Partagez | 
 

 Please forgive me... ~ ft Pan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invitéavatar
Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Lun 20 Juil - 19:12


Perdu.
Et encore, euphémisme. C'est les mains tremblantes que le jeune homme avait reçu les messages de Pan, un être, un individu avec lequel il dispose d'une relation plutôt étrange. Loin d'être un couple, l'Orion ressent cette jalousie et cette sensation d'addiction que peuvent posséder deux amoureux. Lui-même ne cherche d'ailleurs jamais à se faire une idée de la situation ou placer des mots ; le tout est de le vivre, de le ressentir. Mais là, c'est un coup de poignard dans la poitrine que son regard dissimulé derrière les verres de ses lunettes constate les mots de ce dernier. Il assume et pourtant se sent coupable comme jamais. Théo est de ceux qui ont encore un esprit d'enfant ; pour autant très sérieux il est capable de se laisser submerger par le quotidien, la vie à tel point qu'il perd pied, ne sachant comment s'en sortir indemne. Les dernières semaines sont un exemple concret ; trop de boulot, des factures impayées, des soucis d'argent et hop, le voilà en train de patoger. Littéralement.

Les doigts indécis et l'esprit embrumé ; c'est ainsi que le garçon à écrit les réponses pour Pan suite à sa demande agressive d'avoir des explications. Comment faire ou agir face à l'adversité ? La question ne cesse de le talonner quand soudain il lui offre un rendez-vous, un moyen de se faire pardonner pour cet être qui ne quitte que rarement son esprit. Peur et joie se mélangent, s'absorbent l'une et l'autre sans même lui laisser le temps ou cette faible opportunité de respirer un peu. Ni une ni deux le voilà sur le chemin sans prendre la peine de répondre tant la hâte s'empare de lui. Une veste bleutée, un t-shirt blanc des plus banal et un jean dans un plutôt mauvais état et go. Son casque sur les oreilles il se rend dans l'antre de Pan, préférant écouter des chansons qu'il affectionne plutôt qu'avoir à ruminer, réfléchir. Pauvre de lui.

C'est devant sa porte qu'il se fige tel un gamin devant l'entrée du bureau de la directrice de l'école. Comme si Théo allait se faire gronder d'ailleurs, il se mord un peu la lèvre inférieure, de peur de perdre ce garçon. Non. Oulah non surtout ne pas penser à une telle chose. Se reprenant aussi vite l'Orion ouvre la porte du loft sans même frapper, cette dernière étant toujours ouverte puis il essaie d'appeler le garçon, une ou deux fois avant d'entrer sans attendre plus. Lentement mais sûrement il rejoint sa chambre, découvrant le pourquoi de sa visite en train de dormir sur son lit. Il c'est sûrement assoupi se dit alors Théo tout en approchant, retirant sa veste qu'il laisse tomber au sol. S'allongeant à côté de lui il s'appuie sur son épaule gauche, frôlant du bout du nez la joue du Lamia. « tu veux bien me pardonner dit... » murmure-t-il à son oreille, la mine plus dépressive qu'autre chose ne cessant dans ses pensées de croiser les doigts. Quel gamin.
feat. Pan ▲ dialogue #08AEB1 ▲ hrp
Revenir en haut Aller en bas
lamia
PanFéminin

date d'inscription : 13/07/2015
autre(s) compte(s) : Arielley & Cliché.
pouvoir : Contrôle sur la vision d'autrui ▬ permet de créer des illusions. Néanmoins, sans l'appui de sa jumelle, cela se limite à des peluches, des pièces d'échecs, parfois quelques autres jeux. C'est complètement inoffensif, humiliant. Il vaut mieux ne pas l'utiliser.
fiches : www ♛ présentation
www ♛ relations
www ♛ iris
www ♛ demande RP

âge, race : 20 ans, sang pur.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Barman/Serveur dans un bar. ♛ Futur directeur de l'asile.
feat : SORA. No game no life
messages : 207
avatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Lun 20 Juil - 23:02




Please forgive me...
THÉO ∇ PAN
PAN EST UN DIEU ÉGOÏSTE.
Il ne supporte pas qu'on trouble ses habitudes. Qu'on le pousse dans ses retranchements, qu'on change ses principes. Le dieu ne s'attache pas, pas sincèrement du moins. Normalement, seule sa nymphe compte. Pourtant ce matin, c'est sur les nerfs que tu t'es levé. Outré par le comportement de ce garçon que tu ne parviens plus à oublier. Tu ne saurais probablement pas comprendre ce désir de possession, de dépendance. C'est ce qui a perturbé ce monde idyllique. Au départ, les premiers jours, cela ne t'avait pas dérangé. Tu avais été irrité, mais Echo était là pour soulager cette mauvaise humeur et tu n'y avais pas pensé, puis les jours étaient passés, les semaines aussi et une case vide se faisait ressentir.

Une absence que Daphnis ne cherchait pas à combler. Car ce matin, Pan est celui qui a dû écrire. Cela t'avait terriblement agacé, plus énervé contre cette addiction qui t'avait obligé à modifier tes manies que ce brun qui n'avaient pas donné de nouvelles. Durant un mois, le temps nécessaire pour te faire réagir, ça avait été un vrai supplice de ne pas craquer avant. Mais tu avais une fierté et jamais tu n'aurais pensé qu'il t'oublierait ainsi.

PAN EST UN ÊTRE VIOLENT.
Il ne supporte pas qu'on lui tienne tête, qu'on ne fasse pas ce qu'il désire. Il était persuadé de ce lien fort qui les unissait, savait qu'il n'était pas le seul à le ressentir. Pan et Daphnis étaient des amants à bien des égards, toi et Théo êtes comme les anciens dieux. Vous êtes plus proches que tu ne l'avais prévu, chaque fois, tu te sentais inlassablement attiré vers l'Orion. Au fil du temps, tu es devenu possessif, et jaloux envers le garçon. Chose rare, seule Echo avait ce mérite. Mais ce mois avait été décisif, il te le fallait dans ta vie.

Pan lorsqu'il n'est pas content, devient mauvais. Dès l'instant où il n'a pas ce qu'il veut et durant un mois, il avait été privé de l'amant mythique. Quelle ironie. Que cet être en manque total de considération se soit retrouver si dépendant d'une autre personne que cette sœur qu'il aime comme un fou. C'était à la fois perturbant et extrêmement stimulant. C'est d'ailleurs dans cette optique qu'il s’allongea sur son lit, après avoir laissé l'eau froide refroidir ses idées. Se contentant d'un jean violet et t-shirt jaune, il ferma les yeux.

