s'offre à ses yeux lui coupe le souffle. S'ils ne sont pas forcément nombreux, leurs troubles la frappent de plein fouet et certains de leurs hurlements lui déchirent les tympans. Elle les entendait de loin, percevait leurs geignements criards – pauvres dingues pendus, étouffés dans du poison ou simplement égorgés.

Les âmes l'ignorent sur son passage, elle traverse le hall pour entrer dans les chambres, la chair de poule recouvrant déjà tout son corps. Le masque cachant son visage est abaissé pour qu'elle respire librement, elle pénètre dans la première salle avec la tension d'un condamné à mort devant une chaise électrique.

Là, au fond, une petite fille brillante. Une petite fille au visage trempé et à l'air terrifié, comme si un monstre venait d'entrer dans son jardin secret.

« Eh, ma puce, doucement, j'vais rien te faire. Comment tu t'appelles ? Elle lui jette un regard profondément choqué – forcément, les habitants de ce quartier ne doivent pas la voir souvent. Baby... Soupir de la part de la Charybde. Super. Ok, Baby, alors dis-moi, quand es-tu née ? Arizona s'accroupit devant elle, un doux sourire étirant ses lèvres. Je sais plus.. En 2253, je crois?

Bingo. Quelques années après le massacre. La jeune femme repousse une mèche et retire complètement son masque, continuant d'observer la petite âme un peu plus à l'aise.

« J'ai besoin que tu me dises si tu as entendu parler de la vague de suicide ? »

Malheureusement pour elle, Arizona n'aura jamais de réponse. Baby disparait de son champ de vision, et un coup sourd retentit dans chacun de ses os. Peu importe qui l'a frappé et avec quoi, ça fait un mal de chien. Le sol abîmé du premier étage se dérobe sous ses pieds dans un craquement sinistre – ou peut-être est-ce sa propre ossature qui supporte difficilement le choc ? La table juste en-dessous endure le poids de l'infectée, qui se redresse avec la réactivité d'une dinde sous acides.

Et le bonhomme qui essaye de lui plonger dessus se prend, par un heureux réflexe, le talon aiguille d'Arizona dans le ventre.
Arizona qui s'enfuit aussitôt en courant dans l'asile, quitte à rencontrer une foule de morts.
Et s'il la rattrape ? Bah Merdum.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   
Mar 21 Juil - 14:07


SOS ARIZONA BATTUE
FT. ARIZONA
La journée de Lloyd a été bien longue.
En tant qu’officier de police raté - c’est ainsi qu’on le voyait et pourtant, personne ne pouvait nier le fait qu’il puisse être très efficace certaines fois - il n’a eu qu’à faire des rondes quotidiennes dans la ville. Et évidemment, c’est quand on s’emmerde le plus que le temps passe le plus lentement.

Mais bien évidemment, Lloyd n’a pas suivi les ordres.
En réalité, il a passé sa journée à chercher une affaire intéressante à laquelle il pourrait se mêler discrètement, à se battre avec son chien et frôler l’excès de vitesse avec sa bécane. D’ailleurs, il ne se lassait jamais de l’admirer, sa moto. Offerte par sa sœur. Et il ne s’agissait pas de n’importe quelle moto, elle avait choisi une marque bien spécifique. Lloyd s’amusait toujours de ce clin d’œil d’ailleurs.

Une fois son service terminé, Lloyd se mit en tête de trouver Arizona. Après tout, il s’agissait d’une détective et il était normal qu’elle collabore de temps en temps avec la police. Bon d’accord, il n’était pas inspecteur et il ne le sera sans doute jamais, mais ce n’est pas ce qui l’empêcherait de s’impliquer dans tout et n’importe quoi. En plus, elle s’occupait toujours d’affaires intéressantes, contrairement au boulot qu’on donnait au jeune homme. On essaye de lui faire comprendre que ce boulot est pas fait pour lui et pourtant on le vire pas. En tout cas, le gars qui l’a fait entrer dans la police tient à ce qu’il y reste. Et cela bien qu’il soit proche d’un échec dans les forces de police. Ça devait être un homme bon. Ou bien il avait pitié. Peut-être qu’il était juste con ? Va savoir. Ce qu’on sait, c’est qu’il en attendait beaucoup de la part de Lloyd.

