Partagez | 
 

 •• who let the dogs out ? } pris par ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invitéavatar
•• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Lun 20 Juil - 22:47



Dick ••

comme le sable qui te brûle les pieds, j'suis qu'un connard, j'me le permet
 


Feat. worick arcangelo
©️ gangsta

Pousser mémé dans les orgies, Prendre sa place dans les orties



Nom ―St John. Pas saint le moins du monde, et pourtant, tu reste St John.
Prénom ―Dick. Elle claque sur le palais, cette minuscule syllabe gerbante. Dick, quatre lettres chancelantes, qui suffise à donner un apriori des plus pitoyable. Mais toi, Dick, tu t'en fiches, qu'ils aillent juste tous au diable, eux, et leurs putains d'âmes.
Origines ― afrique du sud, famille ayant dérivée d'amérique pour se retrouver dans un coin perdu du pays.
Âge― trente six grains de sable.
Orientation sexuelle― qu'importe il les aimera tous, le temps d'une seule étreinte.




Statut ― homme à tout faire au sens littéral du terme, de récupérateur de balle de golf à créateur de mots croisés, il fait tout tant qu'on paye son forfait.
Situation financière ― on ne pourrait faire plus sinistrement glauque selon lui, fervent habitué des lits de soie, il se retrouve sur un sofa.
Groupe ― charybde.
Pouvoir ― copie de pouvoirs.




Corpulence ―  1m89, 73 kilos, plutôt mince, mais pas maigre, musclé par son sport quotidien.
Cheveux―  blonds et longs, gras et attachés la plupart du temps.
Yeux― un seul, marron. un autre qu'il ne considère pas comme son œil, une horreur bionique implantée à la place de son ancien globe, sans qu'il sache d'où ça vient.
Couleur de peau― légèrement hâlée à force de trainer au soleil. et oui, même sous un dôme on s'en prend plein la tronche.
Style vestimentaire― un pull qui s'enfile, qui vient cacher la pâleur de ce corps musclé et cet inexistant bidon à bières, chose plutôt rare pour un trentenaire de l'époque. un jean, un pantalon, du moment qu'il ne lui file pas entre les doigts et ne coûte pas le quart de son salaire.
Particularité―  tatouage tribal au niveau dorsal, et cet étrange cache œil qui dissimule cette paupière fermée sur cet infâme chose et sa caboche béante.





―T'es vraiment qu’un sale con, Boehmitz.

Rien qu’un sale con. Un putain d'égocentrique. Un putain d'avare qui le comprend toujours, un peu trop tard. Un homme rongé par une culpabilité insatiable. Un homme désarticulé par ses propres regrets, les mains colorées du sang de bien des gens. Quelqu'un qui n'arrive pas à se relever. Une poupée fragile, au pied du mur, sans d'autres alternatives possibles que de se laisser couler à même le goudron. T'es le genre de crevure qu'on aime pas ici, le genre d'hunter pur, trop pur pour être vrai. Un putain d'africain blanc, clandestin tuant pour la survie familiale qui plus est. Un enfoiré avec des cauchemars usants plein la tête. Dick, t'es le genre de mauvaise herbe qu'on coupe et qui repousse inévitablement. T'en as vu passé des personnes, emportée par la mort, t'as tenté de redonner le sourire aux vivants, mais t'as jamais pu les dédommager comme ils l'auraient souhaité. T'es pas non plus mort bêtement pour les sauver, et rien que pour ça, tu mérites de crever. Tu devrais y songer Dick, à passer l'arme à gauche. Mais tu t'accroches encore, avec tes mots déraisonnables. Tu t'amouraches cyniquement de leur haine pouffant devant l'insurmontable, comme si cet air abstrait détestablement peint sur ton visage était le seul et l'unique possible, comme si tu n’étais rien d’autre que cette palette monochrome et débordante de dédain. Comme si t'étais rien de plus que ces restes d'âmes malmenés, écorchés, déformés.

Dick, t'es rien qu'un homme parmi tant d'autre, un homme qui s'attache à dissimuler bien des choses. Un être qui joue un rôle à chaque moment de sa journée en continuant de chercher ce qu'il reste de lui dans les abysses. Ce sourire plastique, ce masque d'hypocrite qui bordent tes lèvres charnues, il semble hermétique à bien des êtres. Ta voix rauque, quoi que foutrement charnelle n'est qu'un appât supplémentaire pour fourvoyer ceux qui te malmènent. Et toi, t'es plus qu'un monstre qui vit aux rythmes d'une horloge biologique qui déchante; plus rien qu'un  cœur volé, effrité à jamais. Éparpillé, en bien trop de morceaux pour songer à les recoller. Ta moue d'ex-rêveur n'a plus de place dans ce monde, tu la garde pour le soir, quand tu rentres en direction de ce que t'appelles maintenant ton chez toi, désormais constitué de cette modeste boutique et de ce sofa sur lequel tu passes ton temps à ronfler. T'as juste fini par comprendre que la belle existence idyllique à laquelle tu te destinais, n'est qu'une énième sottise pesante. C'est là que tu t'es mis à devenir moins poli, que les remarques désagréables sur untel ou un autre se sont mises à quitter ta bouche plus capable de filtrer quoi que ce soit; l'âme au bord des lèvres, le dégoût qui va avec. C'est plus que des ragots, des critiques, des allusions moins sympathiques. T'es plus qu'une poupée barbue qui mime le bonheur malgré l'amertume de la vie. Après tout, c'est tout ce que tu sait faire. Dick, t'es le cœur un peu piétiné, l'coeur mitraillé qui essaie malgré tout d'continuer à pulser.