De toute manière, il n'aurait pas a attendre longtemps, si Théo désirait se faire pardonner, il n'avait pas d'autre choix que d'arriver dans les minutes qui suivraient. C'était comme ça, pas autrement, Pan est en colère. Ainsi, tu n'es pas en mesure de garder ton calme et aura du mal à te montrer agréable. Qu'importe ce lien qui vous relie.

PAN SENT SON NEZ LE CHATOUILLER.
Un poids se pose sur son épaule, une certaine chaleur envie son espace et un murmure se glisse à son oreille « tu veux bien me pardonner dit... ». Pan ouvre légèrement un œil, sachant déjà qui est là. Mais la colère bout encore dans tes veines, ainsi te tais, ne bouges pas et attends que cette fois, il fasse le premier pas. Le pardon n'est pas facile offrir, mais autant dire qu'il est impossible de la part du roux.

Mais le silence prend place et cela t'agace. Ce simple nez frôlant ta joue ne te suffit pas. Ainsi, tu pivotes légèrement sur le côté et vos souffles se mêlent, tu fais exprès de t'approcher un peu plus près, tes lèvres touchant légèrement les siennes et tu recules la tête. Une petite provocation. Qu'importe cette joie traîtresse de le revoir, tu n'es pas prêt à céder dès que ce garçon peut-être plus mignon qu'une petite fille te fait perdre la tête.

« Je te l'ai dit, il va falloir te montrer inventif. »

Car sans une bonne idée, Pan était prêt à rester sur ses positions. Plongeant son regard dans le sien, un rictus naquit à ses lèvres, quant aux solutions que possédaient le brun. Il se releva habilement et se plaça au dessus de son amant, à leur relation si particulière. Sans décrocher un mot, tu fais glisser tes yeux sur ce visage qui, il faut le reconnaître, t'a beaucoup manqué. Mains de chaque côté de la tête de l'Orion, tu descends à son oreille et reprend dans un murmure. « Très très imaginatif. » puis tu t'éloignes et reprend la place que tu avais au départ. C'est frustrant, tu le sais, mais il vaut mieux mettre des distances, pour montrer ce mécontentement et éviter tous débordements. Tu refermes les yeux et glisse tes mains derrière ta tête.

« Je n'accepte pas la situation, j'attends cette bonne explication. Tu n'es là que pour ça après tout. »

Des mots peut-être un peu durs, mais tout à fait naturel pour ce dieu cruel qu'est Pan.
Pan parle en #A178BC ∇ HRP ; LOVE. ∇ Cproject



_______________

FOLLOW ME TO THE DARK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Mar 21 Juil - 17:32


Le voir, l'admirer et même lui murmurer à l'oreille ; tout a fait frissonner l'Orion dès lors qu'il est entré dans sa chambre. Couché à côté de lui c'est en priant dans son esprit qu'il espère, exigeant presque que la réponse de Pan soit des plus agréable mais au fond, il sait très bien. Oui Théo, sans aucun souci comprend que celui pour qui il a son sentiment de possession est loin, très loin d'avoir un caractère facile, que cela soit à gérer ou à subir. Une fois la cible de ses foudres il est difficile de se relever indemne pour autant c'est tout de même en espérant qu'il attend une quelconque réaction de sa part. Et là c'est le drame, ou presque.

Le silence.
Rien, le vide, pas un son. Remarquant sans difficulté qu'il ouvre les yeux, c'est comme un marteau venant frapper sa tête qu'il subit ce moment bref et pourtant des plus désagréable pour lui. D'ailleurs tel un gamin à qui des parents refusent une glace ; le voilà avec les yeux un peu humides sans pour autant se voir sombrer dans les méandres de la tristesse. Il use tout de même un peu de sa virilité. Un peu. « je sais mais j'ai peur de te décevoir. » A nouveau le voilà à murmurer tout en subissant les faux espoirs à son encontre. Il le provoque et pauvre de lui, cet Orion il a tendance à plus subir qu'autre chose sur l'instant, comme trop pris au dépourvu. Même à l'instant où il se place sur lui en reprenant la parole ; même là il ne parvient à rien, détournant le regard la mine déconcertée.

Dur à gérer, de trouver quoi faire alors que le garçon le sait très bien ; il est totalement en tord dans cette situation. Il est celui qui a engendré cette situation et c'est à lui de régler le problème, à tout prix. Se serrant contre lui avec tendresse malgré tout, il enfouie sa tête dans son cou comme incapable de le regarder en face. « je suis désolé tout est de ma faute ; je n'ai pas su quoi faire, j'ai eu des soucis et j'ai perdu pied comme un gamin de deux ans sans ses parents pour le protéger. » L'idée complète le fait se blâmer, ce dernier crispant ses mains, serrant un peu la mâchoire face à sa nullité.

Il faut se bouger Orion, vite. Combien de temps va-t-il se morfondre sans rien essayer ? Stop. Se redressant ensuite il finit par se placer à son tour au dessus de Pan, ne parvenant toujours pas à le regarder dans les yeux. « j'ai trop été couvé je suis un mauvais. J'ai eu des soucis d'argents, j'ai essayé de faire des heures supp mais c'était pas suffisant. J'ai carrément dû lécherr les bottes de mon paternel. Je sais que pour toi c'est pathétique comme excuse mais... » Il s'avance le Théo tout en déposant un baiser dans le cou du garçon puis tout en frôlant ses lèvres des siennes. « ... il ne fallait pas me choisir alors et maintenant c'est trop tard, je suis accro. »
feat. Pan ▲ dialogue #08AEB1 ▲ hrp
Revenir en haut Aller en bas
lamia
PanFéminin

date d'inscription : 13/07/2015
autre(s) compte(s) : Arielley & Cliché.
pouvoir : Contrôle sur la vision d'autrui ▬ permet de créer des illusions. Néanmoins, sans l'appui de sa jumelle, cela se limite à des peluches, des pièces d'échecs, parfois quelques autres jeux. C'est complètement inoffensif, humiliant. Il vaut mieux ne pas l'utiliser.
fiches : www ♛ présentation
www ♛ relations
www ♛ iris
www ♛ demande RP

âge, race : 20 ans, sang pur.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Barman/Serveur dans un bar. ♛ Futur directeur de l'asile.
feat : SORA. No game no life
messages : 207
avatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Mer 22 Juil - 2:58




Please forgive me...
THÉO ∇ PAN
PAN NE SUPPORTE PAS LE REGARD FUYANT DE SON AMANT.
Pour un fuyard tel que le dieu, tu ne peux approuver qu'en retour on puisse fuir tes propres iris. Qu'on ne veuille pas te contempler. Cela t'arrache un soupir. Le dieu Pan est d'une jalousie maladive, est-il possible que tu le deviennes tant afin d'haïr ce point qu'il s'entête à suivre.