Comme si on pouvait réellement attendre quoique ce soit de ce sauvage.
Rien qu’en demandant aux gens s’ils avaient aperçu Arizona, il ne put s’empêcher d’en renifler quelque uns. L’instinct animal, que voulez-vous. Lloyd soupire, à côté son chien gémit. « Bah va dormir si t’es fatigué. Tu sais où est la maison non ? » Et l’animal gronde de mécontentement avant de se remettre sur ses pattes et s’éloigner en trottinant. Lloyd mettait rarement une laisse à Link. Parce qu’en tant qu’homme loup, il pouvait parfaitement comprendre à quel point cette contrainte pouvait être énervante. Non, il n’avait pas peur qu’il s’en aille, le chien savait très bien comment rentrer et s’il ne revenait pas, l’officier de police serait parfaitement capable de le retrouver grâce à son odorat. Bien plus développé que son propre chien. La classe, non ?

Et c’est d’ailleurs grâce à ça qu’il allait retrouver Arizona. Qui apparemment, était chez les Scylla. Génial. De tous les lieux possibles, pourquoi a-t-il fallu que ce soit celui-ci ? Bon, il n’avait rien contre eux, en fait c’était plutôt l’inverse. Ils n’étaient pas tous comme ça, mais bien assez pour qu’il évite de venir trop souvent par là. Enfin. À partir de là, Lloyd avait préféré sa forme lupine à sa moto, se disant que ce serait bien plus discret et plus facile à se faufiler. Il viendra la récupérer plus tard.

Lloyd progresse, il trottine, grimpe, fait des détours. Il ne tenait pas vraiment à effrayer tout le monde, sachant qu’il n’était pas très commun de voir un loup par ici. Enfin bon, ils se trouvaient à Synodel, rien ne devrait vraiment être étonnant pour être tout à fait honnête.

Le lieu sinistre où le mène l’odeur d’Arizona ne lui plaît pas du tout. Il grimace même en comprenant qu’il s’agissait d’un hôpital psychiatrique abandonné. Il ne savait pas dans quoi elle s’était encore fourrée mais Lloyd était sûr que c’était digne d’un scénario de film d’horreur hollywoodien. Sauf qu’en entrant, il y eut autre chose qui ne lui plut pas. Parce qu’elle n’était pas seule. Et pire encore, la personne qui se trouvait également dans l’établissement semblait hostile. Il pouvait le sentir. Alors il se presse, il court à toute vitesse et passe à côté d’Arizona sans s’arrêter. Car sa cible se trouvait juste derrière. Sans pitié, il lui saute dessus et lui plante ses crocs en grognant. Un hurlement lui échappe, Lloyd lâche prise et le laisse s’enfuir, s’attendant tout de même à ce qu’il revienne à la charge, sans doute armé. Mais bon, ils verront ça plus tard.

« Ari ? » Il se retourne, la cherche du regard, un peu inquiet. Peut-être qu’elle était blessée ? Après tout, l’odeur du sang qui se trouvait dans sa bouche pouvait porter à confusion. ▬ #a8012c


Dernière édition par Lloyd J. Maxwell le Jeu 6 Aoû - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   
Mar 21 Juil - 21:22


please someone come and rescue me

ft. lloyd
hrp ; couleur #daabba
jtm ptn
Une ombre attire son regard un infime instant, mais l'instinct de survie la pousse quand même à détaller comme un lapin au fin fond de l'asile. Traversant les pièces avec plus ou moins d'agilité – l'habitude, tout ça – elle esquive les cadavres et saute par-dessus les obstacles, ne s'arrêtant qu'une fois collée à un mur.
Et là, la panique tambourine dans sa poitrine.

Elle entend un vague bruit de lute, suivi d'un hurlement de douleur qui lui glace le sang ; parce qu'Arizona a beau être une jolie conne, elle n'en est pas moins une créature douée de conscience. Et d'un minimum d'esprit. Alors savoir que quelque chose d'autre se cache au beau milieu de cet enfer, ça la rassure pas du tout.
Déglutissant fébrilement, elle longe le béton et se planque au coeur d'une armoire – avoir joué à Amnesia aura eu quelques avantages, au moins.

Bam. Bam. Bam.

« Ari ? »

Le choc lui coupe le souffle – pourquoi ne s'en est-elle pas doutée ? Un sourire fiévreux déchire ses lèvres, elle s'extirpe de sa planque de fortune et renifle d'un air dédaigneux, se déhanchant exagérément pour rejoindre l'adorable Hyléos qui venait certainement de lui sauver la vie.