T'étais pas comme ça Dick pourtant, t'avais réussi à faire ce que tu voulais, en même temps que ces tueries barbares. T'as fondé une famille, t'as même eu un fils. T'étais un peu comme une étoile quelque part, une toute nouvelle, éclairant à peine l'obscurité. T'avais cette envie de continuer à briller à tout jamais. Ce désir de s'étendre, toi l'ombre grandissante. Mais t'as finis par imploser. Maintenant, tu ne parles pas beaucoup, tu ne songes plus du tout. Il y a seulement ces rêves, ces souvenirs qui somnolent, au plus profond de toi. Même quand tu t'es rendu à l'évidence que tu ne la reverrais jamais, ta famille, leurs âmes sont restées coincées dans ton cœur, venant entacher ton malheur, crachant sur tes pourquoi et tes plaintes informes. Même quand t’as tourné le dos à ce qui comptait pour toi, préférant l'argent sale du travail tout aussi sale plutôt qu'une vie passée au bout du fil, à tenter de continuer à discuter de loin. Même quand t’as lâché prise, laissant la vie s’envoler au loin, dose après dose. Ils sont toujours restés. T’as eu beau cogné, ils s’y sont imprégnés, à ton âme. Éparpillés, disséminés, dilapidés, refragmentés. Elle ne rime à rien ta vie, pourtant, à par peut-être à il. A celui dont tu rêves chaque soir pour ne pas sentir la froideur de tes draps; à ton cœur de presqu'île, à ta façon de te penser subtil, à ton regard défiant l’indocile. Et pourtant. C’est toutes les espérances du monde qui se concentre dans ton seul corps. Tu manges espoir. Tu bouges espoir. Tu dors espoir. Tu te drogues d'espoir.

― Tu as peur ?

Y’a l’euphorie. Ces cuisants battements qui martèlent dans tes veines. Ceux qui te subtilisent tes rires, qui les rendent explosifs, sensationnels et compulsifs. Celle qui gronde comme les motos lancées à fond sur la route bitumée. Celle que tu sens, en ce moment, à la regarder, la femme félonne qui dans le creux de tes bras entrevoit le vide un peu trop proche, tout en haut du building. Cette euphorie, celle que tu vois dans les yeux de certains, accompagnée de quelques pincées de folie. Celle qui t’habites jour et nuit, grande copine de frénésie.

― Ta gueule.

Y’a la violence. Comme celles de leurs réponses, quand tu les confrontes au vrai, à leurs barrières, à leurs frontières, leurs limites. Comme celles quand tu te retrouves face aux tiennes, que tu t’es imposé avec l’âge. Celles qui sont là pour ne pas refaire les mêmes erreurs. Celles qui brident, qui soutiennent, qui soulagent. Celles qui font que tu ne t'aventures plus vers les femmes ni vers les hommes, que tu gardes une distance respectable entre toi et tes désirs. Cette émotion bouffante, gerbante, mais malgré toi constante. Présente dans tes mots, dans ta vie, dans ta tête.

― Tu as peur ?

Y’a la répétition, perpétuelle. Celle qui, compagne depuis bien longtemps vient vous forger la vie. A coup de masse. A coup de poids, plus ou moins conséquents. Juste pour le façonner, le chemin du destin, pour le rendre plus visible, histoire qu’on ne se trompe pas, qu’on ne se retrouve pas dans un endroit pas fait pour nous, comme celui-ci.

― Oui.