La déception, un sujet que tu ne connais point, puisque personne ne peut te décevoir, après tout jamais tu ne possèdes de réelles attentes envers autrui ; dans le cas contraire tu sais pertinemment qu'on te décevrait chaque minutes et chaque secondes qui passent. Tu gardes néanmoins cette information pour toi, le brun n'est pas de ce peuple que tu aimes rabaisser. Il es plus important que ça, tu es prêt à faire quelques efforts. Dans la limite du possible, évidement.

Et cela se confirme lorsque Daphnis resserre le dieu-lune. Dans cette entrante qui fait monter une agréable chaleur. Seul le contact de ta nymphe compte, mais celle de l'Orion possède une nuance différente, moins forte, hors plus apaisante. Troublante attirance. Pour autant, tu sais que ce n'est pas le moment de penser à ça, il serait dangereux de baisser ta garde si vite, lui donnant ainsi des facilités pour l'avenir, ce que tu ne peux concevoir.

PAN PROTÈGE ET ENSEIGNE.
Le mythe est certes mauvais, mais il peut aimer. Tu l'écoutes s'expliquer, sans l'interrompre, de toute façon qu'aurais-tu à répondre face à cette réalité ? Tu as toujours su que ce garçon pouvait être ce gamin paumé. C'est peut-être ce qui t'avait plu au début, et encore aujourd'hui. Mais cela t'énerves, que tu te retrouves dans ce contexte à cause de cette personnalité fragile. Tu n'apprécie perdre pied, et Théo a poussé jusqu'à se jouer de ta patience. Inexistante normalement.

Même au dessus, tu ne croises son regard. Tu fronces les sourcils et voudrait clouer ses yeux dans les tiens. Ainsi il n'aurait plus de raison de détourner ses pupilles de toi. Pan. Le maître du jeu. Qu'attend-t-il pour t'affronter ? Les pièces maîtresses ne se relèvent que de cette manière et tu es persuadé qu'il en est une. C'est la seule explication logique à ton implication envers lui.

« Je ne t'ai pas choisi Théo. » Il s'est imposé. Tant et si bien que tu n'as eu d'autre choix que suivre ce corps qui réclamait. Réclamait une autre chair. Avec pour raison, les frissons d'un plaisir que Pan n'accorde qu'à Daphnis. Nouveau soupir, ça ne sert à rien, il ne comprendrait pas. Tu le sais parce qu'il est encore qu'un gamin et que tu ne le lui as pas appris. Comme Echo, tu as tout à lui enseigner, un façonnage que seul toi réalise.

PAN CONTRÔLE L'ADDICTION.
Comme il peut en être soumis. Rarement, jamais généralement, sauf envers sa jumelle. Et probablement l'Orion, à présent. Un grand mot. Une définition éphémère, si peu sincère, presque trop dangereuse. Mais bien trop réelle. Tu t'es toujours défini comme un obsessionnel. Tu le sais plus ou moins, cela t'arrive avec chacun, c'est instinctif, seulement parfois il arrive que tu pousses le vice, comme avec Théo. Accro n'est pas un euphémisme ? Tu doutes, car tu ignores ce qu'accro signifie. Du moins, dans ce sens-là, ce mot ne semble rien dire. Malgré la similitude de dépendance et accro, tu préfères ignorer le terme. Cela est contraire à ton univers. Pourtant les caresses achèvent le cheminement de cette pensée. Comment peut-il ainsi le toucher et ignorer ces yeux rouges ? Cela ne plait guère au roux qui s'exaspère. Ce mois d'absence a peut-être créé un froid qu'il commence à regretter.

« Et regarde moi quand tu me parles. »

Un ordre, car Pan ne demande pas, il impose. Ordonner, contrôler, soumettre sa volonté et la faire respecter. C'est une prétention qu'il peut se permettre, car le Lamia a un de ces charismes qui abat la gentillesse, expose l'obéissance, par des procédés peu mérités. Tes doigts parcourent sa joue avant de se poser sous son menton, relevant sa tête. S'il ne t'écoute pas, il s'en va. Tu sais qu'il le fera, car l'Orion te connait. Un rictus naît à tes lèvres, oui tu trouves cela pathétique, mais Pan pardonne tout de Daphnis.

« Je ne comprend pas pourquoi tu n'es pas venu me lécher moi plutôt. »

D'une main sur sa nuque, tu l'obliges à s'approcher encore, vos lèvres déjà proches se provoquent. Jouent, mais ne s'accrochent pas, pas encore du moins. « Tu sais que j'aurais pu t'aider pour tes problèmes d'argent. Et tu ne m'aurais pas planté aussi longtemps. » Amer. Rancunier. Pan est mauvais, plus encore quand il ressent. Théo avait commis une erreur, il lui avait fait sentir le manque. Hors, malgré cela, Pan n'était pas prêt à mettre de côté ce qui les unissait. Cela ne veut pas dire pour autant qu'il était capable de tourner la page aussi facilement. « Comme je le disais, je ne t'ai pas choisi, tu t'es imposé sale gosse. » Pan, être complexe. Qui se perd lui-même. Qui parle, mais ne s'intéresse pas. « La dépendance, un bien grand domaine, que tu ne m'as pas vraiment démontré ces derniers-temps. » Pan, personnage incomplet. Qui recherche. Un mot, une excuse, une pensée ou un contact. L'espace se restreint et le roux s'abandonne à un baiser. Simple, léger, qui ne te correspond pas. « Il faut croire néanmoins que tu as de la chance, il est peut-être trop tard pour moi aussi. » Pourquoi nier une évidence quand celle-ci abat ses cartes et ne laisse aucune oppositions possibles. Néanmoins, le garçon n'est point pardonné, tu acceptes simplement d'avouer ce qui se peint sur ton visage ; lorsque tu ne le vois pas.

Pan parle en #A178BC ∇ HRP ; LOVE. ∇ Cproject



_______________

FOLLOW ME TO THE DARK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Mer 22 Juil - 11:30


Décevant.
C'est ce qu'il pense de sa propre personne, de son attitude. Cette relation, tout ce que cela incombe ; rien ne peut s'avérer simple pour lui qui peut s'avérer être un enfant fragile, perdu au milieu d'une foule. L'Orion il semble comme avenant, capable de réaliser bien des choses et pourtant il se pare avec talent, il se dissimule sans mal derrière se bouclier qu'un bon nombre de gens nomment apparences. Qui sait ce qu'il veut vraiment tant son attitude ne montre que peu les choses. Avec Pan ce n'est pas un couple, ce n'est rien de commun et pourtant, il ne veut que se sentir ainsi avec lui dès lors qu'il le voit et ce même un instant. Cette possessivité, ce besoin de le sentir à lui, rien qu'à lui encore et toujours.