« J'aurais dû le deviner, mon prince charmant sera toujours là pour moi. »

Elle lâche un léger rire et se met sur la pointe des pieds pour lui frotter la tête, une pointe – très grosse, la pointe – de reconnaissance et d'admiration dans le regard. Deux yeux qui hurlent un merci très discret, mais des lèvres qui se font arrogantes, qui refusent d'admettre leur faiblesse.
Parce que la faiblesse d'Arizona sera toujours son plus grand souci.

Un soupir s'échappe, venu tout droit de sa poitrine. Baby ne viendra peut-être plus jamais, terrifiée par l'inconnu – inconnu qui fait trempette dans son propre sang.
« Ew, on dirait du sang de menstruation. J'ferais pas ça, à ta place. »
Et un coup de pied est envoyé au corps inerte ; mort ou pas mort, telle est la question. Mais s'il meurt, que Dieu ou Satan l'emmène dans son monde.

Il est parfaitement hors de question qu'un fantôme aussi hostile reste sur Terre en présence d'Arizona. Arizona qui passe une main exténuée dans ses cheveux et s'appuie sans gêne contre Lloyd. Si une personne normale aurait dit d'un ton macabre « tu ne seras pas toujours là pour moi » (avec un regard aussi sombre que des fesses de chameau), elle se contente de fermer les mirettes quelques instants, et de laisser son pauvre palpitant reprendre un rythme plus ou moins normal.
Cela dit, avec la présence de Lloyd Sexy Maxwell, y a des chances qu'il reparte au quart de tour.

« Comment t'as su que j'étais là ? Tu me cherchais ? C'pas un heureux hasard qu'un Hyléos soit ici.. Tu veux m'aider pour mon affaire ? »

Même si elle n'en dit rien, ça l'agace profondément que Lloyd soit relayé aux enquêtes de merde et aux tours de garde. A ses yeux, il a simplement très peu de chance – un peu comme le type dans le film La Chèvre.
Enfin les films français, c'est pas trop son truc. Alors vieux, en plus…

Etirement, et elle observe le tas de fantômes présents. Dans le lot, il doit bien y en avoir un qui a vu le massacre, ou qui en a entendu parler. Le seul souci serait qu'ils soient violents. Elle murmure à l'oreille du brun qu'elle doit chercher quelqu'un de pas trop dangereux et repart au coeur de l'établissement, prenant cette fois la direction de l'aile gauche. Gambadant presque malgré l'ambiance macabre – au bout de 27 ans passés à voir des morts, on est plus trop touché par les trucs creepy – elle se retient de siffloter et rentre dans une chambre.

Et là, c'est une femme, qu'elle voit. Une femme qui aurait été belle, sans l'ablation qu'on lui avait manifestement fait subir. Accroupie devant elle, Arizona se racle la gorge pour attirer son attention, un peu perplexe.

« Bonsoir, m'dame. J'cherche des infos sur la vague de suicide de 2252. Vous sauriez pas quelque chose, par hasard ? »
Trouver des dossiers sur une affaire étouffée une cinquantaine d'années plus tôt n'est pas quelque chose de facile, même quand on s'appelle Opium Winchester.

Et la femme lui lance un regard vide, le genre de coup d'oeil qui montre que la personne ne vous voit pas vraiment. Soupir. Elle fouille sa chambre et en ressort tous les journaux, papiers et autres qu'elle trouve et se tourne vers Lloyd, un peu déçue.
« Va falloir qu'on vandalise le bureau de l'ancien responsable de c'bâtiment, et qu'on fouine dans les pièces. P'tête qu'on trouvera quelque chose. Elle fait une pause et effleure la main du brun, réflexe tactile. Au fait, tu vas bien ? Et Link, il est où ? »

Elle l'aime bien, Link. Pas autant que Zelda, cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   
Mer 22 Juil - 15:22


SOS ARIZONA BATTUE
FT. ARIZONA
À l’évocation d’un prince charmant, il ne peut s’empêcher de jeter des regards autour de lui, pensant qu’il y aurait une quatrième personne dans le bâtiment. Puis elle lui frotte la tête, il a l’impression d’être un chien. Mais il ne bronche pas et sourit même légèrement parce que bon, on ne va pas non plus dire que ce qu’il était ne ressemblait pas énormément à un chien. Enfin. Leur attention se porte rapidement sur l’agresseur qui ne semble pas prêt à bouger de sitôt. Tant mieux, ça les arrange. « Mmmh j’y suis peut-être allé un peu fort. » Et pourtant, le ton qu’il emploie, la façon de le dire ne montre aucun signe que le jeune homme se sente vraiment concerné.