Puis y’a le reste.
Y’a les habitudes. Celles de quand t'étais gosse, celles que t'as fini par te forger ici, et celles qui viennent s'infiltrer dans ta vie. Cette façon que t'as de squatter chez les gens avant de faire ton possible pour te faire virer, histoire de pas avoir l'impression d'être redevable. Il y a aussi les mensonges, ceux dans lesquels tu baignes et tu t'allonges. Dick, y'a personne qui sait que t'as une famille là-bas, que t'as des gens qui t'attendent. On pense juste que les ordures comme toi vivent seule, inhumainement. Dick, ils vont où les trois billets que tu gagnes, quand tu les glissent dans des enveloppes timbrées ? Tu vis comment Dick ? Tu vis pourquoi ? On sait pas que t'as des raisons. On sait juste que t'es un raté, un homme qui aurait mieux fait de pas voyager cette fois-ci. Un type qu'aurait mieux fait de rester chez lui au lieu de tremper dans des affaires pas nettes pour passer cette étrange bulle. On ignore que t'as un fils, et même dans ta tête, ça commence à s'estomper. C'est moins douloureux. Avec le temps, on oublie les détails qui fâchent, on oublie qu'on aurait mieux fait de rester à l'extérieur et de mourir au lieu de se sauver seul. L’amertume elle te pend à la langue. Tu peux pas t’empêcher de faire référence au passé, de te rendre plus bête que tu ne l’es. Les

Y’a la nostalgie. Elle est là, quand tu penses au passé, à l’avant. Teinté de mélancolie, elle vient goûter tes lèvres, les malmener un peu plus pour te rappeler ce que tu n’auras plus. Elle te remontre aussi les bons moments, ceux dont tu te souviens encore. Quand tu passais le portail de l’école avant de détaller chez elle. Quand vous jouiez, à califourchon sur les gouttières grisées. Quand tu revenais de tes ballades nocturnes, et que ta mère était encore là pour te prendre dans ses bras. Quand papa il était encore fier de toi. Quand ils se posaient pas encore toutes ces questions sur tes choix, quand il était pas encore mort, le crâne explosé par une magie qui n'aurait pas dû être, les autres morceaux disséminés un peu partout derrière le talus.
T'aimerais bien te sentir invincible, extraire les souvenirs de ta chaire, être capable d'oublier les cadavres indéterminés qui jonchaient le sol à tes pieds. Mais aujourd’hui, tes yeux ils le fixent encore, ce sol. Et tes songes ils puent la peur alors que toi tu attends,
encore et toujours,
indécent.





•• PSEUDO :borderliness

•• ÂGE : 800 x 3/4 x 0,1 x 0,3 ans, mais ça risque encore d'augmenter, il paraît.

•• ♀ OU ♂ : :hue:

••  COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ?trop faible pour résister damn, à la base, c'est pas ma faute si je suis là, ils disaient tous synodel par ci, synodel par là et moi j'étais en mode "non, je ne vais pas voir parce que si je vais voir je vais craquer, et je dois pas craquer, je dois être forte uknow", fin j'disais comme d'hab quoi, et puis j'suis allée voir... j'ai pas pu résisté, et j'suis là maintenant : tant pis pour vous.

•• MOT DE LA FIN :petit pois.










Dernière édition par Dick St John le Ven 24 Juil - 21:03, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
lamia
KenzoFéminin

date d'inscription : 11/07/2015
pouvoir : force herculéenne
fiches : présa;
rs;
iris;

âge, race : 22 ans, Hybride
orientation sexuelle : so bi, baby ♥
profession : livreuse de pizza
feat : North Italy 》Nyotalia
messages : 84
avatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Lun 20 Juil - 22:48


cc
fais ton dc
bye

_______________
oh chéri
si tu savais





Dernière édition par Kenzo le Jeu 23 Juil - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Lun 20 Juil - 22:48


blblblblbll
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Lun 20 Juil - 23:26


:hihi: on s'connaît, j'crois.
bienvenue, bon courage pour ta fiche ! si tu as des questions, n'hésite pas. sparkles ♥️
Revenir en haut Aller en bas
charybde
Léo LespéranceMasculin

date d'inscription : 16/07/2015
autre(s) compte(s) : Princess Paris
pouvoir : Ghost Whisperer ▽ il parle aux morts, honey
fiches : Daddy coolirisrelation
âge, race : 31 ans, infecté ▽ Charybde
orientation sexuelle : Bi'
profession : Tatoueur à succès
feat : Freude ▽ Andrew Garfield
messages : 146
avatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Mar 21 Juil - 1:34


T'es perf'
J'ai rien de constructif à dire pardon.
Bon courage ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lamia
ZweiMasculin

date d'inscription : 17/07/2015
pouvoir : Ténèbres † Transmet un sentiment de vide, d'obscurité au simple toucher. Mais seulement les émotions négatives et dominantes. Plus l'interlocuteur essaiera de s'en échapper, plus l'effet durera.
fiches : www † Fiche
www † Relations
www † Iris
www † RP

âge, race : 19 ans
orientation sexuelle : Bisexuelle
profession : Croupier
feat : Allen † D.Gray-Man
messages : 85
avatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Jeu 23 Juil - 15:10


Oh toi, Gangsta, Worick je te fais des bébés quand tu veux blood
Bon courage pour ta fiche, hâte de lire tout ça ♥️