Des pensées fortent qu'il ne parvient même pas à montrer ; son regard lui-même étant incapable de se placer sur lui. Merde qu'est-ce que peut bien attendre son âme ? Courage où es-tu ? Pan au moins il met des mots, il ne tourne pas autour du pot pour rien et d'ailleurs sans sûrement pour cela que les sentiments de Théo à son égard sont si grands. Quelqu'un qui le secoue, qui ose lui dire sa façon de penser et surtout, qui parvient à le faire comprendre qu'il est loin, très loin d'être aussi courageux que ce qu'il essaie de faire croire. Il lit en lui comme dans un livre. Oui.

C'est le moment de se bouger, se prendre par la main. Toujours sur lui c'est avec lenteur qu'il finit par mouvoir son regard, ses pupilles s'agitent puis finissent par enfin se focaliser sur ses yeux. Cette ordre est comme une obligation et pas une seconde l'Orion ne se permettrait de le remettre en question, de faire son vexé. Lui qui est pourtant si susceptible. Fou. « je ne voulais pas te prendre la tête avec mes soucis. Sérieux je suis assez un gamin à tes yeux pour venir pleurer face à toi. » Ah là les mots quittent un peu son être, il s'exprime un peu mieux que la tête baissée, sans aucun courage à l'horizon. Puis il approche ton visage du siens, ses lèvres frôlant les siennes sans se toucher malgré tout. Sa respiration s'accélère, la case accro de son cerveau venant de s'illuminer à cette action. Difficile de résister. Trop. 

Et des mots, des phrases auxquelles il ne s'attendait pas le Théo. C'est cash, c'est Pan mais c'est dit. Il y a du bon dans ce que peut entendre le jeune homme et cela il compte bien ne pas l'oublier. Oulah non. Et un baiser, même léger c'est celui qui lui fallait pour le rebooster. Les pulsations de son coeur qui s'accélèrent traduisent d'ailleurs plus que bien son sentiment. « je vais me montrer aussi dépendant de toi que je le suis dans ma tête mais tu risques de le regretter, je m'attends à des lâches moi un peu de ta part. Hein. » Il sourit un peu. « je voulais me mettre un peu de fierté mais là, je vais la mettre de côté, c'est toi qui l'auras demandé, enfin pas ouvertement mais bref. »

Et boom.
Carrément, ce qu'il entend. Se reculant un peu, toujours posé sur lui il croise les bras, laissant un air inquisiteur et taquin se figer sur son expression. Un léger rictus vient lui aussi se greffer sur son attitude tandis qu'il fait mine de l'analyser. « stop. Tu peux répéter là, il serait trop tard pour toi aussi ? Je suis parvenu à me rendre primordial pour le grand Pan ? » Un gosse, un vrai mais cela l'amuse, il se sait toujours fautif et il compte bien se faire pardonner mais là, pas possible de passer à côté comme si de rien était. « je vais vite faire le nécessaire pour que tu ne m'en veuilles plus parce que là, à ce ryhtme je vais être le plus heureux de Synodel. » Cette fois son regard est figé dans le siens, retrouvant un air sérieux. « Si tu savais comme je suis terriblement désolé, j'ai été vraiment merdique. Tout ce que je t'ai dit est vrai, je ne voulais pas te prendre la tête avec ça mais plus jamais je ne referais cette erreur, je t'avouerais tout de suite mes ennuis, mes secrets. Tout. »
feat. Pan ▲ dialogue #08AEB1 ▲ hrp
Revenir en haut Aller en bas
lamia
PanFéminin

date d'inscription : 13/07/2015
autre(s) compte(s) : Arielley & Cliché.
pouvoir : Contrôle sur la vision d'autrui ▬ permet de créer des illusions. Néanmoins, sans l'appui de sa jumelle, cela se limite à des peluches, des pièces d'échecs, parfois quelques autres jeux. C'est complètement inoffensif, humiliant. Il vaut mieux ne pas l'utiliser.
fiches : www ♛ présentation
www ♛ relations
www ♛ iris
www ♛ demande RP

âge, race : 20 ans, sang pur.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Barman/Serveur dans un bar. ♛ Futur directeur de l'asile.
feat : SORA. No game no life
messages : 207
avatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Ven 24 Juil - 15:29




Please forgive me...
THÉO ∇ PAN
PAN TROUVE DAPHNIS ATTIRANT.
Enfin, le dieu croise les émeraudes qu'il aime tant. Malgré cette lueur qui t'exaspère. Comme ces paroles qui entre dans ta tête, mais n'y reste pas bien longtemps. Pourquoi s'entêter avec tant de formalité ? Puis que l'Orion sait que tu le considères comme un enfant, il devrait en profiter pour venir se comporter comme tel. Après tout, ne restes-tu pas près de lui malgré cette vision que tu possèdes. Pan est de ceux qui profite du moindre intérêt, il apprendra à Daphnis a en faire de même. Puisqu'il possède déjà cette place dans ta vie, il peut très bien se permettre d'en abuser. C'est d'ailleurs ce que tu préférais, une sorte de manipulation dont tu serais tout de même le maître.

C'est de l'attendre qui t'a prit la tête. Tu t'es rendu compte de ce qu'il représentait, tu as du faire des concessions afin d'être celui qui revenait. Voilà ce qui poserait problème. Les soucis d'un amant ont toujours une solution, mais heurter ta fierté à des conséquences irréversibles. C'est difficile, de luter contre une personnalité qui refuse la moindre entente. Impossible. De toute manière, tu n'en as pas envie.

PAN A TOUJOURS CE QU'IL VEUT.
Un demi sourire, une requête satisfaite. Pan obtiendra toujours ce qu'il veut de son élève. Et Pan ne regrette pas, car c'est ce que tu demandes, tu sais parfaitement ce que tu veux, ce que tu attends. Tu dirigeras la situation, votre évolution, dans le sens qui te plait. Puisque tu l'as réclamé et que Pan est aussi obsessionnel et possessif que l'Orion. Si ta dépendance ne sera pas visible si facilement sans te connaître, elle ne serait que plus réelle. Les mots ne serviront à rien, car tout cela passe au dessus de ce qui vous uni. C'est simple et compliqué à la fois, mais il ne suffit que de poursuivre, profiter, écouter, toucher. Facile. Il faut ressentir. Difficile, tu préféreras te contenter de t'approprier.