En fait, il y était allé beaucoup trop fort et il le savait très bien. C’est juste qu’au final, il ne se considère pas réellement en tort et même s’il l’était, Lloyd ne l’admettrait sûrement pas. C’était de la légitime défense après tout. Alors oui, en tant que flic il aurait sans doute dû proférer des avertissements avant de s’en prendre à l’assaillant, mais bon. L’instinct animal a pris le dessus que voulez-vous ? Il la sent contre lui et sourit, prend un air suffisant. « T’as dû bien flippé. » On se moque pas Lloyd, t’as flippé toi aussi. Un peu. Sauf que c’était pas pour ta peau, plutôt pour la sienne. Normal, toi t’avais des griffes, des crocs pour te défendre et c’est pas vraiment son cas à elle.

« Ouais j’ai fini  mon tour de garde et on t’avait pas vu de la journée. Alors je t’ai pisté avec ça. » Il désigne son propre nez avec son doigt et le tapote brièvement. « Et j’dois avouer que ça m’étonne pas des masses de te retrouver dans un hôpital psychiatrique. Abandonné en plus. » De tous les endroits possibles, il a fallu qu’elle choisisse l’un des plus louches et flippants de cette planète. Il va finir par croire qu’Arizona adore ce genre de truc… Et si c’était le cas ? Pas étonnant non plus. Attendez, on parle d’Arizona quand même.

Il hoche la tête, montrant qu’il a compris ce qu’elle voulait dire. Puis il lui emboîte le pas et la suit de près en plus. Après ce qu’il venait d’arriver, il y avait peu de chance pour que le flic la lâche d’une semelle. C’était comme un devoir de la protéger. Parce qu’il était flic ? Il aurait sans doute fait de même avec un autre boulot. Instinct d’Inugami peut-être ? Possible. Ou tout simplement parce qu’il s’agissait d’Arizona. Enfin, ça ne servait à rien d’y réfléchir maintenant.

Le brun s’arrête près d’elle, juste à côté. Elle commence à parler. Lloyd a d’abord pensé qu’elle s’adressait à lui, oubliant deux secondes qu’elle pouvait communiquer avec les morts et voyait ce qu’il ne voyait pas. Lloyd se sentait mal à l’aise - sans aucun doute à cause des fantômes - mais sans plus. L’avantage, c’est qu’il n’a même pas besoin de lui demander sur quelle affaire elle s’était penchée. Il en avait vaguement entendu parler et ne s’y était pas intéressé plus que ça.

Silence.
Arizona soupire.

La personne à qui elle s’était a dû lui foutre un vent ou lui donner une réponse insatisfaisante. Va savoir. Et pendant que la jeune femme fouille, l’officier hume l’air, s’assurant qu’aucune autre personne ne se trouve ici. Rien à signaler. Cependant, il n’en est pas rassuré pour autant, sachant qu’un infecté ou n’importe quoi d’autre pourrait avoir la capacité de duper son odorat. Il se rassure en se disant que de toute manière, il serait bien assez fort pour repousser un nouvel assaillant - arrogance, quand tu nous tiens ! - et éviter des blessures inutiles. Pour Arizona bien sûr. Pour lui, ça devrait aller - modestie incarnée -.
Il finit par la regarder et considérer sa petite mine, dans un léger sourire. « Tu sais où c’est ? » En tant que flic, rien qu’en entendant le mot « vandalise », Lloyd aurait sans doute dû avoir une réaction différente. Sauf qu’il n’était pas dans ses heures de service, qu’il ne pensait pas comme un flic et que personne n’en saura jamais rien - du moins c’est ce qu’il en pense -. Et puis ça faisait longtemps qu’il n’avait pas eu d’affaire intéressante, ce n’était pas maintenant qu’il allait se priver.

