Partagez
 

 baby did you forget to take your meds ? } pris par ari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
InvitéAnonymous
baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Ven 17 Juil - 11:21










l'insou
tenable
légè
reté
de
l'être

27 ans
Orion
Originaire des balkans
Sans appétit ni appétence
Situation financière instable
Statut peu définissable, oscillant entre sommeil agité, montées et redescentes, sorties erratiques en ville pour commercer de stupéfiants
Contrôle du squelette
On imagine Céphale en architecte de l’homme, à dessouder de leurs jointures toutes les vertèbres qui font la colonne du monde. Céphale aurait construit des cités de cartilages et des pays d’os blancs, modelé la kératine à la force de ses poings, pétri l’albâtre sous la paume de ses mains. Mais on ne voit jamais les mains de Céphale se poser sur les corps, car Céphale ne connait pas le besoin de glisser son squelette contre le votre pour donner forme à votre charpente.


La pression de son esprit suffit à tordre l’omoplate comme on plie le roseau : à l’intérieur de la chair bat doucement une matière souple, un plasma translucide que Céphale sait soumettre par pure volonté. Briser, élaguer, déloger, allonger, ce sont des mots de guerre trop connus par Céphale, qui ne peut désormais les entendre sans prendre entre ses mains convulsives toute la souffrance de son visage. Le contrecoup s’inscrit dans le crâne de Céphale, à même la boîte où se contorsionne, dans une violente éruption, deux cornes mutantes léguées par son génome.


Ces excroissances qui enflent sur sa tête sont corollaires à son pouvoir, et écrasent dans la migraine tous ses nerfs suppliciés. Chaque fois que Céphale utilise sa compétence, ses cornes gagnent en mesure. Et leur mesure est corrélée à la douleur.

de corpulence élancée, de stature inerte mais robuste
pas très grande et pas très large
aux longs cheveux platine et abîmés
aux yeux bleus glacés qui n'ont pas d'expression
à la peau cadavérique marquée d'ecchymises
au style vestimentaire inexistant, noir sur blanc, aux chemises ouvertes sans érotisme, aux pantalons décharnés, aux pieds toujours nus
à l'air dans le vague, aux os saillants sous une chair translucide, aux lourdes cornes blanches

Il y a des poisons violents qui tuent en une fois. Ils tuent en une fois et on n’en entend plus parler. Ils vous abattent un homme aussi sûrement qu’une balle, ils commencent par le coeur, par une section méthodique des veines qui tremblent au fond du corps, tout le sang s’arrête alors de tourner. La terre, elle, ne s’arrête pas tourner avec l’homme, l’homme tombe comme la nuit, et le bruit que fait la nuit qui tombe est imperceptible, léger comme un noeud d’air sous l’élytre d’un machaon. On n’entend pas tomber la nuit, pas plus qu’on entend tomber l’homme, et tous les deux s’effondrent, chair comme étoile, dans le secret.

Il n’y a pas de différence tangible entre la mort et la nuit. Toutes les deux sont diaprées dans la même noirceur immobile, dans la houille crasseuse d’une silhouette qui maigrit. Les ténèbres sont obscènes, comme une injure ils se lancent à la poursuite de tout ce qu’ils peuvent ; les ténèbres sont des chiens sans collier aux pattes crochues qui pantèlent et bavent sur les cauchemars du monde. La nuit ensemencée de peur enfante toujours les mêmes ombres : bâtardes, toxiques, elles se glissent là où elles peuvent, et puis donnent à leur tour des fils monstrueux. Instillés dans un corps, ils ont des noms atroces qui se vomissent plus qu’ils ne se prononcent : celui de Céphale émerge alors par incandescence.

Céphale n’est pas de ces monstres intermittents qui n’existent que dans un repli de terreur. Elle est une bête de fer et de goudron qui se crève en deux pour s’ouvrir sur l’enfer. Des essaims de migraines vrombissent dans son cerveau envahi de frissons, des ombres vénéneuses se découpent autour de ses orbites. Sachant d’expérience que personne ne peut connaître son huis-clos de douleur, elle disparaît dans son supplice particulier, devenu une petite mansarde sans lumière où étouffer. La lourde kératine qui se soude à son crâne soulève au-dessus de Céphale des torrents de souffrance qui bourdonnent sauvagement : par leur bruit sourd ils font pleurer ses yeux sans qu’elle le sache, et lorsque des filets rouges descendent de ses paupières, Céphale ignore qu’elle s’évide de son sang.

Céphale est une fille dont les chairs se détachent par îlots de son corps blanc. Les isthmes de ses organes s’évaporent comme une ancienne cité en ruines et la peau de ses lèvres se fendille dans une lourde moiteur. Il ne faut plus attendre la cicatrice car la cicatrice ne vient pas. Céphale perd sa forme, disparaît dans le clair obscur d’une convalescence qui n’a pas de fin, se délite dans l’insoutenable souffrance, recroquevillée sous les spasmes annelés qui poussent contre sa tête. Céphale ne peut se vaincre elle-même dans le combat qui détache ses intérieurs de leurs alcôves. Sur son front, des os en torsade qui crèvent le ciel, des corps étrangers à son corps, du poison doux et sans sérum qui corrompt doucement tout l’être de Céphale, et Céphale qui n’aspire qu’au calme las d’un oeil qui se ferme, Céphale qui s’assoit doucement avec le regard atone ; Céphale devient l’épitomé du mal.