Tu retrouves de ta lassitude, regarde l'amant au dessus de toi croiser les bras. Une lueur prédatrice passe pourtant dans tes iris à ses phrases. Le grand Pan. C'est sûrement cela qui te plait le plus, le regard que le garçon pose sur toi. Cette place qui est destiné à Pan, mais que par envie on lui retire. Sauf avec Echo, sauf avec Théo. « Les pièces maîtresses sont souvent celles qu'on attend le moins. » L'Orion est le fou. Toujours au côté du roi, dans une relation ambiguë, son pouvoir est spécial sur le maître du jeu, car le fou distrait, attire, ensorcelle. Pan est inlassablement attiré par Daphnis. Tu es naturellement absorbé par le fou.

stop. Ce petit mot a néanmoins froncé tes sourcils, indirectement tu vois cela comme un ordre, mais Pan n'en reçoit aucun. Et cette position donne un rapport de force qui ne te convient pas, même si la vue ne te déplaît pas. T'appuyant sur tes coudes, tu te relèves, toujours avec le brun sur tes cuisses. Tu ne perds aucune miettes, analyse chaque parole. « Le plus heureux ? Alors que je n'ai encore rien entamé. J'ai bien peur que ton pauvre petit cœur ne suive pas ce que je vais te faire. » s'il est taquin, tu peux l'être tout autant. De plus, le jeu est ta vie, ton passé, ton présent et ton futur. Il ne peut t'égaler, personne ne le peut. Pan est grand. Hors, il perd de cette sublime expression, retrouvant ce sérieux qui peut te faire défaut. Des excuses. Encore. Cela t'insupporte. Tu n'es pas de ce style, à pardonner, à accepter des excuses. Tu préfères des actes aux paroles. Des regards aux mots. Mais d'un autre côté, Pan est rassuré de se savoir dans la confidence. Connaître te permettra de contrôler, d'imposer tes choix au brun. Comment regretter, lorsqu'on parvient à maîtriser une telle soumission. Même en y étant soi-même enrôlé.

Ça suffit les paroles inutiles. « Tais-toi. » Si c'est pour ressortir encore un désolé, tu préfères ignorer. Tu fais glisser ta main sur ses bras noués, remontant son épaule et terminant pour la nicher à sa nuque et te redresser plus encore afin de venir chercher ce que tu n'as pas eu depuis un mois. Tu n'attends pas trois ans, pose tes lèvres sur les siennes. Quatre semaines que tu ne l'avais pas embrassé ? C'est presque un crime, pour toi qui prône le contact physique. Ta langue vient caresser sa lèvre inférieure et il t'offre directement l'accés à cette bouche qui t'a manqué. Il n'avait pas intérêt à te le refuser de toute manière. Si celui-ci était doux au départ, il en devient rapidement plus passionné. Presque dévorant. Trop. Tes mains retrouvent leurs manies baladeuses, mais tu finis quand même par t'écarter, ce serait trop simple de lui donner ce qu'il veut, de prendre ce que tu veux.

Concessions. Encore une fois, cela t'irrite. Alors tu le fais basculer en arrière et tu te lèves, hors du lit. Distance. « Jouons. », un sourire pendu aux lèvres, tu t'appuis sur le meuble derrière toi et plonge ton regard dans ces iris vertes. Tu as toujours trouvé que le rouge et le vert fusionnait à la perfection. « Un secret, une récompense. » sortant une pièce de ta poche, tu la fis rouler entre ses doigts. Dans un rythme régulier, calme. Simplicité. « Tout n'est-ce pas ? Je compte sur toi pour m'intéresser, si tu veux rester primordiale, garder ta place, tu as intérêt à te surpasser. De plus, un pardon ne fonctionne pas. » Parcourant le garçon du regard, il fut cette fois celui qui avait ce regard taquin, provocateur. Savoir tout de ses pions, même les plus importants, c'était essentiel. Et Pan le sait. « Je t'ai demandé d'être inventif, j'attends de toi que tu te fasses pardonner d'une manière moins basique et inutile qu'un je suis sincèrement désolé. J'ai pourtant été clair non ? Qu'attends-tu ? » Pan n'est pas très patient, mais ce n'est pas la seule raison. Pan aime paniquer Daphnis, cette menace n'est qu'un tour de passe-passe.

Pan parle en #A178BC ∇ HRP ; LOVE. ∇ Cproject



_______________

FOLLOW ME TO THE DARK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Dim 26 Juil - 13:07


Cette impression de réussir, un peu, une bribe. S'assumant un peu plus face à Pan, le jeune homme essaie de retrouver un tant soit peu de dignité. Mais dans ses pensées il sent encore qu'il glisse, que la pente est raide et que pour l'instant rien ne l'empêche de remonter même si cette sensation oppressante disparaît un peu mais pas totalement. Son regard dans le siens, c'est à présent sans souci que l'Orion assume sa bêtise face à celui pour qui il a tant de sentiments. Il le connaît, essaie de le dompter depuis quelques temps déjà et il est loin d'être facile à cerner.

Toujours sur lui c'est la tête un brin penchée sur le côté droit qu'il écoute les dires de son amant, comme hypnotisé par son visage, cette beauté qui le charme sans aucune difficulté. Un peu de dignité que diable. « mais si mais, je suis plus solide que tu ne peux le croire. J'ai pas l'air comme ça mais si... » Il mène sa main à sa propre nuque, se massant un peu, cette attitude enfantine encore et toujours comme si il venait d'annoncer une bêtise commise. Cela plus les sourcils froncés de Pan à son stop et le voilà de nouveau au bord du gouffre.

Il s'apprête à parler quand soudain le Lamia lui lance un ordre sec, brusque et sans aucune douceur. C'est une bonne chose d'ailleurs car le garçon s'apprêtait encore à lui offrir des excuses tel un chien battu. Depuis le début, depuis que l'Orion a rencontré Pan il c'est raccroché à lui, comme soutien et ce même si ce dernier n'a peut-être pas encore cerné cette massive information. Souvent seul malgré son côté avenant, il a tout tenté afin de ne plus courber l'échine face à la vie et le lamia a été comme une main tendue. Il est le soumi mais cela ne le dérange pas car il se sent protégé.

Et le baiser.
Il l'attendait, le souhaitait. Au fond de lui ce manque était indomptable pour ne pas dire qu'il le faisait souffrir depuis longtemps. Son premier pas ici, n'avait rien aidé d'autant qu'il ne cessait de le rêver. Ses lèvres contre les siennes c'est avec plaisir qu'il participe. Le paradis, sur l'instant toutes les questions qui ne cessent de l'assaillir ne sont plus, elles se dissipent durant ce bref instant qui semble pour lui une éternité tant les poids sur ses épaules s'envolent par enchantement. C'est un magicien avec le mal-être du garçon le Pan, il doit en avoir conscience car un simple baiser le sort de tout ses tracas.