Lloyd est un peu surpris lorsque ses doigts effleurent sa main.
Un peu plus lorsqu’elle demande s’il va bien. Sachant qu’il devrait être la personne entrain de poser la question. Mais bon, ça fait toujours plaisir, non ? « Ça va. » Il pourrait aussi lui dire à quel point il s’était fait chier aujourd’hui, qu’il en a marre qu’on le prenne pour un con et qu’on lui confie le sale boulot mais… Elle devait déjà le savoir ça, non ? « Link est parti. Il était crevé. » Il hume l’air, attrape la main d’Arizona et l’attire en dehors de la chambre. S’il devait se rendre dans le bureau du responsable, autant faire vite. Il n’aimait pas cet endroit. « D’ailleurs, ça aurait pas été mieux si Zelda avait été avec toi ? Ou bien t’aurais pu m’appeler, on y serait allé ensemble et ça t’aurait sans doute évité plein de bleus. » T’es trop attentionné Lloyd. On pourrait presque dire que c’est mignon. ▬ #a8012c


Dernière édition par Lloyd J. Maxwell le Jeu 6 Aoû - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   
Jeu 23 Juil - 12:04


please someone come and rescue me

ft. lloyd
hrp ; couleur #daabba
jtm ptn
« Mmmh j'y suis peut-être allé un peu fort.
- Tu dis ça mais t'as aucun regret. »

Et elle non plus. Ca l'énerve, cette faiblesse qu'elle ne parvient pas à virer – pas assez motivée pour s'entraîner sérieusement, quand elle voit ses collègues qui ont des pouvoirs physiques bien plus utiles, ça l'agace.
Et quand elle voit Lloyd dans sa forme d'Inugami, elle se dit qu'elle en serait pas là, sans lui. C'est pour ça que ça la dérange pas, qu'il la piste – ça la même fait un peu rire.

« Et j'dois avouer que ça m'étonne pas des masses de te retrouver dans un hôpital psychiatrique. Abandonné en plus. Elle lui offre un sourire ravageur, trop arrogante pour admettre qu'elle a trop souvent besoin d'aide. T'as oublié « dans le quartier où tout le monde te hait ». J'ai besoin d'infos ici, on m'a refilé une affaire jamais résolue… »

Parfois, elle a l'impression d'être dans Cold Case. Cette série où ils résolvent des enquêtes une grosse cinquantaine d'années plus tard ; pourtant, à l'époque, ils étaient tous parfaitement humains. Alors y a pas de raison qu'elle galère plus, avec un tel atout.Malheureusement pour elle, les âmes torturées de cet établissement ont subi trop de violence pour être apte à lui communiquer des informations.
Faut croire que la méthode ancienne reste la meilleure.

Elle hoche la tête à sa question, comme si elle savait exactement où était ce qu'elle cherchait ; à vrai dire elle fait plus preuve de logique. Le bureau ne devrait pas être loin de l'accueil, normalement, si ? Incapable d'encaisser les silences macabres de ce genre d'endroits alors qu'elle est accompagnée, elle tape la discut' sans gêne – de la même façon que s'ils étaient dans un café.

« Ca va. C'est ça, gros menteur. Link est parti. Il était crevé. D'ailleurs, ça aurait pas été mieux si Zelda avait été avec toi ? Ou bien t'aurais pu m'appeler, on y serait allé ensemble et ça t'aurait sans doute évité plein de bleus. »

Si elle le laisse l'entraîner hors de la petite pièce glauque, il est parfaitement hors de question qu'elle l'autorise à jouer au mâle dominant – même si elle doute de pouvoir soumettre quoi que ce soit là-dedans. Sans se dégager, resserrant même l'étreinte de leurs doigts, elle lui lance un regard à mi-chemin entre l'accusation et l'exaspération, le fixant droit dans les yeux ; elle est pas vraiment énervée, juste un peu… stressée.

« J'vais pas amener Zelda ici, elle aurait pas arrêté d'aboyer et j'me serais faite flinguer par un autre humain un peu plus discret. Son talon claque sur le sol, elle colle sa main libre sur sa hanche. Calme-toi, Lloyd. Je suis plus une petite fille, j'ai pas besoin que tu sois sur mon dos en permanence. Je peux me démerder toute seule, ok ? »

Et pour illustrer ses dires, elle l'entraîne dans son sillage, retourne près du corps inerte – Dieu seul sait s'il est vraiment mort – et l'enjambe pour se diriger à l'accueil. Où elle trouve un plan de l'asile, ô joie. Un peu déchiré, mais soit. Elle lâche la main désagréablement rassurante – ça la frustre, d'avoir besoin de quelqu'un – de son compagnon et étale le papier jauni sur le sol, l'éclairant avec une lampe torche sortie de son sac.
Les sacs, c'est la vie.