Céphale derrière son intense douleur aurait pu être la Céphale paisible et la Céphale nonchalante. Elle aurait aussi pu être la Céphale souriante et la Céphale silencieuse. Elle serait Céphale dans son brouillard opalescent de secrets tranquilles, Céphale aux pieds nus et aux cheveux blancs, Céphale qui de ses décombres ressortirait pour être en vie. Mais elle n’est que ce trou noir, cet abysse, ce satyre hideux qui exsude la violence.

Céphale n’est pas plus en vie qu’elle ne survit car Céphale existe simplement. Sous sa peau cireuse elle n’est faite que de mitraille, de glaciations des artères et de nuits sauvages écourtées par la folie douce. Céphale n’est que l'obsession lente, la désolation, et le silence ébouillanté dans ses propres hurlements. À ses heures de sang Céphale et la transparence rougie de ses yeux éclatent en mugissements. Céphale est hantée de spectres qui la plongent dans ses délires affreux, habitée de souffrances volatiles avec qui elle commerce des morceaux de sa propre viande, pénétrée de lames et de pointes qui s’enfoncent jusqu’à crever ses os. Céphale cherche dans la cité close les fragments éclatés de son propre cerveau.


lait d'avoine
special k
huile d'olive
sauce tomate

(il manque encore des trucs alors pour l'instant je mets ma liste de courses)

je suis une voiture immatriculée
je suis jeune et folle
j'ai connu le forum par la magie des topsites
je tiens à dire que ambre est hyper bonne mmmm
référence avatar = des cornues random
+ natalie dormer
après moult hésitations
le mot de la fin sera fricassée



Dernière édition par Céphale le Lun 27 Juil - 16:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéAnonymous
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Ven 17 Juil - 11:34


T'ES BONNE
TON CODE EST BON
ET FRICASSEE
HMMMMMMMM

:uhu:

bienvenue sinon yo
Revenir en haut Aller en bas
InvitéAnonymous
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Ven 17 Juil - 12:05


BIENVENUE A TOI. ♥️♥️
je t'avoue que j'attendais avec impatience ta fiche après avoir vu ton avatar, ehe. :uknow:
ET JE NE SUIS POINT DECUE.
sauf pour le lait d'avoine, mais je peux passer outre :srs:

enfin bref bon courage pour ta fiche, si tu as des questions n'hésite pas !

edit - j'avais pas vu le pouvoir awnh. N'oublie pas de passer ici (oui c'est un lien) pour faire valider ton pouvoir, puisqu'il n'est pas dans le listing. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
scylla
AprilFéminin

date d'inscription : 14/07/2015
autre(s) compte(s) : antarès
fiches : petite tornade ▴ de couleur ▴ aux reflets azurés
âge, race : 19 ▴ humaine
profession : serveuse dans un petit restaurant
feat : hatsune miku ▴ halsey
messages : 123
April
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Ven 17 Juil - 12:20


ce caractère
et natalie dormer pls
et les cornes
et céphale le mythe aussi q_q
C'est mal de vouloir lire les trucs qui manquent ?
Bienvenue eh ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://areswrath.tumblr.com
lamia
PanFéminin

date d'inscription : 13/07/2015
autre(s) compte(s) : Arielley & Cliché.
pouvoir : Contrôle sur la vision d'autrui ▬ permet de créer des illusions. Néanmoins, sans l'appui de sa jumelle, cela se limite à des peluches, des pièces d'échecs, parfois quelques autres jeux. C'est complètement inoffensif, humiliant. Il vaut mieux ne pas l'utiliser.
fiches : www ♛ présentation
www ♛ relations
www ♛ iris
www ♛ demande RP

âge, race : 20 ans, sang pur.
orientation sexuelle : Bisexuelle.
profession : Barman/Serveur dans un bar. ♛ Futur directeur de l'asile.
feat : SORA. No game no life
messages : 207
Pan
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Ven 17 Juil - 13:23


Ce personnage... *QQQ* comment il gère. Omg.

Superbe fiche, code, texte, tout. J'aime. ♥️
Bienvenue !

Au plaisir de te croiser inRP. :hue:

_______________

FOLLOW ME TO THE DARK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéAnonymous
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Ven 17 Juil - 13:27


yo bienvenue ♥️
j'adore ton code de fiche :srs:
Revenir en haut Aller en bas
InvitéAnonymous
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Ven 17 Juil - 13:36


Bienvenue Céphale, ton personnage est class et ta fiche est super cool. ❤❤

Encore bienvenue ❤
Revenir en haut Aller en bas
InvitéAnonymous
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Ven 31 Juil - 14:08


Bonjour bonjouuur.
Des nouvelles de la fiche ?
Revenir en haut Aller en bas
InvitéAnonymous
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   
Mar 11 Aoû - 15:58


Pas de nouvelles depuis, j'archive. Mp un membre du staff si tu veux récupérer ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Re: baby did you forget to take your meds ? } pris par ari
   


Revenir en haut Aller en bas
 

baby did you forget to take your meds ? } pris par ari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» Baby Doc departure details remain murky
» Baby ! Show me what you got ! ft Mathew part.2
» Baby-sittor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S Y N O D E L :: Gestion-