Il fait mine de tendre son bras comme pour le retenir à l'instant où il se lève, se plaçant non loin et pourtant, la distance est déjà trop grande pour l'Orion de son humble avis. Sur le ventre et encore sur le lit c'est la tête dépassant à peine qu'il ne quitte pas des yeux le beau Pan. Sous le stress de la suite des événements Théo agite un peu ses pieds. « aaah, tu fais exprès pour me torturer tu connais tous mes points faibles Pan. » Le petit garçon qu'il est encore arbore cette mine déconfite, les lèvres un brin retroussées. « tu ne me remplaceras jamais, hein ? » Supplication et vite il se reprend. Viiite Théo. « tu veux que je sois inventif mais c'est difficile tu lis en mois comme dans un bouquin ouvert. » Il veut le faire paniqué et c'est amplement réussi. Se redressant un peu il s'assoeit en tailleur sur le matelas tout en empoignant le coussin qu'il garde dans ses bras, le serrant contre lui. Il perd à nouveau pied le gamin. Un silence, tout en le lâchant pas des yeux il réfléchit quand soudain. « raaah mais je sais pas tu es mon Pan, c'est toujours toi qui m'as soutenu dans tout alors là. Bon déjà je vais plus m'excuser, s'fait pauvre type et tu détestes. »

Il n'avance pas. Non. Il recule.
feat. Pan ▲ dialogue #08AEB1 ▲ hrpdésolé du retard. ._.
Revenir en haut Aller en bas
lamia
PanFéminin

date d'inscription : 13/07/2015
autre(s) compte(s) : Arielley & Cliché.
pouvoir : Contrôle sur la vision d'autrui ▬ permet de créer des illusions. Néanmoins, sans l'appui de sa jumelle, cela se limite à des peluches, des pièces d'échecs, parfois quelques autres jeux. C'est complètement inoffensif, humiliant. Il vaut mieux ne pas l'utiliser.
fiches : www ♛ présentation
www ♛ relations
www ♛ iris
www ♛ demande RP

âge, race : 20 ans, sang pur.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Barman/Serveur dans un bar. ♛ Futur directeur de l'asile.
feat : SORA. No game no life
messages : 207
avatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Dim 26 Juil - 16:00




Please forgive me...
THÉO ∇ PAN

Pan n'y croit pas un seul instant. Car tu sais qu'il n'est pas si solide, depuis que tu le fréquentes tu le vois, ce n'est pas compliqué, malgré ses grands airs, Théo est un enfant. Un enfant dont tu t'es pris d'affection, un garçon qui te touche par sa fragilité. Une fragilité qui bouleverse ton être, sans vraiment savoir pourquoi. Dans un sens, peut-être que son masque de verre dissimule la tienne. Mais Pan n'est pas faible, alors tu écartes cette hypothèse aussi vite qu'un coup de vent balaye la poussière. Le manque se creuse, la sensation retrouvée fut de trop courte durée, tu ne peux te permettre de revenir pour autant. Par deux fois, tu as dû faire le premier pas, il est hors de question que tu confirmes ce proverbe du jamais deux sans trois. Après tout, tu n'ignores pas ce que l'Orion t'a obligé à faire et si cela peut paraître futile, c'est pour toi de grands pas ; que tu ne veux jamais faire, plus jamais en tout cas.

Tu le regardes s'agiter et cela te satisfait, te confirme le pouvoir que tu possèdes sur lui. Celui qui t'électrise et qui te plait tant. Celui pour lequel tu acceptes -parfois- de faire des efforts. Pas tout le temps, pas souvent, mais une ou deux fois. « Evidemment que je les connais, je serais bien embêter pour punir tes erreurs dans le cas contraire. » et pas un seul n'échappe à Pan, car Pan se doit de tout savoir sur cette relation et ce garçon. Pourtant tu ignores tant de chose, comme les conséquences invisibles de cette dernière. Puis une question. Une seule. Qui chamboules tes résolutions, réduit à néant cette motivation. Tu n'as qu'une envie, le prendre dans tes bras et lui susurrer le mot rassurant qui détruirons ses doutes. Hors, tu ne peux te le permettre. Pan ne peut se laisser attendrir ainsi. Ainsi tu te contentes de le regarder, laissant planer un doute. Une petite angoisse de plus, ça vaut bien un mois non. Tu lui répondras, car Pan dit tout à Daphnis, mais pour le moment tu restes silencieux. Tu attends, tu ne saurais dire quoi, mais tu attends, car c'est important. Tu le sens.

« C'est parce que tu es fragile, te lire est facile si on t'observe avec les bons yeux. » ce n'est pas une pic, plutôt une leçon de vie, une morale. Théo a besoin de ça pour ne pas se laisser avoir, tu ne peux envisager le cas où il en arriverait à s'accrocher à n'importe qui pour s'en sortir. Tu aurais horreur de ça, car Daphnis ne peut se rattacher qu'à Pan. N'appendre que de lui, n'écouter que toi. « Et il faut dire que j'aime te regarder. » compensation. C'est souvent comme ça, plus fort que toi, tes mots durs se doivent d'être adoucit par une révélation plus secrète. Qui existe, sans prétention, que vous connaissez, mais que vous n'abordez pas. C'est ça, c'est vous. Beaucoup de choses, mais peu de mot.

Tu t'assois finalement sur le meuble auquel tu t'appuyais, qui te donne un piédestal qui te va bien, que tu occupes tout le temps et tu observes. Ton amant. Tu réfléchis, comment lui faire comprendre, comment dire sans n'avoir à révéler quoique ce soit ; tu préfères baigner dans ces doutes, c'est moins d'implication. « C'est bien. C'est déjà une bonne chose, car en effet je ne supporte pas ça et tu commençais à m'énerver. » droit au but. Pourquoi passer par quatre chemins. Tu as toujours été particulièrement franc avec l'Orion. Pauvre de lui, promener par tes sauts d'humeur, par tes mots sans tacts, par tes gestes brusques. Mais c'est toi, et c'est comme lui, il t'a choisi comme ça, tu n'es pas responsable.