Et elle commence le repérage. « Bon. On est ici, et on doit aller… Là-bas. Aah. Il était au dernier étage, après la section des violents. Super, j'parie que c'est eux qui hurlent depuis tout à l'heure. »

Pour être tout à fait honnête, elle est pas rassurée à l'idée de monter là-haut. Les morts violents, elle aime pas trop ça. Mais elle se campe sur ses talons et part en première, faisant signe à Lloyd de la suivre.
« Allons-y, ça sert à rien d'attendre plus longtemps. On prend tous les papiers qui semblent vieux et on s'arrache, ok ? »
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   
Jeu 23 Juil - 14:27


SOS ARIZONA BATTUE
FT. ARIZONA
Il se serait attendu à plus de résistance venant d’elle. À croire que cet endroit ne lui plaisait pas non plus au final. Tant mieux, plus vite ils partiront, mieux ce sera. Non non, ce n’est pas une tapette, il est juste prudent sur ce coup-là. Ce qui était assez rare venant de lui, il fallait l’avouer. « Hum. T’as sûrement raison. » Parfois, Lloyd oublie presque que tous les canidés ne sont pas comme lui. Par contre, la suite lui plaît un peu moins et il en fronce légèrement ses sourcils. Pourtant, il n’est pas sûr de comprendre ce qu’elle voulait réellement lui dire. « Ouais enfin, je suis quand même d’un an ton aîné. » Ferme ta gueule Lloyd.

Et c’est ce qu’il fait, il se tait en la suivant docilement. En tergiversant sur les paroles de la jeune femme. Elle voulait dire qu’il devait arrêter de la suivre, quitte à ce qu’elle se fasse tuer ou juste se montrer moins collant ? De toute manière, Lloyd n’avait pas vraiment l’impression d’être étouffant. Alors au final, il s’est simplement dit qu’il ferait comme il a toujours fait. Sans prendre en compte les paroles d’Arizona du coup. Enfin, c’est pas comme s’il prenait souvent en compte les paroles de qui que ce soit.

Elle lâche sa main, il hausse les épaules avant de se pencher au-dessus d’elle et considérer la plan – magnifique le papier d’ailleurs -. Et il soupire. « Wow c’est génial ça. Tu vas sans doute te faire de nouveaux potes là-haut. » Carrément ouais, ça se sentait dans sa voix que le brun était très enthousiaste à l’idée de se rendre là-bas. Bon techniquement, les fantômes ne devraient pas être capables de les toucher alors Lloyd serait tenté de se dire qu’ils ne risquaient rien à part peut-être de faire dans leurs frocs. Mais sait-on vraiment tout ce dont ils étaient capables ? Sûrement pas, non.

Et Lloyd la suit, ne pouvant s’empêcher de regarder tout autour de lui, à l’affût du moindre bruit ou mouvement suspicieux. Puis il hoche la tête, ne pouvant qu’agréer aux mots d’Arizona. En espérant aussi qu’ils n’aient pas à revenir ici pour cette enquête. « T’as quelque chose de prévu après ? » Là on se croirait dans une série policière américaine foireuse. Vous savez, le genre de série où la tension sexuelle entre les deux personnages principaux est tellement fortes qu’on croirait qu’ils hurlent : « PRENDS-MOI SUR CETTE P*TAIN DE TABLE » à chaque fois qu’ils se causent ? Bah là c’est le moment où l’un s’apprête à proposer de sortir quelque part et où ils finissent par se faire attaquer par un mec lambda avant de prévoir quoique ce soit. Et en général, ça finit plutôt mal. Alors la question est : est-ce que Lloyd allait suivre le schéma de ces séries ? La suite au prochain épi-

« Un autre endroit aussi glauque à visiter ? Ou bien tu vas passer ta nuit à éplucher les documents qu’on va trouver ? » Dans les deux cas, tu lui viendrais en aide, pas vrai ? Trop gentil le gros toutou. « D’ailleurs, t’as jamais pensé que des fantômes pourraient avoir une dent contre toi et chercher à te tuer ? » Lloyd était certain que c’était déjà le cas. Ce serait trop beau si tous les morts l’appréciaient pour ses bonnes actions. « Ça doit être flippant. » Et c’est dans ces moment-là que Lloyd se dit qu’il était bien heureux de ne pas avoir ce pouvoir.
Il a essayé de taper la discute, peut-être pour oublier l’ambiance oppressante de cet hôpital. Non, c’était sûrement pour ça. C’était compréhensible non ? L’officier s’arrête brusquement, se retourne et hume l’air. Puis, il fixe longuement derrière eux, sans bouger, sans dire un mot. Et après quelques secondes à reste statique, Lloyd finit par reprendre sa position initiale, toujours sans laisser échapper un son. Non vraiment, il n’aimait pas cet endroit. ▬ #a8012c