_______________


Am I a mindless fool ? My life is a fragment, a disconnected dream that has no continuity. I am so tired of senselessness. I am tired of the music that my feelings sing, the dream music.   † † †
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Jeu 23 Juil - 23:14


BONSOIR vous êtes fabulous. je. egfyhujerikg ♥️.
EXCEPT CA, c'est fini, j'ai boycott l'histoire parce que c'était proposé
et que ma flemme a pris l'dessus, m'voyez. membre ingrat shame on me.
donc j'garde ce surplus pour les rps. voila voila. en espérant que ce soit pas trop mal,
et qu'on puisse cerner ce gros tas comme il faut.
huhu  
Revenir en haut Aller en bas
lamia
PanFéminin

date d'inscription : 13/07/2015
autre(s) compte(s) : Arielley & Cliché.
pouvoir : Contrôle sur la vision d'autrui ▬ permet de créer des illusions. Néanmoins, sans l'appui de sa jumelle, cela se limite à des peluches, des pièces d'échecs, parfois quelques autres jeux. C'est complètement inoffensif, humiliant. Il vaut mieux ne pas l'utiliser.
fiches : www ♛ présentation
www ♛ relations
www ♛ iris
www ♛ demande RP

âge, race : 20 ans, sang pur.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Barman/Serveur dans un bar. ♛ Futur directeur de l'asile.
feat : SORA. No game no life
messages : 207
avatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Ven 24 Juil - 1:33


Bienvenue :hue:

_______________

FOLLOW ME TO THE DARK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lamia
Anastasia Y. KazakovFéminin

date d'inscription : 05/07/2015
autre(s) compte(s) : Nevada
pouvoir : Psychose
âge, race : Vingt-et-un ans •• Hybride
orientation sexuelle : Bisexuelle
profession : Prostituée •• informatrice
feat : Prussia - Hetalia •• Irl : Frida Gustavsson
messages : 126
avatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Ven 24 Juil - 14:39


Hello et welcome dear. :uhu:
Je crois qu'on se connait aussi. :srs:

Bref, tout d'abord je veux te dire que j'aime ta façon d'écrire, j'y avais jamais prêté attention auparavant mais j'adore ! -on dirait une vieille femme effrayante-
Mais, je vais venir te demander quelques renseignements parce que je suis pas sûre d'avoir tout bien saisi et je préfère ne pas faire d'erreurs.
Dick St John a écrit:
une horreur bionique implantée à la place de son ancien globe, sans qu'il sache d'où ça vient.

Je ne sais pas si tu vas l'expliquer plus tard en RP -dans ce cas ce sera bon- sinon je vais te demander une explication en MP si tu veux garder ça secret. :hue:

Dick St John a écrit:
Un putain d'africain blanc, ancien militaire qui plus est

Alors j'ai commencé à bloquer à partir de là. Je le comprends de manière à ce que Dick soit un militaire avant de rentrer dans Synodel. Le problème est que mise à part le dôme, il n'y a pratiquement plus rien autour. Alors peut-être que je l'ai mal interprété mais si ce n'est pas le cas, tu vas devoir préciser que c'est clandestin. Je précise au cas où que les villes sont majoritairements détruites et que les populations sont en galère.

Voilà ! C'est le seul détail où je reste réellement sceptique, je te laisse m'expliquer et/ou corriger et suite à ça, je pourrai te valider.

Bon courage. ♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lamia
Anastasia Y. KazakovFéminin

date d'inscription : 05/07/2015
autre(s) compte(s) : Nevada
pouvoir : Psychose
âge, race : Vingt-et-un ans •• Hybride
orientation sexuelle : Bisexuelle
profession : Prostituée •• informatrice
feat : Prussia - Hetalia •• Irl : Frida Gustavsson
messages : 126
avatar
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   
Sam 25 Juil - 16:05


validation officielle
bienvenue !
DP du mal mais c'est pour la bonne cause. 8)
Ton MP m'a convaincu -bon en vrai je l'étais déjà avant-, et je peux te valider sans soucis. J'aime beaucoup Dick et encore une fois, j'aime ton style d'écriture, je suis fan.
Bienvenue chez les rouges, tout est perf ! ♥

voici les liens qui te seront utiles suite à ta validation :

•• { bottins }
•• { fiches de relations }
•• { iris }
•• { demandes de rp }
•• { banque }
•• { boutique }

amuse toi bien parmi nous ♥

lu et approuvé par smexy anastasia






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: •• who let the dogs out ? } pris par ana
   


Revenir en haut Aller en bas
 

•• who let the dogs out ? } pris par ana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Laissons les statistiques au mangeur de hot-dogs. Aristide et Obama, deux grands
» Votre pseudo est déjà pris?
» Pris sur le fait [PV Ish , Sai]
» Son mari n'a pas pris de douche depuis un an...
» Healore pris en flag...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Gestion-