PAN REFUSE UNE TELLE CHUTE.
Tu ne peux concevoir de rester sur des notes noires, malgré cette envie de faire regretter, le laisser s'enfoncer de cette manière t'agace. Daphnis est comme un protégé. Tu te dois de le guider, une réprimande est parfois nécessaire, mais elle ne te plait guère. « Si tu avais été plus courageux, tu aurais commencé par supprimer cette distance que j'ai installé. » Pan n'aurait pas supporté, aurait imposé sa présence. Mais Théo n'est pas comme toi, il hésite et a peur de s'éloigner s'il te contrarie. Alors Théo suit ce que tu fais et s'oblige à suivre tes règles. Cela ne marche pas de tester son courage, car le garçon n'en possède pas, du moins pas tant que tu ne l'y pousses pas. « Pourquoi es-tu encore là-bas, alors que je suis ici ? » l’addiction est en effet ce qui ne se contrôle pas, pourtant, le garçon se freine car sa dignité se tait face à la tienne. En soi, tu apprécies cela, ce rapport de force, tu aimes le voir à tes pieds, dirions-nous, mais parfois c'est ce qui pose problème. Tu ne peux te montrer lâche face à lui, mais être lâche est un de tes traits les plus importants. Faire attention est contraire à ce que tu es, pour autant tu oublies cette facette pour lui. Pour l'aider et pour aider cette relation fragile.

Tu fais glisser ton regard sur lui et t’adosses au mur derrière toi, il y a une petite figure qui traîne là, mais tu n'es pas tant appuyé dessus, alors celle-ci ne te fait pas mal. Sifflotant, tu finis par poser cette pièce et te montrer un peu plus sérieux, même si tu tentes de te montrer aussi détaché que possible. « Tu n'es pas très futé Thédore. Je ne te remplacerais pas, tu devrais le savoir, et je ne devrais pas avoir besoin de le dire. » Pan ne dit pas. Pan ne parle pas. Lorsqu'il s'agit de la frontière sentimentale, Pan ne traduit pas. C'est pourquoi tu t'exaspères, mais tu sais que cela est nécessaire. Car l'Orion doit être rassuré, dans ce sens vous êtes le parfait opposé. Croisant les bras, un soupire t'échappe et tu lui expliques, comme à chaque fois. « Personne ne pourrait mieux te convenir que moi, ce mois est pourtant assez significatif. Je ne te remplacerais pas, sinon crois-moi, tu ne serais pas là aujourd'hui, j'aurais déjà laisser tomber. Est-ce que tu comprends ? » comprendre qu'il ne fallait pas qu'il doute, que Pan une fois proche de quelqu'un ne pouvait pas le laisser tomber. Il ne pourrait pas le remplacer, même s'il y avait une personne avait un droit plus important que Théo sur le dieu lune. « "Je suis ton Pan" je ne te permettrais jamais de le dire et encore moins de le penser si je comptais te remplacer. C'est pourtant évident. » sauf pour le garçon, mais Pan n'a jamais été simple à comprendre, car Pan peut trahir sans culpabilité.

Pan parle en #A178BC ∇ HRP ; PAS GRAVE, AMOUR SUR TOI. ∇ Cproject



_______________

FOLLOW ME TO THE DARK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Dim 26 Juil - 17:30


C'est enfoui derrière ce coussin, tel un poussin dans son nid que le jeune homme boit ses paroles, la moitié du faciès dissimulé sous l'oreiller. Il confirme, constate qu'il connaît tous les points faibles du garçon ce qui a pour effet de le faire acquiescer, confirmer. Il a conscience de cette situation, de sa position inférieure face à Pan mais c'est ainsi ; tout comme respirer est un acte indispensable se retrouver enlacer tout autant par les bras que les mots du lamia semble obligatoire. Comment se permettre de refuser ce qui est impossible à ignorer ? Il suffit d'assumer sa dépendance et Théo perçoit cela comme un point fort. Fou, naïf ou les deux.
Puis un compliment dissimuler dans tant de propos. Ils sont peu nombreux et pourtant Pan est le roi pour ce genre de manoeuvres. Il aime dire ce qu'il pense, d'avouer ses pensées et avis tout en jonchant tout cela de compliments. Et cela, cette faculté chez lui est très loin d'être passé inaperçue du côté de l'Orion. Levant un peu son visage de sa cachette, il se dévoile un peu plus, posant le coussin au final à sa droite, sur le matelas. « j'aime quand tu me regardes Pan. » Il fait mine de dire cette info comme si de rien était. Il essaie car ses rougeurs sur ses joues, elles traduisent bien d'autres choses.

En tout ca ce qui est clair pour le garçon ; c'est que les excuses c'est au placard, enfermé, puis jeté dans un lieu profond. Loin, très loin de Pan. C'est extrême mais au moins cette connerie il ne le fera pas deux fois. D'ailleurs si l'Orion pouvait prendre des notes, il le ferait. Car oui, oui c'est un enfant qui agit par instinct et souvent, très vite il se remet dans une situation bien pourrie dont lui seul possède le secret.

Ses yeux sont comme charmés, envoûtés vers Pan tandis qu'il se prend de beaux commentaires bien déplaisants en pleine face. C'est ainsi et Théo le sait ; si pour une fois il avait fait preuve de courage face à l'adversité il serait peut-être enfin sorti de ses ennuis et surtout de cette situation bien minable. Là, il est gentil, aimable de lui tendre la main. L'idée même le fait se dire que peut-être, sûrement a-t-il de vrais sentiments à son égard. Non pas qu'il en doute mais contrairement à lui, le Lamia est très, très dur à cerner sur de nombreux points. Les sentiments profonds, c'est inclus.

Tirant un peu sur le col de son t-shirt, il se redresse enfin d'un petit saut en quittant le lit. Lentement mais sûrement il approche de lui en glissant ses mains en poches. « je comprends, c'est vrai que tu aurais pu me balancer par la fenêtre depuis longtemps. C'est donc que... » Il retire ses mains les posant sur les jambes de Pan, ce dernier contre le meuble, le regard plongé dans celui de son amant. « Pas Théodore, quand tu m'appels ainsi j'ai l'impression de me faire engueuler. » Il parle plus doucement, déposant un baiser au coin de ses lèvres. « je serais toujours à toi. Toujours. » Puis à nouveau il l'embrasse. « Je suis simplement un gosse qui fait des conneries et tu l'as dit, tu es le seul qui peut me convenir et donc le seul qui peut m'apprendre à me comporter un peu mieux. » Puis comme le gosse qu'il est il se fige contre lui, dans ses bras bien qu'il ne l'enlace pas ou pas encore.
feat. Pan ▲ dialogue #08AEB1 ▲ hrp
Revenir en haut Aller en bas
lamia
PanFéminin

date d'inscription : 13/07/2015
autre(s) compte(s) : Arielley & Cliché.
pouvoir : Contrôle sur la vision d'autrui ▬ permet de créer des illusions. Néanmoins, sans l'appui de sa jumelle, cela se limite à des peluches, des pièces d'échecs, parfois quelques autres jeux. C'est complètement inoffensif, humiliant. Il vaut mieux ne pas l'utiliser.
fiches : www ♛ présentation
www ♛ relations
www ♛ iris
www ♛ demande RP