Dernière édition par Lloyd J. Maxwell le Jeu 6 Aoû - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   
Ven 31 Juil - 13:26


please someone come and rescue me

ft. lloyd
hrp ; couleur #daabba
jtm ptn
« Plus âgé mais tout aussi teubé. » Elle le lance dans un espèce de ronronnement taquin, accompagné d'un petit coup d'épaule – ouais parce qu'au final, elle n'est pas énervée. Juste un peu oppressée par tant de protection. Protection qui ressemble de plus en plus à une possessivité qui a quelque chose d'assez perturbant.

Bien vite détournée de ses pensées par la voix du brun, elle hoche piteusement la tête. De nouveaux potes, c'est le cas de le dire. Une légère chair de poule recouvre ses bras mais elle ne dit rien ; Arizona n'a pas foncièrement peur, elle est juste méfiante. Un peu comme avec Corvus, l'impression d'être mentalement violée en moins.

« T'as quelque chose de prévu après ? » Un rictus carnassier glisse sur les lèvres de la miss, qui secoue sa crinière dans un mouvement négatif.

« Un autre endroit aussi glauque à visiter ? Ou bien tu vas passer ta nuit à éplucher les documents qu'on va trouver ?
- Aucun des deux, si j'trouve quelque chose d'intéressant ça attendra demain, j'en ai déjà marre de ces papiers. De toute façon, elle a jamais été fan de cette partie d'une enquête.
- D'ailleurs, t'as jamais pensé que des fantômes pourraient avoir une dent contre toi et chercher à te tuer. Ca doit être flippant. »

Elle cligne des yeux et lui envoie un regard presque assassin. Merde, dans le genre rassurant, il bat des records. Nouvelle main passée dans ses cheveux et elle poursuit la marche en fourrant le plan dans son sac – le voir renifler l'air a quelque chose de particulier. D'un peu trop animal. Et si Arizona ne fait pas dans la zoophilie, imaginer Lloyd aussi sauvage, c'est pas si désagréable.

Suivant les hurlements fantomatiques, les légers froissements de vêtements et l'odeur de vieil hôpital, elle grimpe les marches quatre à quatre et passe la porte principale, d'une lenteur méfiante. Si un cadavre s'apprête à lui tomber dessus, ses talons noirs sont préparés à s'enfoncer métaphoriquement dans la chair toute aussi métaphorique de l'ennemi. Mais rien. Ils sont là, tout autour ; leurs suppliques détruisent les tympans d'Arizona – ils ne semblent pas la remarquer, ni elle ni son acolyte. Rassurée par ce simple fait, elle slalome entre les défunts et traverse la pièce plus ou moins calmement, prudente malgré tout.

« J'crois qu'ils sont assez dingues pour ne pas remarquer les hum. Vivants. »

Coup de langue nerveux, elle atteint la porte et l'ouvre d'un coup sec ; oui parce que les teubés qui font glisser la porte très lentement se font toujours tuer dans les films – ça fait un bruit de malade, c'est comme les pansements. On arrache vite, sinon ça fait un mal de chien.
S'engouffrant dans le bureau comme un ex-condamné à mort sortirait de sa cellule, elle attrape la main du brun et le jette – enfin façon de parler, elle a pas assez de force – dans la pièce et ferme prestement la porte.
Parce qu'on sait jamais.

« Bon, allons-y. Trouve tout ce qui vient de la décennie de 2250, j'ai pas envie de passer plus de temps ici. »

Non non, c'est pas qu'elle a peur. Juste qu'elle aime pas être à quelques mètres de défunts persistant à brailler et à s'entretuer – si elle en croit leurs gestes, en tout cas. Mourir et passer l'éternité à répéter ses derniers gestes a quelque chose de tragique. Tignasse rejetée en arrière, elle s'installe devant le bureau de l'ancien directeur et déballe tout ce qu'elle peut trouver, vérifiant la date de chacun des documents. Commentant par quelques injures – du type « nom de dieu, y en a qui datent de 2200 » – elle fourre le tout dans son sac et jette un coup d'oeil à son compagnon.

« T'as fini ? Allons-y, j'ai faim. » Proposition subliminale – s'il l'invite pas à manger, elle le quitte.
Métaphoriquement parlant.
Revenir en haut Aller en bas
hyléos
Lloyd J. MaxwellMasculin

date d'inscription : 11/07/2015
autre(s) compte(s) : apollo
pouvoir : transformation en créature surnaturelle •• inugami
fiches : www.
www.

âge, race : 28 ans •• hybride + hunter
orientation sexuelle : hétéro
profession : officier de police
feat : spain {APH} •• tyler posey
messages : 60
avatar
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   
Lun 3 Aoû - 0:03


SOS ARIZONA BATTUE
FT. ARIZONA
Au lieu de se sentir vexé par sa réponse, Lloyd n’avait fait que sourire. Et puis il avait à peine bougé après son coup d’épaule, parce que bon, il avait naturellement plus de force qu’Arizona - sexisme spotted. Ensuite, place à la pointe d’humour pas drôle de Lloyd. Suivi de ses commentaires plus que rassurant au sujet de la brune et son pouvoir. D’ailleurs, elle lui fait bien comprendre avec son regard exprimant tout l’amour quelle lui porte. Et lui se contente d’hausser les épaules dans un maigre sourire, faisant mine de rien. Jusqu’à ce que le jeune homme nous fasse sa scène d’animal sauvage sur ses gardes. Heureusement qu’il se fichait du regard que les autres pouvaient porter sur lui en général.

Bref, tout le monde s’en fout. Surtout dans un moment pareil où ils exploraient un vieil hôpital psychiatre rempli d’esprit apparemment trop atteints mentalement pour remarquer leur présence. « Je sais pas si je dois être rassuré ou non par ça. » Après tout, ils étaient imprévisibles. Mais le pire dans tout ça, c’était que Lloyd ne pouvait pas les voir. Donc ouais, y a de quoi flipper. Enfin, Arizona pourra le prévenir au pire. Mais autant ne pas penser aux pires scénarios possibles. Mieux valait se convaincre du fait qu’ils sortiront sans encombres et pourront aller manger un morceau en oubliant toute cette affaire.

Lloyd avance, toujours en jetant des regards furtifs tout autour de lui. Au final, il ne sera jamais rassuré avant qu’ils ne soient sortis de ce lieu oppressant. En plus, avec son côté over-protecteur envers Arizona - il ne comprenait pas lui-même pourquoi il ne fallait pas lui en vouloir -, il se méfiait encore plus. C’était ce qui énervait la brune d’ailleurs et apparemment, il devait trouver un moyen pour remédier à son comportement. Enfin. Lloyd se montre bien évidemment surpris par le geste de la détective. C’est parce qu’il était trop lent ou parce qu’elle s’en faisait pour lui ? Peu importe.

«2250 hein... » Jamais la police n’aurait idée de s’occuper d’une affaire aussi vieille. Enfin, Arizona était un peu près libre d’enquêter sur ce qu’elle souhaitait pendant qu’il jouait les officiers inutiles. Ceux qu’on voit dans les films et séries, assis sur le capot de leur bagnole pourrie avec une boîte de donuts à moitié vide. La honte. Mais bon, il espère encore qu’il aura finalement droit à son heure de gloire. C’est tout ce qu’il a de toute façon. Plus les enquêtes où la Charybde l’autorise à participer. Donc, Lloyd s’exécute et cherche ces fameux dossiers en sifflotant. Histoire de se détendre, voyez. Même si au final ça marche pas trop mais bon.

Les bras chargés, il se tourne vers elle en entendant sa voix. « Ouaip. » Puis, il la rejoint et range les dossiers dénichés dans le sac en se disant qu’elle en aurait, de la lecture. « Allez, j’invite. » Il ne roulait certes pas sur l’or, mais il pourrait tout de même payer de quoi manger à une amie non ? Et ça lui ferait mal au cul que ce soit l’inverse. « En plus j’ai ma moto, ça ira plus vite. » Un sourire alors qu’il se prépare déjà à quitter la pièce. « Sauf si ça t’effraie bien sûr. » ▬ #a8012c


Dernière édition par Lloyd J. Maxwell le Jeu 6 Aoû - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   
Mar 4 Aoû - 16:21


suite ici. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Re: sos arizona battue — feat. lloyd
   


Revenir en haut Aller en bas
 

sos arizona battue — feat. lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» sos arizona battue — feat. lloyd
» Comment prendre une douche froide en un instant, même glaciale... | Arizona
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Rps-