âge, race : 20 ans, sang pur.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Barman/Serveur dans un bar. ♛ Futur directeur de l'asile.
feat : SORA. No game no life
messages : 207
avatar
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   
Dim 26 Juil - 18:34




Please forgive me...
THÉO ∇ PAN
PAN AIME REGARDER DAPHNIS.
Le voir quitter son coussin plait au dieu. Tu préfères avoir un accès complet sur sa personne et cet oreiller était une barrière à retirer. Mur qu'il a prit soin de retirer de lui-même. Tu n'as pas eu à lui demander, pas eu à t'énerver, il a agit instinctivement et cela te plait assurément. Et cette révélation, tu sens l'organe vital dans ta poitrine battre un peu plus vite. Une adrénaline exquise que seul cet amant peut offrir. Tu parles, il écoute. Mais vous vous contemplez et cela est le plus important. Demain, tu pourrais avoir oublié jusqu'à son pardon, mais jamais tu ne mettras de côté ce que tu vois, ce garçon qui te plait tant. Qui propage en toi, une chaleur agréable, mais qui bien vite deviendra un feu corrosif à éteindre. Qu'importe les moyens. Faire attention aux limites, bien que généralement tu t'en ficherais, avec l'Orion, tout devient dangereux, il ne faut pas que tu t'impliques davantage et pourtant Pan sait à quoi point il est accroché à Daphnis. Tout le monde le sait, seul Théo en doute encore. Néanmoins cela peut-être mignon, alors tu te contentes de le rassurer dans ces moments-là, comme maintenant.

Tu ne bouges pas, même quand tu le sens près de toi. Un mouvement de doigt pourrait faire voler en éclat la colère qui bout au plus profond de ton âme. Et c'est loin d'être ce que tu veux, alors tu luttes pour rester contre ce mur froid. « C'est donc que tu comptes pour moi. » achèves-tu sans détour. À quoi bon nier l'évidence. Même fuir ne changera rien à la situation, tu l'as dans la peau. Tu préfères encore l'avouer une fois pour toutes, puis faire taire cette réalité ensuite pour éviter d'aller trop loin, en rester à cette attraction physique. C'est ce que tu dois retenir. Ta nymphe ne serait pas contente du contraire et cela t'importe plus. Mais pour l'instant, seuls ces émeraudes comptent, tant elle t'hypnotisent. Tant tu les apprécies.

Tu ne quittes pas ses yeux, ancré dans son regard, toute votre sincérité passe par là, mais tu sens. Tu es conscient de tout ce qu'il fait, comme ses mains sur tes jambes. Un simple contact, simple mais qui te met dans ton tes états. Comment en êtes-vous arrivés là, tu l'ignores, mais tu t'en fous, pour l'heure seule sa présence t'importe. « Exactement, c'est fait pour. Théodore est une sorte de signal, c'est plus qu'une simple engueulade. C'est le mot qui doit t'inquiéter et te faire réagir avant que cela n'empire. » puisque tu l'utilises dès qu'il te contrarie, dès que tu es à la frontière. Tu peux tout supporter pour ton amant, mais jamais tu n'accepteras d'être à jamais soumis à de désagréable émotions lorsqu'il te met en colère. Bien plus qu'un signal, c'est l'avertissement que l'Orion est au bord du ravin et qu'un pas de plus le fera chuter violemment. Chute que Pan n’amortira point.

Et puis, il y a ses lèvres qui se posent légèrement aux coins des tiennes. Tu as besoin de tout ton self contrôle pour ne pas l'amener à toi et le reposer sur le lit afin de passer cette minable conversation par rapport aux pensées qui jaillissent dans ta tête. Sensation trop courte encore une fois, mais il n'a pas fini de parler et cette fois, point d'excuses ne montre leurs bouts de leurs nez. Bien sûr qu'il le sera toujours, Pan ne laissera jamais partir Daphnis. À Synodel, tu ne laisseras jamais Théo tranquille. C'est le contrat que vous avez tous les deux inconsciemment signé. Et il t'embrasse un peu mieux, mais ce n'est toujours pas suffisant. C'est un bisou d'enfant et vous n'êtes plus des gamins, du moins, pour ta part. Alors cela t'irrite et tu t'impatientes, écoutant que vaguement ce qu'il te dit. Il est possible même que tu le coupes, sans faire attention. « En premier lieu, il me semble t'avoir appris à embrasser mieux que ça. Je ne suis pas ta copine de maternelle. » tu lui relèves le menton et réitère le baiser que vous eu sur le lit. Faisant glisser ta langue, tes doigts sur sa mâchoire, tandis que les jumelles se cherchent, jouent entre elles.  Récompense. Puis brusquement tu t'éloignes, rattrape la pièce et la glisse entre vos bouches. Vous vous retrouvez tous les deux à embrasser un bout d'or. Un rictus taquin naît tes lèvres, encore un brin de provocation, et peu importe l'impatience qui ravage tes entrailles. « On puni les enfants qui font des conneries. Et je suis bien tenté de te mettre la fessée. » Un rire. Petit, simple, léger. Comme tu as l'habitude d'en avoir. Sans vanité.

Tu attrapes ses bras et les glisse autour de ta taille, sa tête se pose sur ton torse tandis que tu l'enroules de tes jambes et passe une main dans ses cheveux bruns. « J'ai pensé, durant une seconde, que tu étais parti voir ailleurs. J'ai juré de te tuer. » et une révélation jetée sans être attendue. Un mois sans explication, il y a de quoi se faire des films et Daphnis compte assez pour Pan afin que ce dernier s'inquiète de savoir que tout peut se terminer. « Mais c'est impossible n'est-ce pas, tu ne pourrais pas. » de tes doigts tu joues avec une mèche, puis deux, tu soupires et te décolles un peu du mur. Rapprochant ainsi sa tête contre toi. « N'hésite pas à m'arrêter si je me trompe. Mais si c'est le cas, il vaut mieux pour toi que tu saches disparaître. » car s'il existe un chose que Pan déteste plus qu'avoir tort, c'est qu'on touche à ses pions. Le fou est aussi important que la reine, il refuse de le perdre. Dans un sens c'est ce qu'il lui dit, mais cette fois, il détourne le sujet, car malgré les efforts, Pan est un lâche.

Pan parle en #A178BC ∇ HRP ; LOVE. ∇ Cproject



_______________

FOLLOW ME TO THE DARK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Please forgive me... ~ ft Pan.
   


Revenir en haut Aller en bas
 

Please forgive me... ~ ft Pan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» please, please forgive me, cléa.
» Please, forgive me ♣ Ambre
» World Bank won't forgive Haiti debt
» Alix & Kyle - Please, forgive me
» PHOENIX WILLIAMS / I will forgive but I won't forget

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Rps-